Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 17 juillet 2012

Esprit d’entreprise: consultation sur les actions futures au niveau de l’UE

En ces temps difficiles où le chômage augmente, l’Europe a besoin de davantage de créateurs d’entreprise. Alors que seuls 11 % des citoyens européens sont chefs d’entreprise, 45 % souhaiteraient être leur propre patron s’ils le pouvaient. Afin d’exploiter cet énorme potentiel d’emplois et de croissance, la Commission européenne a l’intention de lancer, à l’automne de 2012, un plan d’action européen en faveur de l’entrepreneuriat afin de stimuler l’esprit d’entreprise à tous les niveaux. À cet effet, la Commission européenne a lancé une consultation publique pour demander aux parties intéressées et aux citoyens en quoi pourraient consister les futures actions en faveur de l’esprit d’entreprise au niveau européen, national et régional.

Les nouvelles entreprises représentent la source la plus importante de nouveaux emplois: elles en créent 4,1 millions chaque année en Europe. Sans les emplois créés par les nouvelles entreprises, le taux moyen de croissance nette de l’emploi serait négatif. En outre, il est non seulement nécessaire d’empêcher que des entreprises ne disparaissent en raison d’un manque de soutien en des temps difficiles, mais également de les aider à préserver et développer leur activité. Cette consultation, en cours jusqu’au 1er octobre 2012, vise à définir des mesures qui auraient un impact significatif sur la réalisation des objectifs d’un tel plan d’action destiné à stimuler l’esprit d’entreprise.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire en charge de l’entrepreneuriat et de l’industrie, a déclaré: «L’Europe est en retard par rapport à ses concurrents en matière d’esprit d’entreprise. Nous savons pourtant que les PME constituent la principale source d’emplois, et donc de croissance. Par conséquent, il est essentiel que l’Europe cultive davantage son esprit d’entreprise et soutienne ensuite ses nouveaux entrepreneurs et entrepreneurs potentiels dans la création de leur nouvelle entreprise. Un plan d’action européen en faveur de l’entrepreneuriat est nécessaire pour libérer le potentiel de création d’entreprises. Veuillez nous faire connaître vos idées: nous comptons sur elles.»

La consultation

Promouvoir l’esprit d’entreprise à tous les niveaux

L’Europe est en retard sur les États-Unis pour ce qui est de l’esprit d’entreprise: en Europe, 45 % des citoyens préféreraient exercer une activité indépendante alors qu’aux États-Unis, cette proportion est de 55 %. Ce manque d’élan entrepreneurial n’est pas dû à une aversion globale des Européens pour l’esprit d’entreprise, mais résulte plutôt de facteurs structurels, administratifs et culturels auxquels il faut s’attaquer.

Pour surmonter la situation actuelle, la Commission est particulièrement intéressée à prendre connaissance d’idées expliquant comment:

  • libérer le potentiel de création d’entreprise;

  • lever les obstacles aux activités d’entreprise;

  • soutenir les futurs chefs d’entreprise dans la création de leur activité;

  • aider les entrepreneurs à faire face aux défis qui se présentent, notamment au cours des premières années de vie de leur entreprise.

Tous les citoyens et organisations sont invités à participer à cette consultation. Nous recherchons en particulier les contributions des administrations publiques, des organisations du secteur privé et des personnes qui soutiennent les futurs chefs d’entreprise dans la création de leur activité.

Plus spécifiquement, la Commission souhaite connaître le point de vue des citoyens sur les sujets suivants:

La promotion de l’esprit d’entreprise dans les écoles et les universités

La formation à l’esprit d’entreprise peut faire pencher la balance: en effet, les jeunes qui passent par des programmes et des activités en faveur de l’esprit d’entreprise fondent davantage de sociétés, et plus tôt. Le pourcentage de jeunes qui deviennent chefs d’entreprises 3 à 5 ans après avoir quitté l’école est de 3 à 5 %, mais il est de 15 % à 20 % parmi ceux qui ont participé à un programme de formation à l’esprit d’entreprise. Que peut-on faire au niveau européen, national et régional dans le but de promouvoir l’enseignement de l’esprit d’entreprise?

Femmes, personnes âgées: un potentiel de création d’entreprises inexploité

Les femmes chefs d’entreprise représentent seulement 34,4 % des indépendants dans l’Union européenne, mais 52 % de la population européenne totale. Les femmes représentent le potentiel entrepreneurial le plus sous-utilisé en Europe. Les personnes âgées peuvent souvent apporter une expérience et un savoir-faire précieux, ce qui pourrait faire d’eux d’excellents conseillers pour les créateurs d’entreprise moins expérimentés. Que peut faire la Commission pour promouvoir l’esprit d’entreprise des femmes et mieux exploiter l’expérience professionnelle des personnes âgées?

Les immigrants, les minorités ou d’autres groupes spécifiques d’entrepreneurs potentiels

Il est important que les politiques visant à favoriser l’esprit d’entreprise en Europe tiennent pleinement compte du potentiel d’esprit d’entreprise que représentent les immigrants et les personnes issues de minorités ethniques. Comment promouvoir l’esprit d’entreprise des immigrants et des travailleurs issus de minorités ethniques?

La consultation couvre d’autres questions, notamment les conditions‑cadres pour les entreprises, la facilitation des transferts d’activité, des procédures de faillite efficaces/une seconde chance offerte aux entrepreneurs ayant déclaré une faillite non frauduleuse, le soutien aux nouveaux chefs d’entreprise et l’amélioration de l’accès au financement.

Personnes de contact:

Carlo Corazza (+32 2 295 17 52)

Sara Tironi (+32 2 299 04 03)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website