Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

L'UE confirme son aide au développement et à l'intégration en Afrique orientale et australe et dans l'océan Indien

Commission Européenne - IP/13/1187   03/12/2013

Autres langues disponibles: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 3 décembre 2013

L'UE confirme son aide au développement et à l'intégration en Afrique orientale et australe et dans l'océan Indien

M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, annoncera ce jour l'octroi d'une nouvelle aide financière aux pays de l'Afrique orientale et australe et de l'océan Indien pour la période 2014-2020. Il participera à des discussions sur les priorités du financement avec des ministres et d'autres autorités des pays concernés et des organisations régionales.

La nouvelle aide de l'UE pour les sept années à venir s'élèvera à quelque 7,5 milliards d'euros (sous réserve de confirmation par les États membres de l'UE) et devrait soutenir des investissements générateurs de croissance et d'emplois pour les habitants de la région, dont le nombre avoisine les 400 millions de personnes.

M. Piebalgs s’est exprimé en ces termes: «Il existe de nombreux défis à relever dans cette région, dans des domaines tels que l'énergie, le développement des infrastructures et tout ce qui a trait aux crises alimentaires causées par la sécheresse. En unissant nos efforts, nous pouvons réussir à éradiquer la pauvreté et à mettre en place un développement durable

Il a ajouté: «Notre nouvelle aide traduit la volonté actuelle de l'UE d'investir dans l'Afrique orientale et australe et dans l'océan Indien. Il importe cependant que la région et ses pays soient aux commandes. En travaillant en partenariat avec eux, nous pouvons continuer à enregistrer des avancées majeures vers davantage de développement et de prospérité pour cette région

La nouvelle aide permettra de s'attaquer aux grandes priorités dont l'UE débattra avec chacun des pays présents lors du séminaire de programmation. Il sera également tenu compte à cette occasion des nouvelles formes de mise en œuvre, telles que définies dans le programme pour le changement, le plan de l'UE visant à rendre l'aide au développement plus efficace et à l'axer davantage sur les résultats. Cela passera notamment par des combinaisons de fonds (en associant subventions et prêts, par ex.).

Améliorer l’intégration régionale

En plus de l'annonce de ce jour concernant la période 2014-2020, l'Union européenne a rendu public son programme 2013 (130 millions d'euros), qui vise à renforcer l'intégration et la coopération régionales dans la région de l'Afrique orientale et australe et de l'océan Indien et s'inscrit dans le cadre financier actuel (2007-2013). Des activités concrètes viseront à soutenir le commerce, l'intégration régionale, les infrastructures, la viabilité de la pêche et la résilience des îles. Le commerce international et intrarégional devrait s'en trouver renforcé, tout en sauvegardant des ressources naturelles essentielles.

Parmi les activités prévues figure, par exemple, la construction de deux «postes d'inspection uniques» dans le corridor central de la Communauté de l'Afrique de l'Est, ce qui aura pour effet de simplifier les contrôles aux frontières et de réduire les temps d'attente pour les camions. Une autre activité consistera à améliorer la viabilité du secteur de la pêche dans l'ouest de l'océan Indien.

Contexte

La région de l'Afrique orientale et australe et de l'océan Indien rassemble cinq organisations régionales (Marché commun de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe – COMESA; Communauté de l'Afrique de l'Est – CAE; Autorité intergouvernementale pour le développement – IGAD; Commission de l'océan Indien – COI; Communauté de développement de l'Afrique australe – CDAA). La région dans son ensemble compte près de 400 millions d'habitants et comprend les pays suivants: Afrique du Sud, Angola, Botswana, Comores, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Somalie, Swaziland, République unie de Tanzanie, Zambie et Zimbabwe.

Ces vingt dernières années, la majorité des pays de la région se sont engagés, à différents niveaux, dans un processus de démocratisation et de stabilité macroéconomique. Les questions de gouvernance, de paix et de sécurité restent toutefois des enjeux majeurs. La fragmentation de l'espace économique, le manque d'infrastructures propices au développement et une faible base industrielle associée à de bas niveaux de compétitivité entravent le processus d'intégration régionale et le «décollage» possible de la région.

Quelques résultats des financements et programmes de l'UE dans les pays de l'Afrique orientale et australe et de l'océan Indien

En Éthiopie, l'UE a soutenu le secteur routier au moyen d'une aide budgétaire sectorielle de 200 millions d'euros. Les résultats sont impressionnants: ces dernières années, la longueur totale des routes fédérales s'est accrue de 5,1 % par an et celle des routes régionales de 7,2 % par an; les routes locales sont, elles, passées de 0 à 6 983 km. Dans le même temps, la qualité du réseau s'est améliorée, le pourcentage de routes en mauvais état étant passé de 22 % à 14 %. L'amélioration de l'accessibilité des zones rurales a eu un effet important sur la réduction de la pauvreté rurale.

En Somalie, l'UE a investi 85 millions d'euros dans le secteur de l'éducation depuis 2008. En conséquence, plus de plus de 40 000 élèves ont pu accéder depuis cette date à l'enseignement primaire et secondaire de base et plus de 330 salles de classe ont été construites ou remises en état. 4 000 postes d'enseignants du primaire et du secondaire ont été confiés à des diplômés, dont près de 30 % sont des femmes. Le nombre d'enfants inscrits à l'école primaire a considérablement augmenté. Parti de très bas (35 %) en 2007, il était estimé à 45 % en 2010.

À Madagascar, l'aide de l'UE vise, entre autres, à soutenir l'enseignement et les soins de santé de base dans neuf régions, afin d'en améliorer l'accès et de renforcer la qualité du service. Par exemple, l'UE a financé les salaires d'enseignants contractuels financés par des associations de parents, ce qui a permis à des enfants de familles pauvres de poursuivre leur scolarité. L'UE a aussi financé des cantines scolaires au bénéfice de 219 000 élèves et enseignants dans des régions menacées par la famine, ainsi que des kits scolaires pour 3 800 000 élèves du primaire durant l'année scolaire 2013/2014.

Au Zimbabwe, plus de 20 millions de manuels scolaires ont été distribués avec l'aide de l'UE à l'ensemble des établissements d'enseignement primaire et secondaire du pays, ce qui donne un ratio élève/manuel scolaire de 1 pour 1, le meilleur en Afrique subsaharienne. Dans le domaine de la santé, tous les centres de soins de santé primaires et hôpitaux de district dans les zones rurales du Zimbabwe disposent actuellement de médicaments essentiels et le taux de postes de médecins vacants est tombé de 70 % en 2011 à moins de 30 % en 2013. Les Zimbabwéens bénéficient, en outre, d'un accès plus équitable aux soins de santé maternelle et infantile, car ils n'ont plus à payer d'honoraires pour les services dans les cliniques rurales et les hôpitaux de district.

Mozambique: Maputo est la capitale et le plus grand centre urbain du Mozambique. La ville et sa périphérie comptent 1,8 million d'habitants. Le projet (contribution de la Commission: 25 millions d'euros) vise à améliorer les services d'approvisionnement en eau dans le grand Maputo en soutenant la poursuite du développement et de la remise en état du système d'amenée d'eau de la ville. Le but est de faire face à la demande croissante en eau et d'augmenter la couverture de services de 670 000 à 1 500 000 personnes.

Le projet portera la capacité de production d'eau de 4 000 à 10 000 m³/heure et la durée d'approvisionnement de 4 à 20 heures/jour, réduira la proportion d'eau non facturée de 62 à 40 % et étendra aux zones périurbaines la couverture du réseau, lequel passera de 1 125 à 1 627 km.

Pour plus d’informations

Site web de la direction générale du développement et de la coopération – EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen au développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Contacts:

Alexandre Polack (+32 22990677)

Maria Sanchez Aponte (+32 22981035)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site