Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Un meilleur soutien aux nouveaux enseignants dans l’UE

Commission Européenne - IP/13/357   24/04/2013

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 24 avril 2013

Un meilleur soutien aux nouveaux enseignants dans l’UE

Des programmes d’initiation visant à offrir un soutien et des conseils personnalisés aux enseignants débutants sont désormais obligatoires dans 15 États membres de l’UE (Autriche, Chypre, Estonie, France, Allemagne, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède et Royaume-Uni), ainsi qu’en Croatie et en Turquie, selon un rapport de la Commission européenne sur les conditions de travail des enseignants et des directeurs d’établissement dans 32 pays. Bien que ces programmes diffèrent par la manière dont ils sont organisés, ils visent tous à aider les enseignants fraîchement diplômés à s’adapter à la profession et à réduire le risque qu’ils abandonnent prématurément leur carrière d’enseignant.

«Un bon professeur peut être réellement déterminant pour l’avenir d’un enfant» a déclaré Androulla Vassiliou, commissaire chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse. «C’est pourquoi j’engage vivement les États membres à améliorer la formation et le soutien des enseignants afin qu’ils puissent développer pleinement leurs compétences tout au long de leur carrière et prodiguer un enseignement innovant et de haute qualité afin de doter les jeunes des compétences indispensables dans la société moderne».

La plupart des pays de l’UE ont défini les compétences que les enseignants doivent posséder pour obtenir un emploi et progresser dans leur carrière: connaissances pédagogiques, travail en équipe, compétences interpersonnelles et compétences professionnelles, notamment. Ces «cadres de compétences» sont la base de la formation initiale des enseignants dans tous les pays et régions, à huit exceptions près (Belgique — communauté germanophone, Bulgarie, Croatie, République tchèque, Finlande, Islande, Liechtenstein et Slovaquie).

La majeure partie des cinq millions d’enseignants en Europe ont une obligation contractuelle de travail d’au moins 35 à 40 heures par semaine, qui comprend le temps d’enseignement, la disponibilité dans l’enceinte scolaire et le temps nécessaire à la préparation des cours et à la notation des travaux. Le nombre d’heures actives dans l’enseignement est très varié: ce nombre est généralement plus élevé dans l’enseignement préscolaire et diminue aux niveaux plus élevés de l’éducation. Le nombre moyen d’heures d’enseignement dans l’enseignement primaire et secondaire est de 20.

Dans environ un tiers des pays européens, les enseignants sont censés être présents dans les locaux scolaires quelque 30 heures par semaine. Aucune exigence de temps n’est fixée au Portugal, en Suède, au Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord) et en Norvège, ainsi qu’à Chypre dans l’enseignement secondaire et en Islande dans l’enseignement préscolaire. En Allemagne, en Grèce, en Espagne, à Chypre, au Luxembourg, à Malte, au Portugal, en Roumanie et en Slovénie, le nombre d’heures d’enseignement est réduit après un certain nombre d’années de service.

En Europe, la majorité des enseignants ont plus de 40 ans. Près de la moitié des enseignants sont âgés de plus de 50 ans en Bulgarie, en République tchèque, en Allemagne, en Estonie, en Italie, aux Pays-Bas, en Autriche, en Norvège et en Islande. Le pourcentage d’enseignants âgés de moins de 30 ans est particulièrement faible en Allemagne, en Italie et en Suède.

Dans la majorité des États membres de l’UE, les salaires de base minimaux des enseignants sont inférieurs au PIB par habitant pour les enseignants travaillant dans l’enseignement obligatoire (enseignement primaire et premier cycle de l’enseignement secondaire). Les primes, qui peuvent constituer une différence considérable pour le salaire net des enseignants, sont généralement versées pour des heures supplémentaires ou des responsabilités supplémentaires. La moitié seulement des pays ayant fait l’objet d’une étude accordent des primes aux enseignants sur la base de performances positives en matière d’enseignement ou en fonction des résultats des étudiants.

Contexte

Le rapport sur les Chiffres clés sur les enseignants et les chefs d’établissement couvre 32 pays (États membres de l’UE, Croatie, Islande, Liechtenstein, Norvège et Turquie). Il a été élaboré pour la Commission européenne par le réseau Eurydice et rassemble les informations les plus récentes sur les enseignants et les directeurs d’établissement, de l’enseignement préscolaire à l’enseignement supérieur, y compris les données sur l’âge, le sexe, les heures de travail et les salaires. Ce rapport combine des données et informations fournies par le réseau Eurydice, Eurostat, et les données provenant d’enquêtes internationales telles que l’Enquête internationale de l’OCDE sur l'enseignement et l'acquisition de connaissances (TALIS 2008), le programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA 2009), et les tendances dans l’étude des mathématiques et des sciences (TIMSS 2011, Association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire).

La stratégie de la Commission pour repenser l’éducation souligne l’importance d’attirer les meilleurs candidats aux postes d’enseignants, particulièrement compte tenu du nombre élevé d’enseignants proches de la retraite. Une formation initiale adéquate et la formation continue des enseignants et des formateurs permettent d’améliorer la qualité de l’enseignement en Europe: pour disposer d’un personnel enseignant hautement qualifié, il est indispensable d’attirer et de former les meilleurs éducateurs. La promotion de l’excellence dans l’enseignement est également une priorité pour le groupe de haut niveau sur la modernisation de l’enseignement supérieur, lancé par Mme Vassiliou en novembre 2011.

Eurydice

Le réseau Eurydice se compose de 40 unités nationales réparties dans 36 pays (États membres de l’UE, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse, Croatie, ancienne République yougoslave de Macédoine, Monténégro, Serbie et Turquie). Le réseau Eurydice est coordonné par l'Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» de l’UE.

Pour en savoir plus

Le rapport complet est disponible en anglais sur le site web d’Eurydice.

Commission européenne: Éducation et formation

Site web de Mme Vassiliou

Retrouvez Mme Androulla Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU

Contacts:

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)

Annexes

Figure 1: Programmes nationaux d’initiation à l’intention des enseignants débutants de l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire général (premier et second cycles) (CITE 0, 1, 2 et 3), 2011-2012

NB: des notes explicatives et des notes spécifiques aux pays sont disponibles à la page 40 de la publication
http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/key_data_en.php/151EN.pdf

Figure 2: définitions officielles de la charge de travail hebdomadaire des enseignants à temps plein en heures dans l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire général (premier et second cycles), 2011-2012

Figure 2 (suite): définitions officielles de la charge de travail hebdomadaire des enseignants à temps plein en heures dans l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire général (premier et second cycles), 2011-2012

NB: des notes explicatives et des notes spécifiques aux pays sont disponibles aux pages 76-77 de la publication
http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/key_data_en.php/151EN.pdf


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site