Navigation path

Left navigation

Additional tools

Mieux préparer l'Europe aux catastrophes d'origine naturelle et humaine

European Commission - IP/13/329   16/04/2013

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 16 avril 2013

Mieux préparer l'Europe aux catastrophes d'origine naturelle et humaine

La Commission européenne présente aujourd’hui un paquet comprenant deux volets: la stratégie de l’UE relative à l’adaptation au changement climatique, qui définit un cadre et des mécanismes permettant à l'UE de passer à la vitesse supérieure dans ses préparatifs en la matière, et, dans le cadre de cette stratégie, un livre vert sur les assurances contre les catastrophes d'origine naturelle et humaine. Cette consultation publique ouvre un vaste débat sur l’adéquation et la disponibilité des formules d’assurance existantes.

Connie Hedegaard, membre de la Commission chargée de l’action pour le climat, a déclaré à ce propos: «La réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde doit rester notre priorité absolue afin de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2 °C et d'éviter de dangereux bouleversements climatiques. Mais les effets néfastes de l'évolution du climat se font de plus en plus sentir en Europe. L’adaptation à ces changements est l’un des défis les plus importants à relever pour le développement territorial de l’Europe. Notre stratégie a pour objectif d’aider les décideurs européens à choisir les meilleures solutions dans l’intérêt de leurs citoyens. Cela stimulera la croissance et l’emploi et évitera de devoir payer par la suite un tribut humain, économique et environnemental potentiellement lourd.»

M. Michel Barnier, membre de la Commission chargé du marché intérieur et des services, a observé, quant à lui, que: «Les catastrophes d'origine naturelle et humaine sont en augmentation, alors que les capacités de couverture de ces risques par le secteur des assurances ne sont pas pleinement utilisées. Il convient d'étudier les solutions envisageables au niveau européen pour y remédier, de même que des moyens communs de prévention et de sensibilisation des citoyens et des entreprises. Ce livre vert ouvre un débat important sur ces questions et nous permettra également d'obtenir une meilleure vue d'ensemble de la situation dans les différents États membres.»

Mme Kristalina Georgieva, membre de la commission chargé de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, s'est exprimée en ces termes: «Des polices d’assurance bien conçues peuvent également constituer un instrument fondé sur le marché permettant de décourager les comportements à risque, de sensibiliser et d'intégrer la prévention des catastrophes dans les décisions économiques et financières».

La stratégie poursuit trois objectifs clés

  • Favoriser l'action au niveau des États membres: la Commission encouragera tous les États membres à adopter des stratégies d'adaptation globales (ils sont actuellement quinze à disposer d'une telle stratégie) et mettra des financements à disposition pour les aider à renforcer leurs capacités d'adaptation et à prendre des mesures. Elle apportera également son soutien aux municipalités en lançant un engagement volontaire suivant le modèle du «Pacte des maires».

  • L'action de l'UE en faveur de la résilience au climat: l'adaptation dans les secteurs les plus vulnérables, tels que l'agriculture et la pêche, et son intégration dans la politique de cohésion continueront d'être encouragées, afin d'assurer la résilience des infrastructures européennes et d'encourager le recours aux assurances contre les catastrophes d'origine naturelle et humaine.

  • Favoriser une prise de décision éclairée: les lacunes seront comblées dans les connaissances en matière d'adaptation et la position de la plate-forme européenne Climate-ADAPT sera renforcée, celle-ci devenant un guichet d'information unique sur l'adaptation en Europe.

Création d'emplois et économies

La stratégie privilégie des solutions d'adaptation peu onéreuses, bénéfiques pour l'économie et pour l'environnement et présentant encore de nombreux autres avantages. Elle favorisera une croissance durable, encouragera les investissements résilients au changement climatique et créera de nouveaux emplois, notamment dans les secteurs de la construction, de la gestion de l'eau, des assurances, des technologies agricoles et de la gestion des écosystèmes.

Selon des estimations, pour chaque euro dépensé dans la protection contre les risques d'inondation, le coût des dommages diminuerait de six euros. De 1980 à 2011, les inondations ont tué plus de 2 500 personnes, frappé plus de 5,5 millions de personnes et entraîné des pertes économiques directes s'élevant à plus de 90 milliards d'euros. Le coût minimum d'une absence d'adaptation au changement climatique serait de 100 milliards d'euros par an en 2020 et de 250 milliards d'euros en 2050 pour l'ensemble de l'Union.

Livre vert sur les assurances contre les catastrophes

Comme bien d'autres régions du monde, l'Union européenne est exposée à presque tous les types de catastrophes naturelles. Outre les vies qu'elles ôtent, ces catastrophes coûtent des milliards d'euros chaque année, mettant en péril la stabilité et la croissance économiques. Les catastrophes peuvent avoir des répercussions par-delà les frontières et représenter une menace pour des pans entiers du territoire des pays voisins. Même lorsque le coût de catastrophes majeures est concentré localement, une mauvaise couverture de ceux-ci par les assurances peut grever le budget des États membres individuels, au risque de causer des déséquilibres internes et externes. Il s'agit donc d'une question cruciale pour les citoyens, les entreprises et les gouvernements de toute l'Union européenne.

Le livre vert pose un certain nombre de questions sur l'adéquation et la disponibilité des assurances contre les catastrophes. Il poursuit un objectif de sensibilisation et cherche à évaluer si des mesures prises à l'échelon de l'UE pourraient être appropriées ou justifiées pour consolider le marché des assurances contre les catastrophes dans l'Union européenne. À titre plus général, ce processus élargira également la base des connaissances, encouragera le recours aux assurances dans la gestion des catastrophes et contribuera dès lors à l'adoption d'une philosophie générale de prévention des catastrophes et d'atténuation de leurs risques.

Prochaines étapes

La communication relative à la stratégie d'adaptation est adressée aux autres institutions de l'UE, qui sont invitées à se prononcer à son sujet. Le 29 avril, la Commission organisera une conférence des parties prenantes sur ce thème à Bruxelles.

La consultation publique dans le cadre du livre vert est ouverte jusqu'au 30 juin 2013. Dès que la Commission aura examiné les réponses qu'elle aura reçues, elle décidera des suites qu'il conviendra d'y donner, lesquelles pourraient être de nature tant législative que non législative.

Contexte

L'Europe se réchauffe plus rapidement que de nombreuses autres régions du globe: au cours de la dernière décennie, les températures enregistrées sur le territoire européen dépassaient en moyenne de 1,3 °C les niveaux de l'ère préindustrielle, alors que la hausse moyenne des températures dans le monde est de 0,8 °C. Le changement climatique a certes des effets qui diffèrent d'un bout à l'autre de l'Union européenne, selon les conditions climatiques, géographiques et socioéconomiques qui prévalent, mais tous les États membres y sont exposés. Certains phénomènes météorologiques extrêmes se sont multipliés: les vagues de chaleur, les feux de forêt et les épisodes de sécheresse ont ainsi été plus fréquents en Europe centrale et méridionale. Le nord et le nord-est de l'Europe devraient connaître davantage de précipitations et d'inondations, entraînant un risque accru d'inondations et d'érosion côtières. Avec l'augmentation de ces phénomènes, il est à craindre que l'ampleur des catastrophes ne soit plus grande encore, causant des pertes économiques considérables, des problèmes de santé publique et la mort d'êtres humains.

Le bassin méditerranéen, les zones de montagne, les plaines inondables densément peuplées, les zones côtières, les régions ultrapériphériques et l'Arctique sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. De surcroît, les trois quarts de la population européenne vivent dans des zones urbaines, lesquelles peuvent être exposées aux vagues de chaleur, aux inondations ou à la montée du niveau des mers.

Informations complémentaires

Site de la DG CLIMA sur l'adaptation

Plate-forme européenne d'adaptation au changement climatique:

MEMO/13/334

MEMO/13/335

Contacts :

Isaac Valero Ladron (+32 2 296 49 71)

Stéphanie Rhomberg (+32 2 298 72 78)

Chantal Hughes (+32 2 296 44 50)

Carmel Dunne (+32 2 299 88 94)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website