Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 3 décembre 2013

Nouvelle aide de l'UE en faveur de la réduction de l'abattage illégal des éléphants et d’autres espèces menacées dans les pays en développement

L'Union européenne a décidé ce jour de soutenir un programme ayant pour objectif d'améliorer la protection des éléphants, des grands singes et des rhinocéros en Afrique, ainsi que d'autres espèces telles que les tortues marines dans les Caraïbes et le Pacifique. Ce programme renforcera la surveillance des populations animales et du braconnage, contribuera à une meilleure application de la loi dans la lutte contre les abattages illégaux grâce à des formations et à un soutien opérationnel et mettra en place un mécanisme de réaction d'urgence en cas d'intensification soudaine des abattages et du commerce illégaux.

M. Andris Piebalgs, commissaire européen au développement, a déclaré: «L'abattage illégal d'espèces menacées compte actuellement parmi les menaces les plus graves pour la faune sauvage d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est le fait de réseaux criminels organisés et lourdement armés qui contribuent à l’insécurité et, de ce fait, entravent le développement. Il s'agit dès lors d'adopter une approche cohérente pour mettre fin aux menaces qui pèsent tant sur la biodiversité que sur la sécurité dans ces régions.»

M. Janez Potočnik, commissaire européen à l'environnement, a déclaré: «Ce nouveau programme montre que l'UE, en partenariat avec les pays ACP, est prête à multiplier ses efforts pour lutter contre le trafic illégal d'espèces sauvages et réduire ses effets dévastateurs sur la biodiversité. Je constate avec satisfaction que l'accent est mis sur une meilleure application des règles de la CITES, ce qui aidera les différents pays à renforcer leurs capacités dans ce domaine. Toutefois, compte tenu de la hausse spectaculaire de la demande de produits illicites de la faune sauvage observée récemment et de la grave menace que fait peser la criminalité liée aux espèces sauvages sur la sécurité, la stabilité politique, les ressources naturelles et l’État de droit, l’UE se doit de déterminer si son approche actuelle est suffisante face aux nombreuses facettes de cette problématique.»

Le nouveau programme, intitulé MIKES (Minimising the Illegal Killing of Elephants and other Endangered Species) a vocation à réduire au minimum l'abattage illégal des éléphants et d'autres espèces menacées et s’appuie sur un projet similaire qui existe depuis 2001. Ce dernier a apporté la preuve de l'existence d'une hausse inquiétante du braconnage des éléphants et a mis en évidence la nécessité d’agir contre une intensification du trafic international d'ivoire provenant de leurs défenses. Selon les données du projet, quelque 22 000 éléphants ont été abattus illégalement sur l'ensemble du continent africain en 2012. Ce nombre dépasse celui des naissances annuelles, ce qui laisse à penser que les populations d'éléphants diminuent. Le trafic d'ivoire est lui aussi en hausse: un volume record de 35 tonnes d'ivoire a été saisi en 2011. 

Les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique affichent une grande biodiversité et abritent quelques-unes des espèces animales les plus rares de la planète, notamment des rhinocéros, des grands singes et des tortues marines. Le nouveau projet «MIKES» améliorera le système de surveillance de la biodiversité et des menaces qui pèsent sur celle-ci et ne couvrira plus uniquement les éléphants, mais aussi d'autres espèces rares. Afin de lutter contre les abattages illégaux, parmi les actions prévues figureront, entre autres, des formations à l'application de la loi, un appui technique à l'organisation de systèmes de patrouilles, ainsi qu'un soutien opérationnel concret lorsqu'il y a lieu. Un mécanisme de réaction d’urgence sera mis en place pour permettre au programme de faire face à une intensification soudaine des abattages illégaux d'éléphants et d'autres espèces et/ou du trafic international connexe.

Contexte

Le programme MIKES (Minimising the Illegal Killing of Elephants and other Endangered Species), financé au titre du 10e Fonds européen de développement, est doté d'un budget de 12,3 millions € et couvrira la période 2014-2018. Il sera mis en œuvre par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) en collaboration avec 31 États de l'aire de répartition de l'éléphant d'Afrique et dans certains sites protégés des Caraïbes et du Pacifique.

L’annonce faite aujourd’hui intervient durant le sommet de l’éléphant d’Afrique qui se tient du 2 au 4 décembre à Gaborone, au Botswana. Les participants à ce sommet planchent sur les mesures urgentes à prendre pour lutter contre la recrudescence du braconnage d'éléphants d'Afrique et du commerce illégal d'ivoire.

Pour en savoir plus:

Site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Site web de la direction générale du développement et de la coopération – EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Site web de M. Janez Potočnik, commissaire européen à l'environnement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/potocnik/index_fr.htm

Sites web de la direction générale de l’environnement:

http://ec.europa.eu/environment/index_fr.htm

Contact:

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Maria Sanchez Aponte (+32 2 298 10 35)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website