Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE LV

Commission Européenne

Communiqué de Presse

Bruxelles, le 20 février 2013

Le Commissaire Piebalgs lance de nouveaux projets pour la sécurité alimentaire et l’énergie durant sa visite au Burundi

Au cours d’une visite de deux jours au Burundi (21-22/02), le Commissaire au Développement, Andris Piebalgs annoncera un nouveau projet d’une valeur de 18 millions d’euros pour renforcer la sécurité alimentaire. Ce nouveau projet bénéficiera à environ 20.000 ménages et 80.000 enfants qui souffrent de malnutrition. Le Commissaire va également lancer un second projet qui, s’élevant à 50 millions d’euros, vise à fournir de l'énergie durable à un million de citoyens burundais, en ciblant prioritairement les zones rurales.

Le Commissaire Piebalgs a déclaré: "Nous ne pouvons pas oublier la faim chez les enfants qui est le pire fléau de notre époque. Au Burundi le taux actuel de malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans est de 58%, un taux parmi les plus élevés depuis plus de 20 ans. L’aide de l’UE constitue un instrument important pour parvenir à un monde sans faim et je suis déterminé à aider les familles et les enfants burundais à recevoir leur chance pour une vie plus décente."

Le programme pour renforcer la sécurité alimentaire PROPA-O, qui fait partie de l'initiative pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) - une initiative européenne mise en place pour soutenir les pays qui accusent un retard important dans l'atteinte des OMD, mais aussi pour encourager les pays qui font des progrès remarquables dans la réalisation des OMD. Le programme vise à améliorer l'accès aux produits agricoles de qualité, tels que les semences et les engrais, et à aider les agriculteurs à accéder aux marchés (par l'amélioration du stockage, le soutien à la collecte et la transformation des produits agricoles).

L’énergie figure parmi les autres priorités de la visite du Commissaire. Au Burundi, seulement 3,5% de la population a accès à l’électricité.  Le manque d’accès à l’énergie constitue un frein majeur au développement du pays.

Comme l’a expliqué le Commissaire Piebalgs: "Il ne peut y avoir de développement sans énergie, et, malheureusement, la situation énergétique au Burundi reste l'un des pires au monde, la plupart des gens y doivent subir de fréquentes coupures de courant. Pour cette raison, j’ai décidé de faire de l'énergie l'une des priorités de notre coopération."

Cette nouvelle initiative (d’une valeur de 50 millions d’euro) pourrait comprendre de l’électrification de zones rurales, le financement des petits et moyens projets d'énergie hydraulique et l'amélioration des infrastructures énergétiques. Ce projet permettra à l’UE de faire un pas supplémentaire dans la réalisation de la promesse de fournir de l'énergie à 500 millions de personnes d'ici 2030, dans le cadre de l'initiative, chapeautée par les Nations Unies, d’ "Energie durable pour tous" (Sustainable Energy for all, SE4ALL).

Programme du Commissaire (à confirmer)

Outre sa rencontre avec le Président Nkurunziza, le Commissaire Piebalgs rencontrera le vice-président Gervais Rufyikiri, le ministre des Finances et de la Planification Tabu Abdallah Manirakiza ainsi que d'autres responsables gouvernementaux et de l’administration. Des rencontres avec des représentants de diverses organisations internationales telles que le PNUD, la Banque mondiale, Banque africaine de développement et du Fonds monétaire international sont également prévues, ainsi qu’avec les organisations de la société civile. Au cours de toutes ces réunions, le commissaire insistera sur la nécessité pour le pays d'accélérer le programme de réformes et d'assurer le suivi des engagements que le gouvernement a pris lors de la Conférence internationale de Genève en Octobre 2012. M. Piebalgs a déclaré: "Tout en reconnaissant qu'un certain nombre de réformes sont sur la bonne voie, nous devons encourager nos amis burundais à aller de l'avant et à accélérer les réformes qui assureront le développement durable du pays. Les élections de 2015 constituent un rendez-vous important qui ne peut pas être manqué. L'UE restera un partenaire important pour le Burundi pour l’accompagner dans à tous ces défis." Enfin, le Commissaire Piebalgs visitera également à une série de projets de développement financés par l'UE - dans les domaines de la gouvernance, de la sécurité, de la santé et de la sécurité alimentaire afin d'évaluer leur mise en œuvre.

Contexte

Depuis 2004, l'UE a financé plus de 45 projets au Burundi dans le domaine de la sécurité alimentaire, mis en œuvre par près de 25 organisations différentes (ONG et les OI) pour un montant de près de 40 millions d'euros. Ces projets ont bénéficié à des milliers de ménages, principalement des agriculteurs et des personnes vulnérables. La productivité des agriculteurs a été renforcée et la production et l'élevage ont été soutenus par la réhabilitation d'infrastructures, la fourniture d'équipement et d'intrants agricoles; des formations pour les agriculteurs et les organisations paysannes ont été organisées. Une attention particulière a aussi été portée à la diversification des moyens de subsistance en milieu rural et pour accroître les revenus ruraux ainsi que pour appuyer la transition d'une agriculture de subsistance vers one agriculture orientée vers le marché et, plus récemment, lutter contre la malnutrition chronique. Néanmoins, étant donné que l'insécurité alimentaire est un problème structurel, une réponse à long terme est nécessaire.

Pour plus d’informations:

MEMO/13/115: EU Cooperation with Burundi

IP/11/1063: l'Initiative OMD de l’UE d’1 milliard d’euros pour soutenir la santé maternelle, contribuer à lutter contre la mortalité infantile et la faim et améliorer l'approvisionnement en eau et l'assainissement.

Site Web d’EuropeAid DG Développement et coopération :

http://ec.europa.eu/europeaid/index_en.htm

Site web du Commissaire européen du développement, Andris Piebalgs:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Contacts :

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Wojtek Talko (+32 2 297 85 51)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site