Navigation path

Left navigation

Additional tools

L'UE entend renforcer son soutien en faveur du Sahel dans les années à venir

European Commission - IP/13/1013   04/11/2013

Other available languages: EN DE ES LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 4 novembre 2013

L'UE entend renforcer son soutien en faveur du Sahel dans les années à venir

M. Andris Piebalgs, commissaire européen au développement, devrait rendre publique aujourd'hui l'attribution, par l'UE, d'une nouvelle enveloppe financière considérable en faveur de la région du Sahel pour la période 2014-2020, au cours d'une visite conjointe effectuée dans la région avec M. Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations unies, M. Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine, et M. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement.

Ce nouvel engagement financier montre que l'UE est déterminée à adopter une approche globale dans la région du Sahel, incluant la coopération au développement, l'aide humanitaire et le soutien à la paix et à la sécurité, ainsi qu'en témoignent la stratégie de l'UE pour la sécurité et le développement du Sahel et la nomination, subséquemment, d'un représentant spécial de l'UE pour le Sahel, M. Michel Reveyrand de Menthon, qui accompagne M. Piebalgs lors de cette visite.

Cette aide de quelque 5 milliards € en faveur du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Tchad (sous réserve de l'approbation du Parlement européen et du Conseil européen) aura pour objectif d'aider ces pays à relever les défis spécifiques et complexes que pose la région du Sahel: la sécurité et la stabilité, le développement et la résilience. La gouvernance, l'État de droit et la sécurité, la prestation de services sociaux, l'agriculture et la sécurité alimentaire, ainsi que l'intégration et les échanges régionaux seront au cœur des programmes de développement pour la période 2014-2020. Les principaux secteurs ont été définis conjointement avec les pays bénéficiaires et sont conformes au programme pour le changement (le schéma directeur de la Commission visant à orienter son aide vers les pays et secteurs qui en ont le plus besoin).

M. Piebalgs a fait la déclaration suivante: «Le Sahel constitue une priorité pour l'UE, qui mobilise tous les instruments à sa disposition pour gérer une situation complexe. Nous sommes déterminés à poursuivre notre soutien en faveur tant des États que des populations du Sahel et à le renforcer. Notre approche repose sur le principe selon lequel la sécurité est une condition essentielle de la croissance – il ne peut y avoir de développement sans sécurité.»

La visite conjointe de haut niveau – la toute première à regrouper cinq dirigeants d'institutions multilatérales et d'organisations parmi les plus actives dans le domaine de la sécurité et du développement au Sahel – débute aujourd'hui au Mali, avant de se poursuivre au Niger, au Burkina Faso et au Tchad. Des réunions avec des présidents, des ministres, des membres des assemblées nationales, des dirigeants de groupes de la société civile et des représentants du secteur privé de la région sont prévues dans le cadre de cette visite.   «Je me réjouis de la présence de tant de partenaires importants – cela prouve que nous sommes tous déterminés à collaborer et à coordonner nos efforts», a ajouté le commissaire.

Une aide humanitaire sera également apportée en fonction des besoins. L'UE a engagé 500 millions € d'aide humanitaire en faveur de la région du Sahel de 2008 à 2013. En 2013, 5,5 millions de personnes touchées par l'insécurité alimentaire auront bénéficié d'une aide.

Cette visite permettra également de donner un nouveau coup d'accélérateur au partenariat international pour la résilience au Sahel (Alliance globale pour l'initiative Résilience - AGIR), lancé en vue d'aider les pays partenaires à lutter contre les causes profondes et les conséquences de l'insécurité alimentaire chronique.  

Contexte

Les 5 milliards € annoncés aujourd'hui comprennent un montant de 3,9 milliards € pour l'octroi d'une aide bilatérale aux pays du Sahel (Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal) au titre du 11e Fonds européen de développement (FED) 2014-2020; un soutien sera aussi accordé au titre d'autres instruments de financement, notamment une aide de 1,15 milliard € en faveur de programmes régionaux.

Une stratégie pour la sécurité et le développement

Le Sahel est l'une des régions les plus pauvres au monde et est particulièrement exposé à la plupart des fléaux qui entravent l'autorité des États et leur capacité à fournir des services de base de manière efficace, à promouvoir une large participation politique et à renforcer l'État de droit.

Depuis mars 2011, l'UE met en œuvre une stratégie intégrée pour la sécurité et le développement dans la région du Sahel. Cette stratégie est axée sur quatre lignes d'action: 1) le développement, la bonne gouvernance et la résolution des conflits internes; 2) l'action politique et diplomatique; 3) la sécurité et l'État de droit; 4) la lutte contre l'extrémisme violent.

Cette stratégie s'est avérée un outil précieux pour définir une position et une approche communes de l'UE à l'égard de cette crise et pour mobiliser des efforts supplémentaires considérables au niveau européen dans le domaine du développement et de la sécurité ainsi que des actions et une coordination interne à cet effet. À titre d'exemple, trois missions importantes relevant de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) ont été lancées dans l'ensemble de la région: successivement EUCAP SAHEL Niger, la mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM Mali) et la mission de l'Union européenne d'assistance aux frontières en Libye (EUBAM), pays limitrophe du Sahel.

L'UE a, en outre, mobilisé des ressources financières supplémentaires pour des projets liés au développement et à la sécurité, d'un montant de 167 millions €. À ce jour, cette stratégie constitue toujours la base adéquate de l'action de l'UE et il importera à l'avenir d'étendre son champ d'application à d'autres pays du Sahel, notamment aux pays voisins du Mali, de la Mauritanie et du Niger.  Elle doit cependant être interprétée et adaptée afin d'aider les partenaires de l'UE dans l'ensemble de la région sahélo-saharienne à relever les principaux défis en matière de sécurité et de développement et à coordonner les actions et le soutien international.

L'UE a également fourni une contribution substantielle à la mise en place de réseaux d'infrastructure dans la région avec ses partenaires et apportera son soutien pour améliorer de manière significative la gouvernance et la gestion du réseau de transport existant. Un résultat important de son action consistera à mobiliser des ressources et des investissements dans la région par une combinaison de subventions et de prêts.

Combattre les causes profondes de la crise et renforcer la résilience face à la crise

La crise au Sahel est liée aux faibles précipitations, aux mauvaises récoltes et à la hausse des prix des denrées alimentaires et est aggravée par le retour de Libye de travailleurs migrants sans revenu ni emploi. Par ailleurs, l'insécurité et le terrorisme sévissant dans la région viennent s'ajouter à ces problèmes et entravent les déplacements du personnel humanitaire.

Afin d'aider les pays de la région du Sahel à lutter contre les causes profondes et les conséquences de l'insécurité alimentaire chronique, la Commission européenne a lancé en 2012 un partenariat international pour la résilience au Sahel (Alliance globale pour l'initiative Résilience - AGIR), en collaboration avec les gouvernements, les organisations régionales, les agences des Nations unies et d'autres organismes œuvrant dans le domaine de l'aide humanitaire et du développement.

Les Nations unies, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, l'Union africaine et l'UE ont toutes confirmé leurs engagements en faveur de la feuille de route régionale AGIR. L'initiative AGIR-Sahel s'est fixé l'ambitieux objectif de mobiliser 750 millions € sur les trois ans à venir. L'UE a déjà annoncé l'octroi de 1,5 milliard € en faveur de programmes régionaux et nationaux pour la période 2014-2020 en vue d'élaborer et de mettre en œuvre des stratégies nationales de résilience dans les pays d'Afrique occidentale.

Pour plus d’informations

Pour en savoir plus sur la stratégie de l'UE pour la sécurité et le développement au Sahel, cliquez ici

IP/12/1052: L'UE place la résilience au centre de son action de lutte contre la faim et la pauvreté

Site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen au développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Site web de la direction générale du développement et de la coopération - EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Contacts:

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Maria Sanchez Aponte (+32 2 298 10 35)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website