Navigation path

Left navigation

Additional tools

L’UE augmente de 40 millions € l’aide humanitaire en faveur du Soudan et du Soudan du Sud

European Commission - IP/12/852   26/07/2012

Other available languages: EN DE BG

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 26 juillet 2012

L’UE augmente de 40 millions € l’aide humanitaire en faveur du Soudan et du Soudan du Sud

La Commission européenne augmente son aide aux victimes de la crise humanitaire qui va en s’aggravant au Soudan et au Soudan du Sud. Elle entend aider les centaines de milliers de réfugiés au Soudan du Sud, qui ont fui le conflit qui sévit dans les États du Kordofan méridional et du Nil bleu, et les 37 000 réfugiés, provenant essentiellement de la région du Nil bleu, en Éthiopie.

Pour répondre à leurs besoins croissants, la Commission augmente de 40 millions € l’aide humanitaire en faveur du Soudan et du Soudan du Sud, ce qui porte à 127 millions € l’aide humanitaire qu’elle a accordée à ces deux pays cette année.

«Nos experts humanitaires présents dans les zones de crise m’ont indiqué que la situation se détériorait rapidement et que les besoins allaient croissant. Il est primordial d’intensifier les mesures d’urgence que nous prenons dans les zones frontalières» a déclaré Mme Kristalina Georgieva, membre de la Commission européenne chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises.

Au Soudan du Sud, la situation humanitaire s’est fortement détériorée en 2012. L’afflux de réfugiés dans des camps déjà pleins a accru l’insécurité alimentaire et les risques de choléra, de malaria et d’autres maladies. Les mauvaises récoltes ont aggravé les pénuries alimentaires – le Programme alimentaire mondial estime aujourd’hui que, cette année, la moitié de la population du Soudan du Sud se trouve en situation d’insécurité alimentaire; 4,7 millions de personnes sont concernées contre 3,8 millions l’année dernière. Cette situation risque d’empirer, le gouvernement ayant décidé d’arrêter la production pétrolière, qui représente 98 % de ses revenus.

Le cercle vicieux de la maladie et de la malnutrition provoque une augmentation des taux de mortalité, notamment chez les enfants. L’insécurité et la saison des pluies, qui ont rendu de nombreuses routes impraticables et la fourniture d’une aide de première nécessité impossible, limitent l’accès aux populations dans le besoin.

Les réfugiés soudanais de l’État du Nil bleu continuent d’affluer en Éthiopie et les organisations humanitaires sont de plus en plus préoccupées par la situation sanitaire et nutritionnelle dans les camps de réfugiés et les centres de transit. Des taux de malnutrition extrêmement inquiétants sont observés parmi les réfugiés, notamment dans le camp de Bambasi.

Au Soudan, le conflit se poursuit dans les États du Kordofan méridional et du Nil bleu. Des organisations humanitaires neutres, qui se voient refuser l’accès à ces régions, déploient des efforts considérables pour fournir une aide aux populations dans le besoin. La Commission reste mobilisée et se tient prête à intervenir dès qu’il sera possible d’accéder à ces régions. Au Darfour, malgré les difficultés d’accès, une aide humanitaire est fournie aux victimes du conflit, alors que les populations continuent de se déplacer.

La Commissaire Georgieva a une nouvelle fois demandé au gouvernement soudanais de permettre qu’une aide soit fournie à toutes les populations soudanaises dans le besoin, quel que soit l’endroit où elles se trouvent.

Contexte

La Commission européenne soutient des actions visant à assurer la survie des populations au Soudan et au Soudan du Sud depuis les années 90. En 2011, elle a octroyé 140 millions €. L’aide comporte une assistance aux personnes déplacées à l’intérieur du pays, aux rapatriés et aux réfugiés et la fourniture de soins de santé de base, d’eau potable, d’installations sanitaires, d’aide alimentaire et de protection.

Une équipe d’experts humanitaires de la Commission, affectée sur place, surveille la situation, les besoins et l’utilisation des fonds de l’UE. La Commission européenne œuvre avec les organisations humanitaires, qui sont mieux placées pour fournir une aide dans les pays concernés (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Programme alimentaire mondial, et Comité international de la Croix-Rouge). Elle finance des initiatives portant sur les priorités les plus importantes, notamment la protection, l’eau, les installations sanitaires et la nutrition.

L’UE fournit également au Soudan et au Soudan du Sud une aide au développement importante qui cible les besoins élémentaires des populations les plus vulnérables vivant dans les régions touchées par le conflit.

Entre 2010 et 2013, l’UE aura octroyé au Soudan du Sud 285 millions € pour son développement. Cette aide visera le secteur agricole par la construction de ce qu'il est convenu d’appeler des routes de desserte qui relient les exploitations agricoles aux routes plus larges et aux marchés et qui aideront les petits exploitants à gagner leur vie. Le secteur de l’éducation bénéficie également d’une aide supplémentaire sous la forme de formations pour les enseignants, de fourniture de matériel scolaire et de construction d'écoles. L’aide de l’UE sert également à financer la construction d’établissements de soins et la formation de spécialistes de la santé. Enfin, l’UE soutient la gouvernance en renforçant, par exemple, le système judiciaire et le Parlement.

Au Soudan, l’UE fournira près de 60 millions € en faveur du développement jusqu’en 2013. Toutefois, cette aide n’est destinée qu’à la population et non aux institutions publiques (le gouvernement soudanais n’ayant pas ratifié la version révisée de l’accord de Cotonou, qui constitue la base sur laquelle repose la coopération de l’UE avec le pays). L’aide de l’UE vise le secteur agricole (fourniture d’une assistance technique destinée à aider les petits exploitants à gagner leur vie), le secteur de l’éducation (formation d’enseignants et fourniture de matériel scolaire afin de réduire les taux de décrochage scolaire dans l’enseignement primaire) et le secteur de la santé (formation d’infirmières et de sages‑femmes, construction d’établissements de soins et fourniture de services de soins de santé de base).

Contacts:

David Sharrock (+32 22968909)

Irina Novakova (+32 22957517)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website