Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 19 avril 2013

Enquête sur les TIC à l'école: les élèves n'ont pas assez de matériel et les enseignants doivent être mieux formés et davantage soutenus

Les élèves comme les professeurs sont favorables au numérique, le nombre d'ordinateurs a doublé depuis 2006 et la plupart des écoles sont désormais «connectées», mais le taux d'utilisation des TIC (technologies de l'information et de la communication) et les niveaux de compétences numériques restent très inégaux. Selon une enquête sur l'utilisation des technologies numériques dans les écoles d'Europe publiée par la Commission, il faut renforcer considérablement l'acquisition de ces compétences et le soutien de leur diffusion par les professeurs.

Principales conclusions de l’étude

  1. Seul un élève sur quatre âgé de 9 ans fréquente une école dotée de très bons équipements numériques, avec du matériel récent et un haut débit rapide (minimum 10mbps), et un très bon environnement de connexion (site web, adresse électronique pour les élèves et les enseignants, réseau local, dispositif d'apprentissage virtuel);

  2. seule la moitié des élèves âgés de 16 ans fréquente des écoles aussi bien équipées;

  3. 20 % des élèves de secondaire n'ont jamais ou presque jamais utilisé d'ordinateur en classe;

  4. les élèves dont l'école a adopté une politique spécifique et officielle d'utilisation des TIC ont davantage d'occasions d'utiliser des technologies d'apprentissage numériques en classe;

  5. la situation varie d'un pays à l'autre. Les pays scandinaves et nordiques disposent des meilleurs équipements (Suède, Finlande, Danemark), tandis que les élèves polonais, roumains, italiens, grecs, hongrois et slovaques sont ceux qui risquent le plus de ne pas disposer des équipements adéquats;

  6. dans de nombreuses écoles, les ordinateurs portables, les tablettes et les netbooks remplacent petit à petit les ordinateurs de bureau;

  7. le manque d'équipements n'est pas dû à un manque d'intérêt. En effet, certains pays où l'utilisation des équipements informatiques est la plus répandue sont les moins bien équipés (c'est le cas, par exemple, de la Bulgarie, de la Slovaquie, de Chypre et de la Hongrie);

  8. il est essentiel que les élèves aient accès aux TIC à la fois chez eux et à l'école;

  9. la plupart des enseignants estiment qu'il est temps de changer radicalement de politique;

  10. les enseignants ont généralement une vision positive de l'utilisation pédagogique des TIC et ont une attitude confiante à cet égard. Cette confiance est essentielle: pour diffuser les compétences et les connaissances numériques, pouvoir compter sur des enseignants bien formés et confiants importe plus que de disposer des tout derniers équipements;

  11. cependant, la formation des enseignants aux TIC est rarement obligatoire, et la plupart d'entre eux sont donc obligés de se former en dehors de leurs heures de travail dans le cadre d'une démarche personnelle pour acquérir ces compétences;

  12. les enseignants préparent leurs cours sur ordinateur plus souvent qu'ils n'utilisent ce support en classe.

Recommandations de l'enquête

  1. Il est nécessaire de mettre en place une approche intégrée de l'utilisation pédagogique des TIC dans les écoles, ce qui signifie non seulement qu'il faut investir dans les infrastructures mais également qu'il faut consacrer davantage de ressources à la formation des enseignants, prévoir des bonus pour ceux qui utilisent les TIC dans leur classe et créer des postes de coordinateurs des TIC;

  2. au niveau de l'UE, l'enquête recommande à la Commission de s'attacher à réduire les écarts dans l'utilisation pédagogique des TIC entre les pays, de soutenir des projets axés sur de nouvelles approches de l'enseignement par les technologies numériques, d'aider à l'acquisition de ressources numériques d'apprentissage de qualité pour les enseignants et de contrôler régulièrement les progrès dans l'utilisation des technologies numériques et dans l'acquisition des compétences correspondantes.

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne responsable de la stratégie numérique, a déclaré: «La formation aux TIC et l'acquisition de compétences dans ce domaine ne doivent pas être réservées à une poignée de privilégiés, mais être accessibles à tous les élèves et à tous les enseignants. Nous voulons que nos jeunes puissent utiliser les TIC à l'école dès le départ, et nous voulons des professeurs qui partagent leurs connaissances en toute confiance.»

Mme Androulla Vassiliou, commissaire chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, s'est, quant à elle, exprimée en ces termes: «Nous devons investir davantage dans le développement et l'utilisation des TIC à l'école. L'Europe ne retrouvera le chemin de la croissance durable que si elle peut compter sur des diplômés et des professionnels du domaine des TIC hautement compétents, capables de contribuer à l'innovation et à l'esprit d'entreprise.»

M. Marc Durando, directeur exécutif du réseau European Schoolnet, a, pour sa part, tenu les propos suivants: «Les décideurs politiques et les directeurs d'école devraient œuvrer à l'adoption de mesures concrètes au niveau des écoles visant à soutenir l'utilisation et l'intégration des TIC en classe et à investir dans le renforcement des capacités par la mise en place de nouveaux modèles de formation (communautés en ligne, apprentissage mixte, etc.).»

Prochaines étapes

    Ces conclusions et recommandations s'inscriront dans le cadre des activités de la stratégie numérique visant à améliorer les compétences numériques de chaque Européen pour permettre la pleine intégration de tous dans la société. Elles viendront à l'appui de la grande coalition en faveur de l’emploi dans le secteur du numérique (voir IP/13/182; cette initiative prévoit par exemple des cours en ligne ouverts et massifs (Massive Open Online Courses, MOOC) pour les enseignants, et la généralisation des incitations et de la coordination de la formation des enseignants aux TIC), et d'autres initiatives de la Commission, telles que la stratégie «repenser l'éducation» et la future proposition sur l'ouverture de l'éducation. Ces initiatives devront permettre aux nouvelles générations d'être autonomes dans une société en réseau où les entreprises, le réseau et les personnes sont tous interconnectés, par un soutien à l'innovation, à l'esprit d'entreprise et aux compétences dans le domaine des TIC, qui permette de stimuler la participation et la créativité dans la société.

Contexte

L'étude a été réalisée par le réseau European Schoolnet et par l'Université de Liège. C'est la troisième enquête européenne sur les TIC à l'école, et la première dans le cadre de laquelle les élèves ont été interrogés directement. La précédente étude (eEurope 2005) était axée principalement sur la fourniture d'infrastructures. Le champ de l'étude publiée aujourd'hui a été étendu à la façon dont les TIC sont utilisées et perçues et aux compétences en matière d'utilisation des TIC. Cette enquête s'est déroulée entre janvier 2011 et novembre 2012. Dans quatre pays (l'Allemagne, l'Islande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni), le taux de réponse était trop faible pour pouvoir établir des conclusions fiables. Les conclusions sont donc fondées sur 190 000 réponses provenant des 27 autres pays.

Liens utiles

Survey of Schools: ICT in Education

Page du réseau European Schoolnet sur l'enquête (en anglais), grande coalition en faveur de l’emploi dans le secteur du numérique, Stratégie numérique

Neelie Kroes (en anglais), suivez Mme Kroes sur Twitter

Contacts:

Ryan Heath (+32 2 296 17 16), Twitter: @RyanHeathEU

Linda Cain (+32 2 299 90 19)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website