Navigation path

Left navigation

Additional tools

Pour aider les jeunes, priorité à l’emploi et à l’intégration sociale, dit l’Union européenne dans son rapport sur la jeunesse

European Commission - IP/12/948   10/09/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 10 septembre 2012

Pour aider les jeunes, priorité à l’emploi et à l’intégration sociale, dit l’Union européenne dans son rapport sur la jeunesse

Dans son rapport sur la jeunesse publié aujourd’hui, l’Union européenne appelle à une orientation prioritaire des politiques en faveur de la jeunesse vers l’emploi, l’intégration sociale, la santé et le bien-être des jeunes. Ce rapport, produit tous les trois ans par la Commission, met en lumière la nécessité pour l’Union et les États membres d’en faire plus pour soutenir les jeunes, frappés de plein fouet par la crise économique.

Dans l’Union, le chômage des jeunes de 15 à 24 ans s’est accru de 50 % depuis le début de la crise, passant d’une moyenne de 15 % en février 2008 à 22,5 % en juillet de cette année. Selon les dernières statistiques publiées par Eurostat, les taux les plus élevés sont observés en Grèce (53,8 %) et en Espagne (52,9 %). À travers l’Union, plus de 30 % des jeunes chômeurs sont sans emploi depuis plus d’un an.

«Je suis profondément préoccupée par les effets de la crise sur les jeunes, beaucoup trop nombreux à être exposés à un risque d’exclusion sociale et de pauvreté. Les jeunes sont notre avenir et je suis fermement décidée à renforcer nos politiques et programmes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse afin d’améliorer leurs perspectives d’emploi et leurs chances dans la vie», a déclaré la commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Androulla Vassiliou.

L’horizon se teinte toutefois de lueurs d’espoir: le rapport a permis de constater que presque tous les États membres appliquent la stratégie européenne en faveur de la jeunesse, qui vise à élargir et à améliorer les possibilités offertes aux jeunes et à promouvoir une citoyenneté active, l’intégration sociale et la solidarité. Depuis la publication du rapport précédent, en 2009, les États membres ont renforcé les initiatives en matière d’éducation, d’emploi et d’esprit d’entreprise visant les jeunes, et la participation des jeunes dans les mouvements associatifs et sociaux n’a pas faibli.

Erasmus pour tous, le nouveau programme «Éducation, formation et jeunesse» proposé pour la période 2014-2020, sera au cœur de la nouvelle stratégie européenne en faveur de la jeunesse. Il prévoit une augmentation notable des moyens financiers, grâce auxquels jusqu’à cinq millions de jeunes pourraient bénéficier de subventions de l’Union pour aller étudier, suivre des formations ou faire du bénévolat à l’étranger – soit près de deux fois plus de bénéficiaires qu’avec les programmes réalisés entre 2007 et 2013.

Prochaines étapes

Le rapport de l’Union sur la jeunesse sera soumis au Conseil et devrait être adopté en novembre sous la forme d’un rapport commun du Conseil et de la Commission.

Contexte

La Stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse (2010-2018) a été adoptée par le Conseil le 27 novembre 2009. Ses objectifs sont d’élargir et d’améliorer les possibilités offertes aux jeunes et de promouvoir la citoyenneté active, l’intégration sociale et la solidarité. Étalée sur neuf ans, la réalisation de la stratégie est divisée en trois cycles. Vers la fin de chaque cycle, un rapport de l’Union sur la jeunesse est rédigé pour évaluer les résultats et proposer de nouvelles priorités pour les trois années suivantes. Si elles sont adoptées par le Conseil, les nouvelles priorités proposées cette fois s’appliqueront de 2013 à 2015.

Le rapport de 2012 comprend un résumé de la manière dont la stratégie de l’Union en faveur de la jeunesse a été appliquée à l’échelle nationale et européenne depuis 2010 et une analyse complète des situations auxquelles les jeunes sont confrontés. Il s’appuie sur des contributions d’États membres, d’administrations et de ministères ainsi que sur des consultations avec des jeunes. Les pays candidats et les pays de l’AELE ont également communiqué des rapports sur une base volontaire.

La stratégie européenne en faveur de la jeunesse est complémentaire à l’initiative phare «Jeunesse en mouvement» de la stratégie Europe 2020 pour la croissance et l’emploi. Avec la stratégie en faveur de la jeunesse, les besoins des jeunes et les possibilités qui leur sont offertes sont abordés à travers huit champs d’intervention:

  • l’éducation et la formation,

  • l’emploi et l’esprit d’entreprise,

  • l’intégration sociale,

  • la santé et le bien-être,

  • le volontariat,

  • la participation,

  • la culture et la créativité,

  • les jeunes et le monde.

Que fait l’Union pour lutter contre le chômage des jeunes?

Les mesures destinées à lutter contre le chômage des jeunes et les problèmes qui l’accompagnent sont au cœur des recommandations par pays adoptées par le Conseil en juin.

Dans son train de mesures consacrées à l’emploi (avril 2012), la Commission a souligné la nécessité pour les États membres de se concentrer sur la création d’emplois et la croissance, et non sur les seules mesures d’austérité. Pour favoriser davantage la mobilité professionnelle, la Commission a l’intention d’étendre son portail pour l’emploi EURES, qui rapproche offres et demandes d’emploi par-delà les frontières.

Avant la fin de l’année, la Commission présentera une proposition de recommandation du Conseil consacrée aux «garanties pour la jeunesse», qui aura pour but de faire en sorte que, dans les quatre mois suivant sa sortie du système éducatif, tout jeune ait un emploi, suive une formation ou reprenne des études. En outre, la Commission va lancer une consultation des employeurs et des syndicats à propos d’un cadre de qualité pour les stages.

Par ailleurs, elle incite les États membres à tirer un meilleur parti du Fonds social européen pour soutenir la création d’emplois, et des équipes de la Commission sont aux côtés de huit États membres (la Grèce, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Portugal, la Slovaquie et l’Espagne) dans lesquels les taux de chômage des jeunes sont les plus élevés. Ces équipes ont contribué à la réorientation de fonds structurels de l’Union pour un montant total de 7,3 milliards d’euros au bénéfice de plus de 460 000 jeunes.

La Commission s’efforce aussi de supprimer les obstacles auxquels les citoyens européens sont confrontés, notamment lorsqu’ils veulent exercer leur droit à la libre circulation dans l’Union, que ce soit pour du volontariat, des études ou un travail.

Les priorités et les recommandations de la stratégie européenne en faveur de la jeunesse bénéficient du soutien du programme Jeunesse en action, qui permet le financement de possibilités de formation à l’étranger pour les jeunes, les animateurs de jeunesse et les organisations de jeunesse. Dans le droit fil de la stratégie, ce programme promeut la citoyenneté et la solidarité entre jeunes et leur permet d’acquérir des compétences grâce à l’animation, au volontariat et à la participation civique. Quelque 185 000 participants ont bénéficié du programme en 2011, contre 111 000 en 2007, l’année de son lancement.

Les initiatives prises pour stimuler l’employabilité, la mobilité dans l’éducation et la formation et la participation des jeunes bénéficient du soutien de l’actuel programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, y compris ses volets Erasmus et Leonardo da Vinci. Sur la période 2012-2013, la Commission soutiendra financièrement 280 000 placements professionnels par l’intermédiaire de ces programmes destinés aux étudiants de l’enseignement professionnel ou supérieur, dans le cadre de sa campagne «We mean business».

Pour de plus amples informations

Rapport «Jeunesse» 2012 et annexes

Rapports des États membres

Tableau de bord des indicateurs sur la jeunesse

Site d'Androulla Vassiliou

Retrouvez Androulla Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU

Contacts :

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website