Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

L’UE lance une nouvelle initiative pour lutter contre la criminalité organisée et la traite des êtres humains à ses frontières

Commission Européenne - IP/13/121   18/02/2013

Autres langues disponibles: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 18 février 2013

L’UE lance une nouvelle initiative pour lutter contre la criminalité organisée et la traite des êtres humains à ses frontières

L’Union européenne a lancé un nouveau projet d’un montant de 1,5 million € visant à renforcer la lutte contre la criminalité organisée et la traite des êtres humains en Azerbaïdjan, en Bosnie-Herzégovine, en Moldavie et en Turquie.

Ce projet pilote innovant aidera ces pays à mieux s’armer contre la traite des êtres humains, par exemple grâce à l’échange de données en la matière et à des formations destinées aux autorités répressives sur la manière de faire face au phénomène plus efficacement. Dans le même temps, il favorisera la coopération régionale dans ce domaine grâce à l'échange d’informations et de bonnes pratiques entre les pays et les régions. Cet élément est fondamental puisque la plupart du temps, la traite des êtres humains concerne plusieurs pays.

Lors du lancement du projet, M. Štefan Füle, commissaire chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, a déclaré: «Nous sommes déterminés à mettre tout en œuvre pour agir par delà les frontières et les nations afin de mettre fin à ce fléau qu’est la traite des êtres humains, partout où il se manifeste. Grâce au renforcement des législations, à l’échange d'informations et à la sensibilisation accrue au problème dans la région, nous espérons établir les bases d'autres actions dans ce domaine et envoyer un message clair aux trafiquants: cette forme d'exploitation barbare et déplorable ne peut continuer.»

Le commissaire chargé du développement, M. Andris Piebalgs, a déclaré à ce sujet: «Je trouve absolument choquant que la traite des êtres humains existe encore au 21e siècle. La criminalité organisée est un virus qui ne connaît pas de frontières. La solution à apporter doit donc également être transnationale pour protéger non seulement les victimes, mais aussi les citoyens de l’UE. C’est la raison pour laquelle de tels projets sont essentiels. Ce terrible fléau de notre société moderne ne pourra être vaincu que si les pays travaillent ensemble.»

Mme Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures, s’est exprimée en ces termes: «La traite des êtres humains ne peut être tolérée sous aucune forme, que ce soit en Europe ou ailleurs dans le monde. Nous devons travailler avec les pays et organisations partenaires pour apporter une réponse forte et non équivoque à cette violation fondamentale des droits de l’homme.»

La traite des êtres humains (également appelée «esclavage moderne») entraîne des violations flagrantes des droits de l’homme et constitue également une forme particulièrement lucrative de criminalité organisée, qui génère des bénéfices s’élevant à plusieurs dizaines de milliards d’euros par an. Chaque année, des millions de femmes, d’hommes et d’enfants sont victimes de ce phénomène à des fins d’exploitation sexuelle, de travail forcé, voire de prélèvement d’organe.

Le projet est une des mesures de la stratégie de l'UE en vue de l'éradication de la traite des êtres humains pour la période 2012-2016, adoptée par la Commission le 19 juin 2012. Il complète les travaux de la Commission consistant notamment en la collecte de données statistiques relatives à la traite des êtres humains, sur la base desquels la Commission publiera un rapport au printemps 2013. Il est aussi lié aux travaux concernant le document d'orientation générale sur le renforcement de la dimension extérieure de l'UE dans le domaine de la lutte contre la traite des êtres humains.

Le projet lancé début 2013 constitue une première phase pilote. D’ici à mi-2014, une seconde phase devrait consolider ses résultats et en élargir la portée en abordant non seulement la répression, mais aussi l’aide aux victimes et leur protection. D’autres pays devraient également se joindre au projet lors de cette seconde phase.

Contexte

Ce projet vise plus précisément:

  • à améliorer les systèmes de collecte, d’analyse et d’échange de données aux niveaux national et transnational afin d’accroître les connaissances sur l’ampleur et la nature de la traite des êtres humains;

  • à favoriser l'échange d'informations et la coordination régionale en matière de traite des êtres humains et à y contribuer;

  • à améliorer la coopération en matière de répression aux niveaux national et transnational, ainsi que la capacité des procureurs, du personnel consulaire et des organisations non gouvernementales à s’attaquer plus efficacement au crime que constitue la traite des êtres humains.

La première phase pilote, qui se concentre sur la répression, est financée par l’Union européenne au titre de son instrument de stabilité.

L'instrument de stabilité

L’instrument de stabilité de l’UE vise à associer la sécurité au développement. Il a pour but premier de soutenir les mesures visant à maintenir ou à rétablir les conditions qui doivent permettre aux pays partenaires de l'UE de poursuivre leurs objectifs de développement à long terme.

Il permet d'intervenir là où les instruments de développement géographiques ou autres ne peuvent pas être utilisés et devrait être déployé pour faire face aux menaces transrégionales qui pèsent sur la sécurité. Depuis 2007, l’UE soutient plusieurs projets visant à lutter contre la criminalité organisée et le terrorisme au niveau transrégional dans le cadre de l’instrument de stabilité.

Pour de plus amples informations

Site web de la direction générale du développement et de la coopération EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Site web de l'instrument de stabilité:

http://ec.europa.eu/europeaid/how/finance/ifs_fr.htm

Site web de l’Union européenne consacré à la lutte contre la traite des êtres humains:

http://ec.europa.eu/anti-trafficking/index

Site web du service européen pour l’action extérieure:

http://eeas.europa.eu/human_rights/traffic/index_fr.htm

Contacts:

Peter Stano (+32 22957484)

Anca Paduraru (+32 22966430)

Alexandre Polack (+32 22990677)

Michele Cercone (+32 22980963)

Tove Ernst (+32 22986764)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site