Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 4 novembre 2013

Un nouveau rapport montre qu'une meilleure coordination des politiques de l’UE contribue à l'éradication de la pauvreté dans le monde

La Commission européenne a publié ce jour son rapport sur la cohérence des politiques pour le développement, qui expose les progrès accomplis par l’UE et ses États membres pour que leur action dans des domaines tels que le commerce, l’agriculture, la sécurité ou la migration soit conforme à l’objectif d’éradication de la pauvreté dans les pays en développement.

Le rapport souligne, notamment, que l’UE a renforcé la transparence des paiements effectués par les entreprises européennes qui exploitent des ressources naturelles, soutenant ainsi la lutte contre la fraude fiscale et la corruption dans les pays en développement. Selon le rapport, l’Europe contribue également à ce que ces pays disposent d'aliments plus sains et plus nutritifs et facilite l’accès aux marchés de l’UE à leurs producteurs, ce qui est source d’emplois et de croissance.

Le commissaire européen responsable du développement, M. Andris Piebalgs, a fait la déclaration suivante: «Le rapport publié ce jour confirme que l'UE est à la pointe de l'action menée au niveau mondial pour assurer une cohérence réelle des politiques par rapport aux objectifs de développement. Des progrès ont certes été réalisés au cours des deux dernières années mais je suis déterminé à continuer de faire porter les efforts et les réalisations de l'UE sur ce domaine clé. Depuis le début de mon mandat, ma priorité a été de veiller à ce que toutes les activités de l'UE ayant un impact sur le développement soient bien coordonnées afin d'améliorer les résultats obtenus et de contribuer à l'éradication de la pauvreté dans le monde. La cohérence des politiques au service du développement doit rester au cœur de notre programme futur axé sur le développement durable et une croissance inclusive.»

Le rapport met l'accent sur cinq défis en matière de développement sur lesquels l'UE fait particulièrement porter ses efforts: commerce et financement, changement climatique, sécurité alimentaire, migration et sécurité. Des progrès ont notamment été réalisés dans les domaines suivants:

L’UE continue d’améliorer l’accès (par exemple, au moyen d'accords bilatéraux de libre-échange) au grand marché unique européen, permettant aux pays en développement de connaître une croissance tirée par les exportations. Avec une enveloppe de 9,5 milliards d’euros en 2011, l’UE et ses États membres représentent ensemble le premier fournisseur d’aide au commerce. Cette aide contribue au développement des capacités de production et renforce les possibilités d'échanges des pays sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux.

La politique suivie par l'UE dans le domaine des matières premières accorde une grande importance à l’amélioration de la gouvernance et de la transparence dans les pays en développement. Une initiative phare à cet égard est le plan d'action de l’UE relatif à l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (FLEGT), consacré à la lutte contre l’exploitation illégale des forêts, qui recourt aux incitations commerciales et au marché de l’UE pour faire en sorte que seul du bois exploité légalement soit importé.

Les modifications récemment apportées aux directives relatives à la comptabilité et à la transparence favorisent la publication des paiements effectués en faveur des gouvernements par les entreprises européennes d'extraction et d'exploitation forestière. Toutes les sommes d'un montant supérieur à 100 000 euros versées à des gouvernements par de grandes entreprises de l’industrie extractive devront être rendues publiques. La société civile dans les pays dotés d'abondantes ressources disposera ainsi des informations nécessaires pour demander aux autorités de rendre compte de l'usage fait de toute recette tirée de l'exploitation des ressources naturelles.

Contexte

L'UE a montré la voie en formulant le concept de cohérence des politiques au service du développement, qui vise à intensifier l'effet positif des politiques non axées sur l'aide pour les objectifs de développement de l'UE. Le fait de renforcer la cohérence des politiques et de développer des synergies entre elles peut permettre d'accroître l'efficacité de l’aide au développement.

L'engagement de l'UE en faveur de la cohérence des politiques pour le développement est consacré par l'article 208 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne qui dispose que «l'Union tient compte des objectifs de la coopération au développement dans la mise en œuvre des politiques qui sont susceptibles d'affecter les pays en développement». Cet engagement est également inscrit dans le consensus européen pour le développement, qui a été approuvé conjointement par la Commission, le Conseil et le Parlement européen.

La Commission suit les progrès réalisés en matière de cohérence des politiques pour le développement au moyen d'un rapport de l'UE établi tous les deux ans, qui couvre l'ensemble des activités menées dans ce domaine par l’UE et par ses États membres. Le rapport d’aujourd’hui est le quatrième après ceux de 2007, 2009 et 2011.

Pour plus d’informations, voir:

Le rapport 2013 de l'UE sur la cohérence des politiques pour le développement:

http://ec.europa.eu/europeaid/what/development-policies/documents/swd_2013_456_f1_staff_working_paper_en_v3_p1_746653_en.pdf

Le site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Le site web de la direction générale du développement et de la coopération - EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Contacts:

Alexandre Polack (+32 22990677)

Maria Sanchez Aponte (+32 22981035)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website