Navigation path

Left navigation

Additional tools

Communication conjointe de l'UE intitulée «Vers une approche globale de l'UE face à la crise syrienne»

European Commission - IP/13/596   24/06/2013

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 24 juin 2013

Communication conjointe de l'UE intitulée «Vers une approche globale de l'UE face à la crise syrienne»

Le lundi 24 juin, la Commission européenne et la haute représentante ont adopté une communication conjointe définissant une approche globale de l'UE en réaction au conflit et à ses conséquences, tant pour la Syrie que pour les pays voisins. Cette réponse de l'UE a pour objectifs de soutenir un processus politique apportant une solution durable à la crise, de prévenir toute déstabilisation régionale qui résulterait de la propagation du conflit aux pays voisins, de prendre des mesures face à une situation humanitaire dramatique, tout en aidant les populations concernées, et de remédier aux conséquences du conflit sur et au sein de l'UE. La communication met également en lumière les actions et initiatives déjà engagées par Mme Catherine Ashton, haute représentante de l’UE, et par la Commission européenne.

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a déclaré à ce sujet: «C'est une réponse globale de l'UE à la détérioration de la situation en Syrie et dans les pays voisins que nous proposons aujourd'hui. La communauté internationale ne peut rester sans réagir face à la situation humanitaire la plus grave de ces dernières décennies. Notre première priorité est de favoriser un règlement politique visant à mettre un terme à la violence et aux violations des droits de l'homme. Parallèlement, l'UE est en train de mobiliser ses instruments financiers pour alléger la souffrance humaine qui en résulte. La Commission européenne a décidé de débloquer 400 millions d'euros supplémentaires afin de répondre aux besoins humanitaires, économiques et de développement en Syrie et dans la région, ce qui porte la contribution totale de l'UE à 1,25 milliard d'euros à ce jour. Dans le même temps, nous demandons aussi aux autres donateurs de redoubler d'efforts. Il est de notre devoir à tous d'agir.»

La haute représentante de l'UE et vice-présidente de la Commission a, pour sa part, déclaré ce qui suit: «Lors de ma visite dans la région, la semaine dernière, j'ai pu constater de visu les conséquences de la guerre en Syrie sur tant de personnes et me rendre compte combien la situation se dégradait rapidement. L'UE met tout en œuvre pour apporter son aide. Notre priorité absolue est de trouver une issue politique et de ménager une transition faisant de la Syrie un pays uni, démocratique et où chacun a sa place. C'est l'objectif que je me suis fixé depuis le tout début de la crise. Nous devons nous appuyer sur l'initiative russo-américaine pour relancer les négociations politiques sur la base du communiqué de Genève de juin 2012 et faire en sorte d'organiser au plus tôt une conférence Genève II. L'UE est disposée à fournir toute l'aide nécessaire. Toutefois, la présente communication s'intéresse également à d'autres aspects, tout aussi importants, de la réponse de l'UE à la crise, afin de faire en sorte d'agir de la manière la plus complète et la plus efficiente qui soit pour venir en aide à la population syrienne.»

M. Štefan Füle, membre de la Commission chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, s’est exprimé dans les termes suivants: «Nous sommes très préoccupés par l'aggravation de la crise syrienne et ses répercussions néfastes sur les voisins immédiats de la Syrie. Il est dans notre intérêt d'éviter toute déstabilisation supplémentaire. C'est pourquoi la présente communication précise également les moyens que nous comptons employer pour aider les pays voisins, et notamment les communautés d'accueil sur lesquelles s'exerce actuellement une pression accrue, à fournir des services de base (éducation, santé, collecte des déchets, etc.) aux Syriens fuyant le conflit. Nous envisageons aussi d'apporter notre soutien à la Jordanie et au Liban, afin que leurs populations locales, qui accueillent généreusement des réfugiés, puissent continuer à bénéficier des services de base. C'est ainsi que nous manifestons notre solidarité face à cette crise longue et de grande ampleur.»

En Syrie, la situation s'est considérablement dégradée, le pays recensant en juin 2013 plus de 93 000 morts et 1,6 million de réfugiés. Il s'agit de la plus grave crise humanitaire que connaisse le monde aujourd'hui. En sa qualité de principal pourvoyeur d'aide humanitaire dans cette crise, l'UE a mobilisé à ce jour plus de 850 millions d'euros à partir de ses instruments budgétaires humanitaires et non humanitaires. Cependant, l'ampleur de la crise et de la souffrance humaine en Syrie et dans les pays voisins est telle qu'une solution ne saurait venir d'un seul complément financier. C'est pourquoi il est essentiel de trouver rapidement une solution politique durable, susceptible de mettre fin à la violence et de déboucher sur la création d'un gouvernement transitoire ouvert à tous. Seul le dialogue permettra d'y parvenir. La volonté de favoriser l'émergence d'une telle solution politique est au cœur de toute l'action de l'UE et guide l'approche globale exposée dans la présente communication conjointe.

Cette dernière propose, en termes concrets:

  • de soutenir un règlement politique (conférence Genève II sur la Syrie);

  • de garantir l'accès à l'aide humanitaire à toutes les régions touchées par la guerre;

  • d'augmenter de quelque 400 millions d'euros en 2013 l'aide financière du budget de l'UE;

  • de prévoir des dérogations au régime de sanctions pour venir en aide à la population;

  • d'aider les Nations unies à traiter les plaintes relatives aux violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international;

  • de promouvoir la solidarité, notamment à l'égard des plus vulnérables, à qui l'on pourrait proposer une réinstallation sur le territoire de l'UE;

  • de prévenir toute radicalisation des citoyens de l'UE et de régler le problème des combattants étrangers en provenance de l'UE qui se sont rendus dans la zone de conflit;

  • de préparer la phase de reconstruction et de redressement post-conflit.

Pour de plus amples informations, voir la fiche d'informations sur l'Union européenne et la Syrie.

Contacts:

Michael Mann (+32 2 299 97 80)

Maja Kocijancic (+32 2 298 65 70)

Peter Stano (+32 2 295 74 84)

Sebastien Brabant (+32 2 298 64 33)

Nabila Massrali (+32 2 296 92 18)

Anca Paduraru (+32 2 296 64 30)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website