Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, 8 août 2012

Madagascar: L'Union européenne redéploie son aide au développement et cible la santé et l'éducation des personnes les plus fragiles

Dans un contexte de sortie de crise politique progressive, au terme de trois années de soubresauts, les programmes d'aide au développement européens redémarrent. L'Union européenne (UE) adopte un nouveau plan de soutien articulé autour de la santé, l'éducation et le renforcement de la société civile. Cette aide sera mise en œuvre au niveau régional à travers des ONG (organisations non-gouvernementales) locales et internationales, des organisations internationales - notamment l'UNICEF-, ainsi que directement par l'Union européenne.  

Le Commissaire au développement Andris Piebalgs a déclaré: "L'instabilité politique et la crise économique à Madagascar entraînent des conséquences dramatiques pour les populations. Avec nos nouveaux programmes, nous allons concentrer nos efforts sur la santé, l'éducation et le rôle de la société civile au bénéfice des plus démunis et permettre au pays de poser les premiers jalons d'une nouvelle dynamique de développement."

L'accès à la santé et à l'éducation seront en particulier améliorés dans les régions de la SAVA, l'Analanjirofo, le Menabe, l'Atsimo-Andrefana et l’Anosy, notamment, en formant et en engageant du personnel spécialisé supplémentaire ainsi qu'en rééquipant les centres de santé dans les zones les plus inaccessibles.

Dans le domaine de l'éducation, les établissements scolaires construits par les communes ne bénéficient souvent ni du personnel nécessaire ni d'une dotation initiale en matériel. Les programmes qui seront mis en œuvre seront axés sur la formation du personnel enseignant et administratif, le financement des indemnités de 9.000 enseignants (notamment ceux recrutés par les parents d'élèves), et l'acquisition de matériel pédagogique (kits scolaires, fournitures, etc).

Enfin, le programme d'appui à la société civile a pour objectif d'accompagner les acteurs émergents de la société civile, en portant une attention particulière aux associations de femmes et de jeunes. Ces derniers doivent pouvoir accroître leur influence sur les questions politiques qui les concernent directement comme l'éducation, l'accès aux soins, la gouvernance ou la gestion des finances publiques.

Contexte

Le montant global du nouveau plan s'élève à € 54 millions dont € 22 millions seront alloués au profit de la santé, € 22 millions à l'enseignement, tandis que le solde, soit € 10 millions, sera affecté à l'appui aux organisations de la société civile.

L'aide publique au développement avait été suspendue depuis 2009 par presque tous les bailleurs de fonds à cause du changement non constitutionnel du pouvoir. Cette situation a notamment entraîné une diminution des moyens pour fournir les services sociaux de base. De plus, le pays a souffert du ralentissement de son activité économique en raison de la crise financière internationale.

Depuis la crise, la santé comme l'éducation ont pâti de sous-investissements chroniques. La mortalité maternelle, par exemple, est de l'ordre de 500 décès pour 100 000 naissances, soit trois fois plus que l’objectif des OMD pour l'horizon 2015, établi à "seulement" 165 décès pour 100 000 naissances.

Le tableau affiché par le secteur de l'enseignement n'est guère satisfaisant: environ 10% des enfants de l’âge de 7 ans ne sont jamais allés à l'école, 1 enfant sur 4 ne fréquente pas l’école primaire et seulement moins de la moitié de ceux qui commencent le cycle primaire (5ème année d’études) l'achèvent.

Contacts :

Catherine Ray (+32 2 296 99 21)

Wojtek Talko (+32 2 297 85 51)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website