Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

Un nouveau rapport de la Commission et un nouveau sondage Eurobaromètre donnent un aperçu de la situation en matière de migration, d’asile et de liberté de circulation au sein de l’UE

Bruxelles, le 1er juin 2012 – La Commission publie aujourd’hui un rapport sur les avancées intervenues en 2011 dans le domaine de l’immigration et de l’asile, assorti d’un sondage Eurobaromètre sur la position des citoyens européens en matière de mobilité transfrontalière, de migration et de sécurité. Il ressort de ce sondage que huit Européens sur dix conviennent que les États membres de l’UE doivent offrir protection et asile aux personnes qui en ont besoin et que les règles régissant l’accueil des demandeurs d’asile devraient être identiques à travers toute l’Union européenne. Une large majorité des Européens (67 %) pense qu’il est important de pouvoir se déplacer à l’intérieur de l’UE sans être soumis à des contrôles aux frontières intérieures.

«Les données chiffrées du rapport et les résultats du sondage d’opinion confortent la Commission dans sa conviction que l’Union européenne doit se doter d’une politique forte et cohérente en matière de migration, qui réponde à la fois aux besoins à court et à long terme. Nous devons assurer une gestion efficace de nos frontières externes, de façon à préserver la liberté de circulation au sein de l’UE et à offrir une protection réelle à ceux qui en ont besoin, tout en ouvrant des voies de migration légale et de mobilité», a déclaré la commissaire aux affaires intérieures, Mme Cecilia Malmström.

Voici quelques éléments marquants du rapport et du sondage Eurobaromètre (EB):

Migration légale

RAPPORT: L’Union européenne compte 20,2 millions de ressortissants de pays tiers, soit environ 4 % de sa population totale (502,5 millions) et 9,4 % de la population de migrants à travers le monde, estimée à 214 millions d’individus.

EB: 68 % des personnes interrogées pensent que les migrants légaux devraient bénéficier des mêmes droits que les ressortissants de leur pays d’accueil. Quatre Européens sur dix (42 %) pensent que l’UE devrait encourager la migration de la main-d’œuvre en provenance de pays tiers afin de faire face aux enjeux démographiques et aux pénuries de main-d’œuvre, tandis que 46 % n’y sont pas favorables.

Migration irrégulière

RAPPORT: En 2011, quelque 343 000 personnes se sont vues refuser le droit d’entrer dans l’UE, soit une diminution de 13 % par rapport) 2010. Toujours en 2011, quelque 468 500 personnes ont été appréhendées (ce qui constitue une diminution par rapport aux 505 000 arrestations effectuées en 2010), et les États membres ont procédé au retour de quelque 190 000 ressortissants de pays tiers (soit une diminution de 15 % par rapport à 2010).

EB: Huit Européens sur dix (80 %) pensent que l’UE devrait aider davantage les États membres à gérer l’immigration irrégulière, et 78 % d’entre eux estiment que le coût de la gestion de l’immigration irrégulière devrait être réparti sur l’ensemble des États membres de l’UE.

Intégration

RAPPORT: En 2010, le taux d’emploi moyen des ressortissants de pays tiers âgés de 20 à 64 ans atteignait 58,5 %, contre 68,6 % pour l’ensemble des personnes appartenant à cette tranche d’âge.

EB: 53 % des personnes interrogées pensent que l’immigration constitue un facteur d’enrichissement économique et culturel pour les pays de l’Union européenne. Par ailleurs, 60 % des Européens considèrent que les migrants sont susceptibles d’éprouver des difficultés d’intégration en raison des discriminations dont ils sont victimes.

Asile

RAPPORT: En 2011, les États membres de l’UE ont enregistré un peu moins de 302 000 demandes d’asile, ce qui constitue une hausse significative de 16,2 % par rapport à 2010. Ces chiffres restent toutefois très inférieurs au pic de 425 000 demandes enregistrées en 2001.

EB: 80 % des personnes interrogées estiment que les États membres de l’UE devraient offrir protection et asile à ceux qui en ont besoin. Huit Européens sur dix pensent que le nombre de demandeurs d’asile devrait être réparti de façon plus homogène sur l’ensemble des États membres de l’UE.

Schengen et la liberté de circulation

RAPPORT: Quelque 12,7 millions de visas Schengen ont été délivrés en 2011, la plupart à des ressortissants de la Fédération de Russie (40,7 %), de l’Ukraine (8,7 %), de la Chine (8,1 %) et de la Turquie (4,7 %).

EB: Pour un peu moins de six personnes interrogées sur dix (57 %), il devrait être plus facile pour des ressortissants de pays tiers de se rendre dans l’UE à des fins professionnelles ou d’agrément. Pour 67 % des personnes interrogées, il est important de pouvoir voyager au sein de l’UE sans être soumis à des contrôles aux frontières intérieures.

Contexte

Les rapports annuels sur l’immigration et l’asile répondent à la demande émise par le Conseil européen à l’occasion de l’adoption du Pacte 2008 sur l’immigration et l’asile. Le troisième rapport annuel du genre (pour 2011) met en lumière les principales avancées intervenues au niveau de l’UE et des États membres pour relever ces défis, et notamment pour:

  • garantir que les possibilités offertes en matière de migration légale et de mobilité répondent aux besoins de l’UE;

  • continuer à œuvrer en faveur d’une intégration efficace afin de bénéficier pleinement du potentiel que représentent les migrants, d’un point de vue non seulement économique, mais aussi social et culturel;

  • répondre aux pressions migratoires grâce à une mise en œuvre efficace des mesures existantes visant à réduire les flux de migration irrégulière, notamment par le dialogue et la coopération avec les pays tiers, la solidarité avec les États membres les plus touchés, des contrôles performants aux frontières et des procédures en matière de visas;

  • assurer la mise en place d’un régime d’asile européen commun en 2012, de façon à protéger ceux qui en ont besoin. Seule une politique cohérente, portant sur tous ces éléments, permettra à l’UE de bénéficier pleinement des contributions positives apportées par la migration.

Dans ce contexte, le soutien apporté par l’UE sous forme d’aide financière en matière de migration et de mobilité reste un élément important de solidarité au sein de l’UE et de coopération avec les pays tiers (voir MEMO/12/399).

Pour de plus amples informations:

Troisième rapport annuel sur l’immigration et l’asile:

http://ec.europa.eu/home-affairs/doc_centre/immigration/docs/COM%202012%20250%20final%201_EN_ACT_part1_v5.pdf

Document de travail des services de la Commission accompagnant le rapport:

http://ec.europa.eu/home-affairs/doc_centre/immigration/docs/SWD%202012%20139%20final%201_EN_autre_document_travail_service_part1_v3.pdf

MEMO/12/399: Aide financière aux pays tiers dans le domaine de la migration et de la mobilité

Rapport Eurobaromètre: 'Awareness of Home Affairs'

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_399_380_en.htm

Page d’accueil du site de Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission chargée des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm

Page d’accueil du site de la DG Affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/

Réseau européen des migrations:

http://www.emn.europa.eu

Contacts :

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website