Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission, le Parlement et le Conseil rassemblent les dirigeants des communautés religieuses pour débattre de la solidarité intergénérationnelle et des défis démographiques à l’échelle européenne

European Commission - IP/12/773   12/07/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 12 juillet 2012

La Commission, le Parlement et le Conseil rassemblent les dirigeants des communautés religieuses pour débattre de la solidarité intergénérationnelle et des défis démographiques à l’échelle européenne

Bruxelles, le 12 juillet 2012 – Plus de vingt hauts dignitaires des religions chrétienne, musulmane et juive, ainsi que des communautés hindoue et bahaïe, provenant de toute l'Europe, se sont réunis aujourd’hui à Bruxelles autour du thème «La solidarité intergénérationnelle: vers un cadre pour la société de demain en Europe». Cette réunion à haut niveau s’est tenue à l’initiative de M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et a été coprésidée par MM. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et László Surján, vice-président du Parlement européen, qui représentait le président Martin Schulz. Dans un esprit de franchise et d'ouverture, les participants ont débattu de la solidarité intergénérationnelle et d’autres grands défis démographiques qui se posent à l’Europe, tels que la lutte contre le chômage, la promotion du vieillissement actif et la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée. Le président Barroso a encouragé les dirigeants des communautés religieuses à entamer un débat public et à montrer la contribution particulière que les églises et les communautés religieuses peuvent apporter pour expliquer le besoin de solidarité.

«Pour lutter contre la crise économique, nous nous efforçons actuellement de trouver le juste équilibre entre solidarité et responsabilité entre États membres. Mais nous devons nous montrer au moins aussi attentifs à la solidarité et à la responsabilité entre générations. En définitive, ce n’est qu’en maintenant la solidarité interpersonnelle et intergénérationnelle au cœur de notre action que nous pourrons bel et bien sortir de cette crise et jeter les bases d’un avenir prospère. Il s’agit là du ciment qui assure la cohésion de nos communautés. Les églises et les communautés religieuses sont bien placées pour créer du lien social.», a déclaré M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne.

M. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, s’est quant à lui exprimé en ces termes: «Tant socialement qu’économiquement et, en premier lieu, du point de vue humain, nous ne pouvons nous permettre de perdre une génération en Europe. Nous ne pouvons pas non plus nous permettre de laisser les personnes âgées de côté au motif qu’elles seraient moins productives. En tout état de cause, la productivité de la sagesse et de la connaissance n’est pas mesurable comme celle de l’industrie des biens de consommation, mais un dicton africain nous rappelle que lorsqu'un vieil homme s’éteint, c'est toute une bibliothèque qui disparaît. Les églises, les synagogues, les mosquées, les temples, ainsi que leurs écoles, associations et ONG, non seulement permettent de rapprocher et de réunir les citoyens au niveau local, mais peuvent aussi largement contribuer à améliorer la compréhension et l’apprentissage mutuels entre les générations».

«La solidarité intergénérationnelle constitue un devoir inscrit dans notre héritage judéo‑chrétien ainsi que dans d’autres religions. De nos jours, il ne s’agit pas uniquement d’une question religieuse. En effet, la solidarité intergénérationnelle a aussi des implications financières importantes: les dettes d’aujourd’hui pouvant être considérées comme les impôts de demain, la réduction de la dette est une question de justice intergénérationnelle. Le poids de la dette non seulement pèse sur les nouvelles générations, mais il est aussi grevé par des intérêts bancaires. Les Européens pourraient se montrer nostalgiques de la société médiévale ou intéressés par d’autres cultures qui ne connaissent pas la notion d’intérêt, mais il serait irréaliste d’imaginer un système financier sans taux d’intérêt. Dans le même temps, les nouvelles préoccupantes qui nous arrivent de la City de Londres font naître des aspirations de renouveau.», a souligné M. László Surján, vice-président du Parlement européen.

Au cours de la réunion d’aujourd’hui, les participants se sont accordés sur la nécessité d’une sensibilisation plus grande aux enjeux sociétaux majeurs, d’une responsabilisation accrue dans des domaines essentiels comme le renforcement de la solidarité entre les générations et la lutte contre la discrimination, et d’une contribution effective à la stratégie globale de croissance pour l’Europe menée par la Commission, en améliorant le système éducatif, en combattant la pauvreté et en favorisant une plus grande justice sociale.

Contexte

Le sujet de la réunion, «La solidarité intergénérationnelle: vers un cadre pour la société de demain en Europe», a trait à plusieurs des objectifs de la stratégie Europe 2020 de la Commission européenne, qui vise à développer une croissance intelligente, durable et inclusive, en se concentrant sur des objectifs ambitieux dans les domaines de l’emploi, de l’innovation, de l’éducation, de la réduction de la pauvreté et du climat/de l’énergie. En outre, l’Union européenne a proclamé 2012 «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle». La discrimination fondée sur l’âge n’est pas qu’une question de droits fondamentaux. Il s’agit aussi d’une question économique, dans la mesure où elle empêche des personnes capables et qualifiées de trouver un emploi. L’année européenne offre un cadre de nature à susciter de nouvelles initiatives de la part de toute une série d’acteurs, dont les organisations religieuses.

La réunion de hauts dignitaires religieux qui a eu lieu ce jour est la huitième d’un cycle de réunions qui a débuté en 2005 à l’initiative du président Barroso. Le traité de Lisbonne (2009) a consacré en droit primaire (article 17 du TFUE) la nécessité pour l’Union de maintenir un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les églises et les associations ou communautés religieuses, ainsi qu’avec les organisations philosophiques et non confessionnelles. Outre des séminaires réguliers avec les différents interlocuteurs, une rencontre annuelle à haut niveau est organisée avec les dirigeants des communautés religieuses et une autre, avec les représentants des organisations philosophiques et non confessionnelles.

La réunion d’aujourd’hui, à laquelle ont également pris part le vice‑président Maroš Šefčovič et la commissaire Connie Hedegaard, s’est tenue au siège de la Commission européenne à Bruxelles.

Pour la liste des participants, voir: MEMO/12/546

Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive

Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle

Pour en savoir plus sur le dialogue de la Commission européenne avec les Églises, les associations et communautés religieuses et les organisations philosophiques et non confessionnelles

Site internet de M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

Personnes de contact:

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70)

Jens Mester (+32 2 296 39 73)

Dirk Volckaerts (+32 2 299 39 44)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website