Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 30 mai 2013

Possibilités de pêche pour 2014: l'élimination de la surpêche se poursuit

Selon les derniers chiffres concernant les stocks de poissons des eaux de l'UE, les efforts de la Commission européenne pour éliminer progressivement la surpêche se sont avérés fructueux. Dans un document de consultation adopté aujourd'hui, la Commission européenne fait part de l'état des stocks de poissons européens et expose ses intentions quant aux propositions relatives aux possibilités de pêche pour 2014. Actuellement, 39 % des stocks de poissons des eaux de l'UE de l'Atlantique du Nord-Est ayant fait l'objet d'une évaluation sont surexploités, contre 47 % l'année dernière et 95 % en 2005. La politique commence à produire de réels avantages pour le secteur de la pêche, comme le montrent les dernières données relatives aux bénéfices qui témoignent d'une augmentation de 40 % par rapport à l'année précédente. Toutefois, des progrès doivent encore être accomplis.

Mme Maria Damanaki, membre de la Commission chargé des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré: «Ces chiffres indiquent que des mesures responsables en matière de gestion de la pêche peuvent être efficaces et qu'en effet, elles le sont. Cependant, nous devons intensifier nos efforts afin de mettre un terme à la surpêche pour l'échéance convenue. À cette fin, nous devons achever la réforme de la politique commune de la pêche.»

Par ce document, la Commission sollicite, comme chaque année, le point de vue des États membres et des parties prenantes sur la fixation des totaux admissibles des captures (TAC), des quotas et de l’effort de pêche (jours en mer) pour l'année suivante. Le document montre que les efforts déployés par la Commission pour supprimer progressivement la surpêche commencent à porter leurs fruits. On compte désormais dans les mers européennes 25 stocks de poissons dont on sait qu'ils ne sont pas surexploités, contre seulement 2 en 2005.

Les données scientifiques sur lesquelles repose l'évaluation des stocks s'améliorent. De nouvelles méthodes introduites par le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) ont permis de disposer d'avis pour 30 stocks de plus que l'an dernier.

Depuis 2011, les bénéfices nets moyens de la flotte de pêche de l'UE ont augmenté d'environ 40 %, ce qui démontre que l'amélioration des revenus des pêcheurs découle de la diminution de la surpêche, même si les coûts du carburant imposent à la flotte une charge supplémentaire.

Pour l'année prochaine, la Commission veut que le secteur s'en tienne aux avis scientifiques. En ce qui concerne les stocks concernés par les plans de gestion à long terme, les TAC et les niveaux de l’effort de pêche pour l'année prochaine devraient être fixés conformément aux plans en vigueur (c'est une exigence légale). Pour les autres stocks de poissons, qui ne sont pas couverts par ces plans, les TAC devraient être fondés sur les avis scientifiques, avec pour objectif d’éliminer progressivement la surpêche d’ici à 2015. En l'absence d'avis, le principe de précaution doit être appliqué.

Contexte

Selon les évaluations, les stocks dans les eaux de l'UE de l'Atlantique du Nord-Est qui n'ont pas été surexploités en 2012 sont les suivants:

Espèces

Zone

Merlan bleu

Atlantique du Nord-Est

Cabillaud

Mer celtique et Manche

Baltique orientale

Sole commune

Skagerrak, Kattegat et mer Baltique

Manche occidentale

Sud-ouest de l'Irlande

mer Celtique

Églefin

Mer du Nord, Skagerrak et Kattegat

Rockall

ouest de l'Écosse

Hareng commun

mer du Nord

ouest de l'Écosse

Mer d’Irlande

mer Celtique

Baltique occidentale

Baie de Botnie et mer de Botnie

Cardines

Mer du Nord et ouest de l’Écosse

Langoustine

Skagerrak et Kattegat

mer du Nord

ouest de l'Écosse

Plie commune

mer du Nord

Lieu noir

Mer du Nord et ouest de l’Écosse

Sprat

Mer Baltique

Aiguillat commun

Toutes zones

Merlan

mer Celtique

En ce qui concerne les stocks de poisson pour lesquels une évaluation scientifique peut être effectuée, l'état des stocks s'est amélioré au cours des dernières années. Dans l'Atlantique du Nord-Est et les mers adjacentes, le nombre de stocks surexploités est passé de 32 sur 34 en 2005 à 16 sur 41 en 2012, c’est-à-dire de 94 % à 39 %. En mer Méditerranée et en mer Noire, on dispose de données suffisantes pour 85 stocks, dont 75 (88 %) sont surexploités.

Plus de détails dans le document de consultation complet:

http://ec.europa.eu/fisheries/cfp/fishing_rules/tacs/index_fr.htm

Contacts :

Oliver Drewes (+32 2 299 24 21)

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website