Navigation path

Left navigation

Additional tools

De nouveaux satellites et lanceurs garantissent le coup d’envoi de Galileo en 2014

European Commission - IP/12/95   02/02/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

De nouveaux satellites et lanceurs garantissent le coup d’envoi de Galileo en 2014

Bruxelles, le 2 février 2012 – Grâce aux nouveaux contrats signés aujourd’hui à Londres pour la fourniture de satellites et de lanceurs, Galileo est bien parti pour fournir aux citoyens de meilleurs services de navigation par satellite dès 2014. En tout, trois marchés ont été passés: le premier, conclu avec OHB System AG (Allemagne), comprend 8 satellites pour environ 250 millions d’euros; le deuxième, conclu avec Arianespace (France), offre la possibilité de réserver jusqu’à 3 lancements à l’aide d’Ariane 5 (frais de réservation de 30 millions d’euros); quant au troisième, conclu avec Astrium SAS (France), il permettra au lanceur Ariane 5 actuel de mettre en orbite 4 satellites Galileo par lancement, pour environ 30 millions d’euros. Actuellement, les satellites Galileo sont lancés deux par deux à bord de la fusée russe Soyouz. Grâce à la proposition extrêmement compétitive du contractant et à l’augmentation du nombre de satellites qui seront mis en orbite d’ici à 2014, la Commission a été en mesure d’accélérer le processus.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «La signature de ces contrats aujourd’hui prouve que la mise en œuvre concrète de Galileo a lieu dans les temps et dans le respect du budget disponible. Je suis fier que nous ayons réussi à accélérer la livraison des satellites et des lanceurs. Cela permettra aux Européens de profiter dès 2014 des possibilités offertes par Galileo en matière de navigation par satellite renforcée. Je suis tout aussi fier de constater que l’Europe possède une industrie spatiale extrêmement compétitive et capable de réaliser un programme de haute technologie aussi ambitieux».

Pour de plus amples informations sur Galileo:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/satnav/galileo/index_en.htm.

Voir aussi le MEMO/11/717 (en anglais) - Galileo stimulera l'économie et facilitera la vie des citoyens.

Le système de navigation Galileo

Galileo permettra aux utilisateurs de connaître leur position exacte dans le temps et dans l’espace, tout comme le GPS, mais avec davantage de précision et de fiabilité. Placé sous contrôle civil européen, il sera compatible et, en ce qui concerne certains de ses services, interopérable avec le système américain GPS et le système russe GLONASS, tout en restant indépendant de ceux-ci.

Grâce à ses services, Galileo favorisera l’essor de nombreux secteurs économiques européens: les réseaux électriques, les sociétés de gestion de flottes, les transactions financières, les transports maritimes, les opérations de sauvetage ou encore les missions de maintien de la paix bénéficieront tous de ses services gratuits.

Les 8 satellites commandés aujourd’hui viendront s’ajouter aux 18 satellites ayant déjà fait l’objet de marchés précédents (dont 2 sont en orbite depuis le 21 octobre 2011), ce qui portera leur nombre à 26 d’ici fin 2015. Un deuxième lancement de deux autres satellites Galileo aura lieu dans le courant de l’année.

Le programme Galileo a été structuré en deux phases:

  • la phase de validation en orbite (IOV), qui est en cours, comprend les essais et l’exploitation de quatre satellites et de l’infrastructure au sol associée;

  • la phase de capacité opérationnelle complète (FOC) concerne le déploiement du reste de l’infrastructure spatiale et au sol. Elle inclut une phase de capacité opérationnelle initiale de 18 satellites opérationnels. Le système complet comprendra 30 satellites en orbite, ainsi que 2 satellites au sol destinés à remplacer ceux en orbite en cas de besoin, et disposera de centres de contrôle établis en Europe et d’un réseau de stations de détection et de liaison montante installées un peu partout dans le monde.

Contexte de la passation de marchés relative aux composants Galileo

Les marchés passés aujourd’hui ont été signés par l’Agence spatiale européenne au nom de la Commission européenne.

Le marché visant à fournir des services essentiels à la capacité opérationnelle complète de Galileo est divisé en six contrats. En janvier 2010, trois de ces contrats ont été attribués en vue de garantir des services de soutien pour l’ingénierie du système, ainsi que la fourniture de satellites et de lanceurs (IP/10/7). En octobre 2010, un quatrième contrat a été signé à Bruxelles avec SpaceOpal pour la gestion des infrastructures spatiales et terrestres (IP/10/1382). En juin 2011 (IP/11/772), les deux derniers contrats ont été signés avec ThalesAlenia (France) pour l’infrastructure de mission au sol et Astrium (Royaume-Uni) pour l’infrastructure de contrôle au sol.

La procédure a été lancée en juillet 2008 par l’Agence spatiale européenne, agissant par délégation de la Commission européenne. Les sociétés retenues sur la liste restreinte ont été invitées à présenter les meilleures offres finales à la suite d’une phase de dialogue global. Tous les marchés sont attribués selon le principe de l’offre économiquement la plus avantageuse.

Satellites

Un contrat-cadre signé avec OHB System AG et EADS-Astrium GmBH pour la période 2010-2016 couvre la fourniture de jusqu’à 32 satellites. Un marché spécifique a été passé avec OHB en 2010 en vue d’une première commande de 14 satellites. Le premier sera fourni en 2012 et sera suivi d’un nouveau satellite tous les mois et demi, le dernier devant être livré en 2014.

Services de lancement

En 2010, un marché a été passé avec Arianespace en vue du lancement, à partir de Kourou (Guyane française), de cinq lanceurs Soyouz qui transporteront chacun deux satellites. Le marché prévoit également des options relatives à d’autres lancements Soyouz (deux satellites) et Ariane 5 (quatre satellites).

Le marché passé aujourd’hui avec Astrium SAS (France) prévoit l’adaptation technique du lanceur typique Ariane 5 aux besoins spécifiques des satellites Galileo. Cette adaptation offre la possibilité d’embarquer 4 satellites par lancement et d’accélérer ainsi le déploiement de la constellation.

Contacts:

Carlo Corazza +32 22951752

Sara Tironi +32 22990403


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website