Navigation path

Left navigation

Additional tools

Eurobaromètre: 98 % des citoyens de l’Union pensent qu’il est bon que leurs enfants apprennent des langues étrangères. Concrètement, les compétences de ces derniers ne sont cependant pas à la hauteur des espérances.

European Commission - IP/12/679   21/06/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 21 juin 2012

Eurobaromètre: 98 % des citoyens de l’Union pensent qu’il est bon que leurs enfants apprennent des langues étrangères. Concrètement, les compétences de ces derniers ne sont cependant pas à la hauteur des espérances.

Presque neuf citoyens de l’Union sur dix sont convaincus de l’extrême utilité de savoir parler une ou plusieurs langues étrangères et 98 % pensent que la maîtrise des langues étrangères sera un atout pour l’avenir de leurs enfants. Tels sont les résultats d’un nouveau sondage Eurobaromètre consacré à l’opinion des citoyens européens sur le multilinguisme et l’apprentissage des langues.

Une autre étude de la Commission européenne, à savoir la première enquête européenne sur les compétences linguistiques, montre cependant qu’en matière de compétences linguistiques, il y a encore loin du rêve à la réalité: les tests de langue effectués auprès d’adolescents de 14 pays européens révèlent que seuls 42 % d’entre eux sont compétents dans leur première langue étrangère et à peine 25 % dans la deuxième langue. Un pourcentage significatif de ces jeunes, soit 14 % d’entre eux pour la première langue étrangère et 20 % pour la deuxième, n’atteint même pas le niveau d’un «utilisateur de base».

La commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou, s’est exprimée en ces termes: «Ce sondage Eurobaromètre montre que les citoyens sont extrêmement attachés au multilinguisme et à l’apprentissage des langues, ce dont nous pouvons nous réjouir. Néanmoins, il nous faut encore améliorer l’enseignement et l’apprentissage des langues. La maîtrise d’une langue étrangère élargit l’horizon personnel et ouvre des portes; elle accroît les possibilités d’emploi des individus et multiplie les débouchés des entreprises au sein du marché unique.»

Dix ans après la déclaration de Barcelone de 2002, dans laquelle les chefs d'État et de gouvernement appelaient de leurs vœux l'apprentissage d'au moins deux langues étrangères dès le plus jeune âge, les Européens sont largement conscients des avantages du multilinguisme. Les trois quarts d’entre eux quasiment (72 %) soutiennent cet objectif et 77 % pensent qu’il conviendrait d’en faire une priorité politique. Plus de la moitié des Européens (53 %) utilisent une langue étrangère dans l’exercice de leur profession et 45 % pensent avoir obtenu un meilleur emploi dans leur pays du fait de leurs compétences linguistiques.

Néanmoins, le pourcentage d’Européens affirmant pouvoir communiquer dans une langue étrangère a légèrement reculé de 56 % à 54 %. Cette baisse s’explique en partie par le fait que le russe et l’allemand ne sont plus des matières obligatoires dans les programmes scolaires des pays de l’Europe du Centre et de l’Est.

La proportion d’élèves compétents dans leur première langue étrangère varie de 82 % à Malte et en Suède (où l’anglais est la première langue étrangère) à seulement 14 % en France (pour l'anglais) et 9 % en Angleterre (pour le français). L’un des changements les plus frappants depuis 2005 est que les compétences passives en compréhension écrite et orale se sont renforcées grâce à Internet. Le pourcentage d’Européens ayant régulièrement recours à une langue étrangère lors de l’utilisation d’Internet, sur les réseaux sociaux par exemple, a augmenté de 10 points, passant de 26 % à 36 %.

Prochaines étapes

La Commission européenne entend accroître son soutien à l’apprentissage des langues grâce à son nouveau programme «Erasmus pour tous» (IP/11/1398). L'apprentissage des langues étrangères constitue l'un des six objectifs spécifiques du programme et la Commission prévoit de financer davantage les cours de langues pour les personnes désireuses d'étudier, de se former ou de travailler comme bénévoles à l'étranger. Elle proposera un indicateur européen des compétences linguistiques à la fin de l’année, qui permettra de mesurer les avancées réalisées dans les États membres en matière d’enseignement et d’apprentissage des langues.

Les résultats du sondage Eurobaromètre intitulé «Les Européens et leurs langues» et de l’enquête européenne sur les compétences linguistiques seront examinés lors d’une conférence internationale qui se tiendra à Limassol (Chypre) le 26 septembre, date de la prochaine Journée européenne des langues.

Le contexte

En 2002, le Conseil européen de Barcelone avait appelé à une action destinée à «améliorer la maîtrise des compétences de base, notamment par l’enseignement d’au moins deux langues étrangères dès le plus jeune âge», et à «l’établissement d'un indicateur de compétence linguistique».

L’Eurobaromètre spécial (386) sur les Européens et leurs langues a été réalisé au printemps 2012. Près de 27 000 personnes ont participé à des entretiens individuels dans leur langue maternelle. Le sondage couvrait les 27 États membres et des catégories sociales et classes d’âge diverses.

La langue maternelle la plus largement parlée est l’allemand (16 %), suivi par l’italien et l’anglais (13 %), le français (12 %), et enfin l’espagnol et le polonais (8 %).

Par rapport aux données du sondage Eurobaromètre de 2005, les pays dans lesquels a le plus augmenté la proportion de personnes interrogées déclarant être capables de tenir une conversation dans au moins une langue étrangère sont l’Autriche (78 %, soit une hausse de 16 points de pourcentage), la Finlande (75 %, + 6 points) et l’Irlande (40 %, + 6 points).

En revanche, la proportion de personnes capables de parler au moins une langue étrangère a nettement reculé en Slovaquie (80 %, - 17 points), en République tchèque (49 %, - 12 points), en Bulgarie (48 %, - 11 points), en Pologne (50 %, - 7 points) et en Hongrie (35 %, - 7 points). Dans ces pays, le pourcentage de personnes pouvant parler des langues telles que le russe ou l’allemand a reculé depuis 2005.

Les cinq langues étrangères les plus largement parlées demeurent l’anglais (38 %), le français (12 %), l’allemand (11 %), l’espagnol (7 %) et le russe (5 %).

À l’échelon national, l’anglais est la langue étrangère la plus largement parlée dans 19 des 25 États membres où elle n’est pas langue officielle (à l’exclusion donc du Royaume-Uni et de l’Irlande).

Pour la première fois, l’Eurobaromètre portait aussi sur l’opinion de la population concernant le rôle de la traduction dans les domaines de la santé, de la sécurité, de l'éducation et de l'information, dans la recherche d'emplois et dans le secteur des loisirs (cinéma, lectures). La Commission avait déjà commandé des sondages Eurobaromètre sur les langues en 2001 et 2005.

Les résultats de l’enquête européenne sur les compétences linguistiques, menée au printemps 2011, sont publiés aujourd’hui au terme d’une analyse approfondie. Cette enquête portait sur près de 54 000 élèves et englobait 14 pays et 16 systèmes scolaires (Angleterre, trois communautés linguistiques de la Belgique, Bulgarie, Croatie, Espagne, Estonie, France, Grèce, Malte, Pays-Bas, Pologne, Slovénie et Suède). Elle fournit des données comparables sur les compétences en langues étrangères d'élèves de 14 et 15 ans. Dans chaque pays, les tests mesuraient les compétences en lecture, en compréhension orale et en rédaction dans deux des cinq langues officielles de l’Union européenne les plus enseignées, à savoir l’anglais, le français, l’allemand, l’italien et l’espagnol. En outre, l'analyse des questionnaires remplis par les élèves, mais aussi par près de 5 000 professeurs de langues et 2 250 directeurs d'établissement, révèle que les capacités d'apprentissage des langues sont étroitement liées à la motivation des élèves, un facteur qui dépend lui-même de la situation familiale, de l’éducation et de la société au sens large.

Pour de plus amples informations

Rapport Eurobaromètre spécial 386 «Les Européens et leurs langues»

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_en.htm

Résumé

Fiches nationales

http://ec.europa.eu/languages/eslc/index/html

European Survey on Language Competences project

http://ec.europa.eu/languages/eslc/docs/en

Enquête européenne sur les compétences linguistiques –Rapport final

http://ec.europa.eu/languages/eslc/docs/en/executive-summary-eslc_en.pdf

Données de l’enquête européenne sur les compétences linguistiques - Résumé

Commission européenne: Éducation et formation

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Mme Vassiliou sur Twitter: @VassiliouEU

Contacts :

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website