Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE ES NL IT BG

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 10 janvier 2013

Affectation de l’aide humanitaire de la Commission européenne en 2013

Bruxelles, le 10 janvier 2013 – La Commission européenne vient tout juste d’adopter son plan pour l’affectation de plus de 661 millions d’aide humanitaire en 2013. Cette «décision relative à l'aide humanitaire à l'échelle mondiale» sera la clé de voûte financière de la stratégie opérationnelle de la Commission en matière d'aide humanitaire pour 2013. La Commission financera des interventions humanitaires menées par plus de 200 de ses organisations partenaires dans près de 80 pays ou régions.

Au terme d’une analyse approfondie des besoins des populations les plus vulnérables du monde, il a été décidé que les cinq plus grandes opérations humanitaires cibleraient la région du Sahel en Afrique de l’Ouest, avec la prise de nouvelles mesures en réponse au conflit au Mali (82 millions ), le Soudan et le Soudan du Sud (80 millions ), la République démocratique du Congo (54 millions ), le Pakistan (42 millions ) et la Somalie (40 millions ). Ces régions sont toutes en proie à une crise prolongée et de grande ampleur due à un conflit, à des pénuries alimentaires, ou aux deux à la fois. Sur un plan géographique, la plus grande partie de l’aide bénéficiera à l’Afrique subsaharienne, qui recevra 344,5 millions €, soit 52 % des fonds préprogrammés pour l’aide humanitaire.

Mme Kristalina Georgieva, membre de la Commission européenne responsable de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, a déclaré à ce sujet: «Par sa portée et son étendue, la décision de la Commission relative à l'aide humanitaire à l'échelle mondiale nous rappelle si besoin est l'ampleur des besoins humanitaires de par le monde. Pour des centaines de millions de personnes, les crises ne sont pas des événements rares, mais des épisodes de souffrance récurrents, qui semblent inévitables. L’aide humanitaire confère un visage à notre humanité, dont ceux qui souffrent ont cruellement besoin. J'ai pu constater qu'en plus de répondre aux besoins matériels essentiels, cette aide redonne espoir à des personnes qui ont quasiment tout perdu.»

«Comme par le passé, l’UE apportera son aide humanitaire uniquement en fonction de l'urgence des besoins, indépendamment de tout agenda politique. L’année dernière, je me suis rendue dans de nombreuses zones de conflit à travers le monde – au Mali et en Syrie, entre autres ‑ où l'aide ne pouvait atteindre les personnes dans le besoin que parce qu'elle était perçue comme neutre et impartiale. L'UE continuera d'appliquer ce principe fondamental dans le cadre de ses travaux de première urgence

À l’instar des années précédentes, une enveloppe sera spécialement prélevée sur le budget pour les crises oubliées – là où les populations, délaissées par les caméras, ne peuvent compter que sur la Commission comme donateur de premier plan. En 2013, la Commission a identifié neuf pays – Algérie, Bangladesh, République centrafricaine, Colombie, Inde, Myanmar, Pakistan, Sri Lanka et Yémen – dont les populations répondent à ces critères. La seule nouvelle crise figurant sur la liste de cette année est celle résultant du conflit et des déplacements de population internes au Pakistan. Parmi les crises interminables oubliées figurent aussi le conflit armé provoqué par l'Armée de résistance du Seigneur en République centrafricaine, les réfugiés sahraouis en Algérie et les victimes du conflit colombien.

Et la commissaire d’ajouter: «Devoir apporter de nouveaux moyens financiers pour régler d’anciennes crises ne doit pas nous inciter à nous reposer sur nos lauriers. En effet, je souhaite faire de 2013 l'année de l'innovation, en particulier dans les domaines du renforcement de la capacité de réaction d’urgence du secteur, de la coopération avec de nouveaux donateurs, ainsi que de la promotion de la capacité de résistance aux crises parmi les communautés les plus démunies grâce à nos nouvelles initiatives, telles qu’AGIR Sahel et SHARE pour la Corne de l'Afrique. Les principaux défis à relever pour que cette aide ait un réel impact résident dans l’accès permanent aux plus démunis et dans la nécessité de rendre des comptes aux contribuables européens et aux bénéficiaires au sujet de l’aide que nous apportons. En ces temps de lourdes contraintes budgétaires et de configuration de plus en plus difficile sur le plan humanitaire, ces domaines nécessiteront de faire preuve de coordination et de leadership.»

Historique

La décision relative à l’aide humanitaire à l'échelle mondiale est arrêtée sur la base d'une évaluation globale des besoins (GNA en anglais), réalisée chaque année, dans le cadre de laquelle la Commission européenne répartit 140 pays en développement sur la base de leur vulnérabilité et de l'éclatement d'une crise récente. En 2012, la méthode d'évaluation des besoins mondiaux a permis à la Commission de recenser 68 pays actuellement confrontés à au moins une crise humanitaire. Sur ces 68 pays, quinze sont considérés comme «extrêmement vulnérables», dont neuf sont situés en Afrique subsaharienne.

Outre le montant de 661 millions € que la Commission a affecté aux problèmes humanitaires les plus épineux dans le monde, des ressources de réserve ont été dégagées pendant l’année pour les crises et les catastrophes imprévisibles. En 2012, la réserve a été épuisée en raison de catastrophes majeures dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest, de l’escalade des conflits en Syrie, en République démocratique du Congo et au Soudan, tous ces événements ayant provoqué des regains de violence contre les civils et des déplacements de population. En raison de ces mesures supplémentaires d’intervention d’urgence, les fonds dégagés par la Commission pour l’aide humanitaire se sont chiffrés au total à près de 1,3 milliard € en 2012, la plus grande dépense jamais réalisée par la Commission en un an dans ce domaine.

L’aide humanitaire de l’UE est fondée sur les principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance. Chaque décision prise en la matière doit intégrer ces quatre principes, qui sont au cœur du consensus européen sur l'aide humanitaire.

L’aide humanitaire de l’Union européenne est distribuée uniquement en fonction de ces principes et vise, sans exception, à aider ceux qui en ont le plus besoin, indépendamment de leur nationalité, de leur religion, de leur sexe, de leur origine ethnique ou de leur appartenance politique.

Pour plus d’informations

Site web de Mme Georgieva:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/georgieva/index_fr.htm

Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

Contacts:

Irina Novakova (+32 2 295 75 17)

David Sharrock (+32 2 296 89 09)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site