Navigation path

Left navigation

Additional tools

L'égalité hommes-femmes dans le sport - La Commission appelle à prendre des mesures

European Commission - IP/13/1197   03/12/2013

Other available languages: EN DE EL LT

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 3 décembre 2013

L'égalité hommes-femmes dans le sport - La Commission appelle à prendre des mesures

Même au XXIe siècle, les femmes et les jeunes filles restent pénalisées dans le domaine du sport. Si celui-ci vante l'égalité, la réalité est souvent différente: les instances dirigeantes du sport restent dominées par les hommes; les entraîneuses sont souvent moins bien rémunérées que leurs homologues masculins et les filles sont plus souvent victimes de harcèlement sexuel dans le sport que les garçons. Les 3 et 4 décembre, la Commission européenne organisera une conférence sur l'égalité hommes-femmes dans le sport à Vilnius. L'événement réunira des représentants d'organisations sportives européennes, internationales et nationales, notamment le Comité international olympique, les comités olympiques nationaux, le Comité international paralympique, l'UEFA, des conseillers de haut rang des gouvernements nationaux et l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes, basé dans la capitale lituanienne.

«Il est clair que les jeunes filles et les femmes sont encore confrontées à de nombreux obstacles s'agissant de la pratique du sport à tous les niveaux, tant dans le sport amateur que dans le sport professionnel. Soyons clairs: nous n'avons que faire d'une nouvelle déclaration, nous avons besoin d'action. Nous devons veiller à ce que les femmes puissent pratiquer le sport dans un environnement sûr et à ce qu'elles aient davantage de possibilités de faire entendre leur voix au sein des instances dirigeantes du sport», a déclaré Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée du sport.

La Commission européenne pourra soutenir des projets transnationaux de promotion de l'égalité hommes-femmes dans le cadre du volet «Sport» du nouveau programme Erasmus +.

«Nous avons besoin d'un ensemble cohérent de mesures, coordonnées aux niveaux national et européen, qui devraient notamment consister en des formations visant à garantir l'égalité des chances pour les femmes dans le sport et un environnement d'entraînement sans discrimination ni harcèlement. Il est temps d'en finir avec les belles paroles sur l'égalité! Nous devons faire en sorte d'élargir la couverture du sport féminin et d'augmenter le nombre de femmes travaillant dans les médias sportifs si nous voulons changer les comportements», a ajouté la commissaire.

L'événement qui se tiendra à Vilnius soulignera également la capacité du sport à promouvoir, de manière plus générale, l'égalité hommes-femmes, la nécessité de régler le problème du recours fréquent à des images à fort caractère sexuel dans le sport et dans les médias et les bonnes pratiques en matière de prévention du harcèlement sexuel, en particulier dans un contexte sportif.

Y participeront, entre autres, Sir Philip Craven, président du Comité international paralympique, Mme Ulla Koch, entraîneuse de la fédération allemande de gymnastique, Mme Esther Vergeer, septuple médaillée d'or paralympique en tennis en fauteuil roulant, et Mme Daina Gudzinevičiūtė, présidente du comité olympique lituanien et ancienne championne olympique de tir.

La conférence comprendra deux tables rondes et sept ateliers axés sur des «actions stratégiques». La deuxième table ronde portera également sur «les engagements et les mesures à prendre concrètement». Les tables rondes seront présidées par Mme Novella Calligaris, ancienne championne du monde et médaillée olympique italienne de natation. Les conclusions seront communiquées aux institutions de l'UE, au mouvement sportif et aux États membres afin que ceux-ci envisagent les mesures à prendre et les aides à apporter. Elles contribueront également à définir des priorités au titre du volet «Sport» du programme Erasmus + et du nouveau plan de travail de l'UE en faveur du sport.

Au total, au cours des sept prochaines années, environ 265 millions € seront affectés au titre du nouveau programme Erasmus + à des organisations actives dans le domaine du sport pour tous. En plus de promouvoir l'égalité hommes-femmes, les aides porteront sur la bonne gouvernance, l'inclusion sociale, les doubles carrières pour les athlètes et l'activité physique pour tous. Le nouveau programme soutiendra également les initiatives transfrontières visant à lutter contre le racisme, le trucage de matches et le dopage dans le sport.

Contexte

L'enquête Eurobaromètre sur le sport et les activités physiques (publiée en mars 2010) montre que les femmes font moins de sport que les hommes. Elle indique que 43 % des hommes pratiquent un sport au moins une fois par semaine, contre 37 % des femmes. Les chiffres sont plus frappants pour les 15-24 ans (71 % des hommes contre 50 % des femmes).

Les travaux de recherche menés par l'université de Loughborough (Royaume-Uni) ont montré que la proportion de femmes occupant une fonction d'entraîneuse ou de dirigeante au sein des instances dirigeantes du sport en Europe restait très faible (10 % en moyenne), des exceptions étant à noter dans certains États membres au niveau des clubs locaux pour les dirigeantes et à des niveaux peu élevés pour les entraîneuses. Les entraîneuses professionnelles sont également, en moyenne, moins bien rémunérées que leurs homologues masculins. En Allemagne, par exemple, les femmes gagnent 1 000 € de moins par mois pour le même type d'emploi.

Le projet financé par l'UE intitulé «Prévention de la violence à caractère sexuel dans le sport» a montré que même si le sport permettait aux enfants de se sentir forts et d'avoir confiance en eux, leur vulnérabilité au harcèlement et aux abus sexuels et liés au sexe était importante en raison des relations et de la confiance étroites qui s'instaurent entre les individus à l'entraînement.

À la conférence «London Calling» sur les femmes européennes et le sport, qui s'est tenue le 16 septembre 2011, la commissaire Vassiliou a invité les parties prenantes à débattre de propositions visant à renforcer l'égalité hommes-femmes dans le sport. Elle a également demandé à un groupe d'experts d'élaborer un plan d'action en la matière. Leurs propositions seront examinées lors de la conférence de cette semaine.

Avant le début des Jeux olympiques de Londres, le 28 juin 2012, la commissaire Vassiliou et la vice-présidente Viviane Reding ont félicité le Comité international olympique et le Comité international paralympique pour avoir organisé les premiers Jeux caractérisés par la présence d'athlètes féminines dans chaque discipline. Même si elles ont reconnu qu'une étape importante avait été franchie dans la longue lutte pour l'égalité hommes-femmes dans le sport, les commissaires ont appelé à l'établissement d'un cadre commun sur l'égalité réelle entre les hommes et les femmes dans le sport, comprenant des objectifs réalistes à atteindre, d'ici 2020, par les organisations gouvernementales et non gouvernementales.

Étapes suivantes

Le groupe d'experts mis sur pied par la commissaire Vassiliou a appelé à l'intégration d'une stratégie sur l'égalité hommes-femmes dans le nouveau plan de travail l'UE en faveur du sport, qui sera examiné sous la nouvelle présidence grecque de l'UE. Le Conseil devrait adopter ce plan en mai 2014.

Pour de plus amples informations

Commission européenne: sport

Site web de Mme Vassiliou

Suivez Mme Vassiliou sur Twitter: @VassiliouEU

Contacts:

Dennis Abbott (+32 22959258); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 22959667)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website