Navigation path

Left navigation

Additional tools

Sécurité alimentaire: l'UE vient en aide à plus de 310.000 personnes au Sénégal

European Commission - IP/12/779   13/07/2012

Other available languages: EN DE LV

European Commission

Press release

Brussels, 13 July 2012

Sécurité alimentaire: l'UE vient en aide à plus de 310.000 personnes au Sénégal

En réponse à la crise alimentaire qui frappe la région du Sahel, l'UE a décidé de venir en aide au Sénégal en fournissant, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), une assistance alimentaire aux 314.000 personnes les plus vulnérables dans les zones les plus menacées que sont la Casamance (Ziguinchor, Sedhiou and Kolda), Tambacounda, Kédougou et Matam.

Le Commissaire au développement Andris Piebalgs a dit: "La crise alimentaire menace des centaines de milliers de vie au Sénégal. Il est de notre devoir de solidarité de soutenir le gouvernement sénégalais dans cette épreuve, sur le court mais aussi moyen terme. L'aide apportée aujourd'hui s'inscrit en complément de nos efforts pour renforcer les systèmes agricoles nationaux et garantir une meilleure résilience des pays du Sahel face aux chocs externes".

Le programme qui s'élève à € 5 millions, et vient en appui des programmes humanitaires de ECHO - le Service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne - déclinera d'ici mars 2013 trois types d'activités:

  • Distribution ciblée de vivres: avec le démarrage précoce de la période de soudure, c'est-à-dire la période précédant les premières récoltes et où le grain de la récolte précédente peut venir à manquer, 58.000 bénéficiaires recevront des rations alimentaires complètes;

  • Distribution de bons d'achat: 70.000 bénéficiaires recevront des bons d'achat de nourriture qui seront échangés contre des produits alimentaires de base; 180.000 enfants et adultes recevront des vivres à travers une distribution alimentaire auprès de 30.000 femmes enceintes et mères d’enfants de moins de 5 ans. Ces mêmes femmes bénéficieront également de formations adaptées en nutrition et en hygiène alimentaire;

  • "Nourriture contre travail": 34.500 bénéficiaires auront une assistance alimentaire en échange de travaux de construction ou de réhabilitation des infrastructures de production agricole ou de stockage des vivres.

Contexte

Le Sénégal a souffert du manque et de l'irrégularité des pluies en 2011, ce qui a abouti à une faible récolte en 2011/12. La production céréalière était de 36% inférieure à celle de l'année précédente et de 20% inférieure à la moyenne des 5 dernières années. Pour l'arachide, principale plante légumineuse du pays, ces taux étaient respectivement de 59% et de 31%.

Les réserves alimentaires des communautés les plus touchées sont presque totalement épuisées. A Ziguinchor, Kolda, Sedhiou, Kedougou, Fatick et Kaolack, soit dans 6 régions sur 14, plus de la moitié des personnes a un accès insuffisant à la nourriture (un taux d'insécurité alimentaire au-dessus de 50%). Ce taux devrait continuer à augmenter du fait de l'allongement de la période de soudure qui a commencé en mars au lieu de juillet.

Au total, 739,000 habitants des zones rurales sont en situation de fragilité alimentaire et ont besoin d'une assistance d'ici la prochaine récolte prévue au mois d'octobre. Il est estimé également que 67,000 habitants en zone urbaine sont également affectés par la crise et auraient besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

L’UE au Sahel

La Commission européenne, premier bailleur de fonds destinés à faire face à la crise, a aussi été la première institution à réagir, fin 2011. En réussissant à concrétiser l'alerte précoce en une action rapide, elle a déjà sauvé des milliers de vies humaines sur les dix-huit millions de personnes frappées par la crise alimentaire qui sévit actuellement dans huit pays du Sahel. L’aide de la Commission vise préventivement les plus vulnérables: un million d’enfants âgés de moins de deux ans et 500 000 femmes enceintes ou allaitantes.

En sus des 337 millions d’euros mobilisés pour faire face à la crise alimentaire et au conflit au Mali, une enveloppe de 208 millions d’euros a déjà été mise à disposition pour financer les projets de sécurité alimentaire en cours et remédier ainsi au problème d’insécurité alimentaire chronique au Sahel, ce qui porte à plus de 500 millions d’euros le budget total consacré par la Commission à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans la région.

Contacts :

Catherine Ray (+32 2 296 99 21)

Wojtek Talko (+32 2 297 85 51)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website