Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Le commissaire Oettinger salue la signature d'un accord intergouvernemental sur le gazoduc TAP

Commission Européenne - IP/13/112   13/02/2013

Autres langues disponibles: EN DE

Commission européenne

communiqué de presse

Bruxelles, le 13 février 2013

Le commissaire Oettinger salue la signature d'un accord intergouvernemental sur le gazoduc TAP

M. Günther Oettinger, commissaire européen chargé de l'énergie, s'est félicité de la signature, aujourd'hui, d'un accord intergouvernemental (AIG) trilatéral qui constitue une étape essentielle de la préparation du projet de gazoduc transadriatique TAP (Trans-Adriatic Pipeline). Cette infrastructure importante de transport de gaz entre l'Italie, l'Albanie et la Grèce aura une capacité initiale minimale de dix milliards de mètres cubes par an (m³/an). Le commissaire Oettinger a déclaré: «Ce gazoduc permettra de relier le marché du gaz d'Italie à celui de la Grèce et d'assurer l'approvisionnement en gaz de l'Albanie ainsi que la desserte éventuelle d'autres pays voisins de notre Union de l'Énergie. Le gazoduc TAP pourrait constituer l'un des premiers maillons du corridor gazier sud-européen, qui vise à relier directement l'Union européenne aux abondants gisements de gaz de la région de la mer Caspienne.»

Conclu aujourd'hui à Athènes entre l'Albanie, la Grèce et l'Italie, cet accord établit un cadre juridique pour le gazoduc TAP. Comprenant une série d'engagements pris par la Grèce, l'Italie et l'Albanie, cet accord permettra d'assurer que ces États coopèrent au développement du projet de gazoduc TAP.

Contexte

Le gazoduc TAP partira de Komotini, en Grèce, et traversera l'Albanie pour rejoindre l'Italie, reliant ainsi entre elles les infrastructures italiennes et grecques existantes. Ce projet a été retenu au début de l'année 2012 par le consortium chargé de l'exploitation du gisement Shah Deniz, en Azerbaïdjan, en tant qu'option préférée pour l'itinéraire sud-européen de transport du gaz.

Également en 2012, le consortium Shah Deniz a choisi le projet Nabucco-Ouest comme solution préférée pour l'acheminement de gaz vers l'Europe centrale. Plutôt que d’opter pour une approche en une seule phase, le consortium a décidé de lancer le projet en procédant à une présélection régionale. Il s'agit des régions suivantes: l'Europe centrale, l'Europe méridionale et la Turquie.

Quelle que soit la décision finale (un ou plusieurs gazoducs sur le territoire de l'Union européenne), l'objectif est de disposer d'un système fiable et ininterrompu de conduites qui sera construit depuis la mer Caspienne jusqu'en Europe.

Le gisement Shah Deniz est le plus grand gisement de gaz naturel d'Azerbaïdjan. La production de Shah Deniz II (deuxième phase d’exploration, qui débutera dans quelques années) atteindra 16 milliards de m³/an. En janvier 2011, le président de la Commission, M. José Manuel Barroso, et le commissaire Oettinger se sont rendus à Bakou et ont convenu, avec le président Ilham Aliev, que l’Azerbaïdjan sera le «contributeur essentiel» et le «facilitateur» du corridor gazier sud-européen et des futures livraisons de gaz en provenance de la région de la mer Caspienne à destination de l’Europe.

Contacts :

Nicole Bockstaller (+32 2 295 25 89)

Marlene Holzner (+32 2 296 01 96)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site