Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

La Commission européenne et la Commission de l’Union africaine se réunissent pour préparer le prochain sommet Afrique-UE

Commission Européenne - IP/13/353   24/04/2013

Autres langues disponibles: EN DE PT LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 24 avril 2013

La Commission européenne et la Commission de l’Union africaine se réunissent pour préparer le prochain sommet Afrique-UE

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, et six commissaires européens rencontreront leurs homologues de l’Union africaine (UA) les 25 et 26 avril à Addis‑Abeba, en Éthiopie. Cinquante ans après la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), cette réunion de haut niveau marquera le début des préparatifs du quatrième sommet Afrique-UE, qui devrait se tenir à Bruxelles en avril 2014.

Cette rencontre permettra de renforcer la coopération bilatérale et le dialogue politique entre les deux continents, de promouvoir leurs intérêts partagés et de s’attaquer à leurs défis communs d’échelle régionale et mondiale dans le cadre de la stratégie commune Afrique-UE.

Le président Barroso a déclaré: «L’Afrique est le plus proche voisin de l’Europe, et vice versa. Le partenariat entre la Commission européenne et l’Union africaine devient un peu plus important chaque jour. Je me réjouis de la prochaine réunion de nos Collèges, un événement qui symbolise la coopération, la convergence et la complicité entre les deux organisations sœurs qui sont les moteurs de l’intégration régionale en Europe et en Afrique. Je suis fier de ce que nous avons accompli ensemble jusqu’à présent. Et je suis convaincu que nous pouvons encore aller beaucoup plus loin, en nous attaquant ensemble à nos défis communs – de l’action pour le climat à la sécurité régionale –, en éradiquant la pauvreté et en partageant les bénéfices du commerce et de la croissance.»

L’Union européenne est le premier partenaire commercial de l’Afrique et reste le plus grand bailleur de fonds en faveur de ce continent. Entre 2007 et 2012, les pays africains ont reçu près de 24 milliards d’euros d’aide publique au développement (APD) de l’UE.

Plus récemment, l’UE a dégagé 50 millions d’euros pour appuyer la mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) par l’intermédiaire de la facilité de soutien à la paix pour l’Afrique, destinée à aider l’Union africaine et les organisations régionales africaines à mener des opérations de maintien de la paix, comme la mission de l’UA en Somalie (AMISOM) et la mission de consolidation de la paix en République centrafricaine (MICOPAX). À travers la facilité de soutien à la paix pour l’Afrique, l’Union européenne couvre essentiellement les coûts non militaires de la force, comme les indemnités journalières, les frais de transport et les frais médicaux. Depuis 2004, l’UE a fourni plus de 1,1 milliard d’euros via cette facilité, afin de prévenir les conflits et de promouvoir la paix, au Darfour, en Somalie et en République centrafricaine, par exemple.

La rencontre entre la Commission de l’Union africaine et la Commission européenne commencera par des discours de politique générale de leurs présidents respectifs, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma et M. José Manuel Barroso, et se poursuivra par un débat en séance plénière et des réunions thématiques entre commissaires. Les discussions porteront sur l’intégration régionale, le commerce et les infrastructures, la gouvernance économique et les matières premières, ainsi que les douanes et la fiscalité. D’autres sujets importants seront l’environnement et l’action pour le climat, les énergies renouvelables et l’agriculture, la sécurité sanitaire des aliments et la sécurité de l’approvisionnement alimentaire, la résilience, l’éducation, l’emploi, la santé et les migrations.

Tant l’Afrique que l’Europe doivent encore relever le défi consistant à consolider une croissance économique durable et faire en sorte qu’elle soit à l’origine de créations d’emplois pour tous, et en particulier pour les femmes et les jeunes. Une action coordonnée aux niveaux continental, régional et national est nécessaire à cette fin. Dans ce contexte, les questions relatives au commerce, à l’intégration régionale, à l’agriculture et aux matières premières figureront en bonne place parmi les points à l’ordre du jour. Lorsqu’ils aborderont l’éducation, la santé, le renforcement de l’autonomie des femmes et des jeunes et le développement du capital humain, les commissaires tenteront de trouver des moyens de coopérer plus étroitement pour relever les défis structurels et contribuer ainsi à la prospérité économique.

Contexte

À l’occasion de cette sixième session annuelle conjointe des Collèges africain et européen, le président Barroso sera accompagné des commissaires Piebalgs (développement), De Gucht (commerce), Georgieva (coopération internationale, aide humanitaire et réaction aux crises), Hedegaard (action pour le climat), Cioloş (agriculture et développement rural) et Šemeta (fiscalité et union douanière, audit et lutte antifraude).

Le partenariat stratégique entre l’Afrique et l’UE vise la poursuite d’objectifs communs et l’élargissement du dialogue politique et des initiatives concrètes à de nouveaux domaines d’intérêt partagé, dans un esprit d’égalité entre les partenaires.

Quatre-vingts chefs d’État ou de gouvernement d’Afrique et d’Europe ont adopté la stratégie commune Afrique-UE lors du sommet de Lisbonne en décembre 2007. Les deux parties sont convenues de poursuivre ensemble des intérêts et des objectifs stratégiques communs, au delà des questions traditionnelles de développement, du champ géographique exclusif de l’Afrique et des institutions, en associant davantage à leur action les parlements et les bailleurs de fonds, y compris le secteur privé, la société civile et les jeunes. La stratégie commune présente une vision partagée, à long terme, du futur des relations entre l’Afrique et l’Union européenne à l’ère de la mondialisation.

Le prochain sommet Afrique-UE devrait avoir lieu à Bruxelles en avril 2014.

L’Union africaine et la Commission de l’Union africaine

L’UA, qui succède à l’Organisation de l’unité africaine (OUA), a été créée en 2002 et compte actuellement 54 États membres. Elle constitue la plus importante institution continentale et la principale organisation dans le domaine de la paix et de la sécurité en Afrique. Elle a pour principaux objectifs d’instaurer l’unité et la solidarité sur le continent, de réaliser l’intégration politique et économique, et de promouvoir la paix et la sécurité, les principes et les institutions démocratiques, ainsi que le développement durable.

La Commission de l’UA est l’institution qui assure la gestion quotidienne de l’Union africaine; elle est le principal interlocuteur de la Commission européenne dans le cadre du partenariat stratégique Afrique-UE. Elle se compose d’un président, d’un vice-président et de huit commissaires. Son siège se trouve à Addis-Abeba et ses effectifs sont actuellement au nombre de 1 500 environ. Un nouveau Collège a été élu en 2012, avec Mme Nkosazana Dlamini-Zuma à sa tête. La plupart des nouveaux commissaires de l’UA ont déjà pris leurs fonctions.

Pour en savoir plus

MEMO/13/367: Stratégie commune Afrique‑UE: principaux faits

Informations générales sur le partenariat Afrique-UE:

http://www.africa-eu-partnership.org/fr/

Contacts:

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70)

Leonor Ribeiro Da Silva (+32 2 298 81 55)

Raquel Maria Patricio Gomes (+32 2 297 48 14)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site