Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Possibilités de pêche pour 2013: améliorations pour certains stocks de poisson

Commission Européenne - IP/12/584   08/06/2012

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL ET LT LV MT PL SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 8 juin 2012

Possibilités de pêche pour 2013: améliorations pour certains stocks de poisson

Dans un document de consultation adopté aujourd’hui, la Commission européenne expose ses intentions quant à la fixation des possibilités de pêche pour 2013. Par ce document, la Commission sollicite, comme chaque année, le point de vue des États membres et des parties prenantes sur la fixation des totaux admissibles des captures (TAC), des quotas et de l’effort de pêche (jours en mer) pour l’année suivante. Le document montre que les efforts déployés par la Commission pour supprimer progressivement la surpêche commencent à porter leurs fruits. On compte désormais dans les mers européennes 20 stocks de poissons dont on sait qu’ils ne sont pas surexploités, contre seulement 5 en 2009. Grâce à la réduction des TAC opérée au cours des dernières années, il a même été possible d’augmenter certains TAC en 2012, ce qui pourrait rapporter au moins 135 millions € de revenus supplémentaires au secteur de la pêche.

Les chiffres ci-dessus montrent qu’en suivant les avis scientifiques lors de la fixation des TAC, on peut contribuer à la reconstitution des stocks de poisson. Les pêcheurs sont ainsi récompensés par une augmentation des captures et de leurs revenus, et l’incidence de la pêche sur l’environnement s’en trouve réduite. Ces chiffres montrent également qu’une réforme de la politique commune de la pêche est nécessaire pour appliquer à plus grande échelle les méthodes qui ont fait leurs preuves sur le long terme et les intégrer dans l’élaboration des politiques de l’Union européenne. La fixation de TAC année après année ne permet pas, à elle seule, de supprimer la surpêche. Une gestion à long terme, une approche scientifique intégrale et l’élimination des pratiques dévastatrices telles que les rejets sont nécessaires, comme l’a précisé la Commission dans sa proposition de réforme de la PCP.

Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos: «Nous constatons actuellement des progrès vers la fin de la surexploitation des ressources, mais nous devons franchir le pas et adopter la réforme de la PCP si nous voulons maintenir ces améliorations sur le long terme.»

La Commission estime que, pour les stocks couverts par les plans de gestion à long terme, les TAC et les niveaux de l’effort de pêche devraient être fixés conformément aux plans en vigueur (c’est une exigence légale). Pour les autres stocks de poissons, qui ne sont pas couverts par ces plans, les TAC devraient être fondés sur les avis scientifiques, avec pour objectif d’éliminer progressivement la surpêche d’ici à 2015, ou plus tôt, si cela est possible. En l’absence d’avis, le principe de précaution doit être appliqué.

Les données scientifiques sur lesquelles repose l’évaluation des stocks s’améliorent. Alors qu’en 2009, 57 stocks soumis à des TAC dans l’Atlantique du Nord-Est ne faisaient pas l’objet d’avis scientifiques, on devrait enregistrer en 2012 une amélioration spectaculaire, puisque le nombre de ces stocks pourrait tomber à 10-12 stocks à peine.

La Commission réaffirme ainsi qu’elle est résolue à proposer des niveaux de pêche fondés sur une analyse scientifique et à supprimer la surpêche d’ici à 2015, comme elle l’a indiqué dans sa proposition de réforme de la PCP.

Contexte

Les stocks des eaux UE de l’Atlantique du Nord-Est qui ne sont pas considérés comme surexploités sont les suivants:

Baudroies

au large du Portugal et des côtes atlantiques de l’Espagne

Merlan bleu

toutes les zones

Sole commune

Skagerrak, Kattegat et mer Baltique

Manche occidentale

mer Celtique

Églefin

mer du Nord

Rockall

ouest de l’Écosse

Hareng

mer du Nord

mer Celtique

mer de Botnie

Chinchard

zone ouest, de la mer Cantabrique à la partie septentrionale de la mer du Nord

Cardines

au large du Portugal et des côtes atlantiques de l’Espagne

Langoustine

Skagerrak et Kattegat

mer du Nord (Fladen Ground)

ouest de l’Écosse

mer Celtique et mer d’Irlande

Plie

mer du Nord

Cabillaud

Baltique orientale

Aiguillat commun

Atlantique du Nord-Est

En ce qui concerne les stocks de poisson pour lesquels une évaluation scientifique peut être effectuée, l’état des stocks s’est amélioré au cours des dernières années. Dans l’Atlantique du Nord-Est et les mers adjacentes, le nombre de stocks surexploités est passé de 32 sur 34 en 2005 à 18 sur 38 en 2012, c’est-à-dire de 94 % à 47 %. Dans la Méditerranée, des données suffisantes sont disponibles pour 63 % des stocks, dont 80 % sont surexploités.

Plus de détails dans le document de consultation complet:

http://ec.europa.eu/fisheries/cfp/fishing_rules/tacs/info/com_2012_278_fr.pdf

Contacts :

Oliver Drewes (+32 2 299 24 21)

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site