Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE ES PT

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 20 juin 2012

La Commission présente un plan visant à soutenir l’emploi et la croissance dans les régions ultrapériphériques

La Commission adopte aujourd’hui une communication intitulée «Les régions ultrapériphériques de l’Union européenne: vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive», qui propose une stratégie renouvelée pour huit régions: les quatre départements français d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Réunion et Martinique), la collectivité française d’outre-mer de Saint-Martin, les régions autonomes portugaises des Açores et de Madère, ainsi que la communauté autonome espagnole des îles Canaries. L’objectif est d’aider les régions ultrapériphériques (RUP) à exploiter leur potentiel, essentiellement par la diversification et la modernisation de leurs économies. Elles pourront le faire en développant de nouvelles pratiques dans les secteurs traditionnels tels que l’agriculture et la pêche, en profitant de leur biodiversité et de la richesse de leurs écosystèmes marins pour élaborer de nouveaux produits, ainsi qu’en tirant parti des atouts qu’elles possèdent pour l’astrophysique, les énergies renouvelables et les activités de recherche dans les domaines de l’espace et du climat. La communication explique par ailleurs la manière dont, dans un très large éventail de secteurs, la Commission s’attachera à atténuer les contraintes auxquelles ces régions sont soumises en permanence, à assurer leur pleine intégration dans le marché unique et à approfondir leur intégration avec leurs voisins géographiques.

Le commissaire Johannes Hahn a déclaré: «Ces régions constituent un atout pour l’Union européenne. Notre but est d’aider les RUP à devenir plus autonomes, plus solides économiquement et mieux à même de créer des emplois durables, afin de réduire les disparités avec les autres régions de l’UE».

Ainsi que le reconnaît l’article 349 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, des contraintes importantes, telles que l’éloignement par rapport à l’Europe, subsisteront toujours. Cependant, un effort concerté visant à réformer, moderniser et diversifier leurs économies, qui ont été durement frappées par la crise économique et financière mondiale, est le meilleur moyen de leur assurer un avenir plus prospère.

«Chaque RUP est différente et il s’agit de trouver pour chacune le mode de développement qui lui convient le mieux. Si la nouvelle stratégie propose des axes de développement généraux, chaque région ultrapériphérique devra définir sa propre voie vers une plus grande prospérité, en fonction de ses spécificités propres» a ajouté le commissaire.

Les RUP présentent de multiples atouts pour l’Union européenne. Au total, 4 millions de citoyens européens vivent dans ces régions. Elles occupent des positions géostratégiques importantes pour l’Union européenne et, du fait de leurs caractéristiques géographiques et géomorphologiques, elles constituent des laboratoires privilégiés pour l’expérimentation dans un certain nombre de domaines comme les énergies renouvelables, l’astrophysique et la recherche spatiale. Leur biodiversité ouvre des perspectives de développement pour des secteurs comme la santé et le tourisme par exemple.

La présente communication vise à aider les RUP à trouver leur place dans les nombreux projets lancés dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie «Europe 2020», en faisant en sorte que les différentes politiques européennes prennent davantage en compte que par le passé leur situation spécifique.

Si elles continueront à bénéficier d’un soutien dans les domaines traditionnels comme la pêche et l’agriculture (leurs produits agricoles — thés, vins, rhums, fromages, fruits, fleurs et plantes ornementales notamment — sont de haute qualité), la communication expose également la manière dont il conviendra de les aider à optimiser leur potentiel dans de nouveaux secteurs. Elle indique où les RUP peuvent trouver de l’aide et les possibilités que leur offrent les politiques de l’Union européenne dans les domaines de la recherche, de l’innovation, de l’esprit d’entreprise et des compétences, afin de soutenir des secteurs aussi variés que le tourisme et la recherche spatiale. La communication explique également le soutien dont peuvent disposer les RUP pour conserver leurs atouts spécifiques par la protection de leur environnement.

La Commission propose donc des mesures concrètes dans plusieurs domaines afin:

  • de renforcer la compétitivité grâce à l’investissement et à l’innovation,

  • de réduire l’isolement des RUP en leur apportant un soutien dans les domaines du transport, de l’énergie et des liaisons TIC,

  • de renforcer les liens commerciaux et autres avec leurs voisins géographiques,

  • d’intensifier les efforts visant à améliorer les compétences, réduire le décrochage scolaire, augmenter le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur, lutter contre la pauvreté, améliorer l’accès aux soins de santé et favoriser l’inclusion sociale.

Toutes les mesures précitées doivent être mises en œuvre dans le cadre d’un partenariat. Les autorités nationales et régionales concernées doivent maintenir leur engagement ferme de maximiser le potentiel de chaque RUP et de veiller à ce que les règles et pratiques nationales soient adaptées, le cas échéant, afin de refléter les besoins propres de chacune.

Le commissaire Hahn propose notamment que chaque RUP élabore en collaboration avec l’État membre dont elle fait partie un plan d’action décrivant d’une part la manière dont elle a l’intention de mettre en œuvre la stratégie Europe 2020, y compris les objectifs poursuivis et le calendrier, en tenant compte de sa situation spécifique, et d’autre part les différents instruments qu’elle a à sa disposition.

Dans le même temps, la Commission s’engage à poursuivre ses efforts en vue de renforcer l’intégration des RUP dans le marché unique et dans leur environnement géographique. D’ici à la fin de l’année 2017 au plus tard, la Commission examinera la mise en œuvre de chacune des mesures proposées.

Les présidents de toutes les régions ultrapériphériques se réuniront les 2 et 3 juillet à Bruxelles pour débattre avec la Commission européenne d’une série de sujets qui concernent leurs régions. Une conférence de presse sera organisée le lundi 2 juillet.

Contexte

Le statut particulier des huit régions ultrapériphériques est défini par l’article 349 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), qui énumère les handicaps auxquels elles sont confrontées: éloignement, insularité, faible superficie, relief et climat difficiles et dépendance économique vis-à-vis d’un petit nombre de produits.

De nombreux projets soutenus par l’Union européenne témoignent de la capacité des RUP à se spécialiser dans des secteurs de pointe et à porter des projets pilotes pour le bénéfice de toute l’Union, en particulier des projets novateurs dans différents domaines:

Énergie

Îles Canaries: projet expérimental de production d’énergies renouvelables dans des installations offshore mené par le consortium PLOCAN;

La Réunion: projet pilote de production de biocarburant à partir d’algues.

Observation et prévention des catastrophes naturelles

Açores: Centre de volcanologie et d’évaluation des risques géologiques;

Guyane: projet CARTAM-SAT de cartographie dynamique de la région amazonienne par satellite.

Tourisme durable

Madère: Musée de la baleine et projet «Baleine 3D».

Agriculture et environnement

Martinique: projet de l’entreprise FIBandCo visant à produire un revêtement spécial à partir d’une ressource inexploitée dans le cadre de la culture des bananes;

Guadeloupe: projet du laboratoire Phytobôkaz de développement et de commercialisation de produits de soins à base de plantes utilisées dans la médecine traditionnelle guadeloupéenne.

Pour en savoir plus:

Les régions ultrapériphériques de l'Union européenne: vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive

La politique régionale et les régions ultrapériphériques

Contacts:

Ton Van Lierop (+32 2 296 65 65)

Annemarie Huber (+32 2 299 33 10)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site