Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT

Commission européenne – Communiqué de presse

Galileo: le lancement prévu pour septembre stimulera l’innovation

Bruxelles, le 2 mai 2012 – Le deuxième lancement de deux satellites dans le cadre du programme Galileo aura bien lieu le 28 septembre 2012. La mini-constellation de quatre satellites ainsi formée permettra d’éprouver le fonctionnement de la vaste infrastructure de Galileo. Les entreprises européennes ont donc le feu vert pour s’atteler à la mise au point et à l’expérimentation de produits innovants utilisant les signaux de navigation par satellite de Galileo. L’annonce faite aujourd’hui par Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne, et Jean‑Yves Le Gall, président et directeur général d’Arianespace, en présence de directeurs généraux du secteur participant au programme, est le fruit d’un accord avec l’Agence spatiale européenne. Le développement du système progresse selon le calendrier prévu, des lancements plus fréquents étant planifiés pour 2013. Tous les lancements sont effectués depuis la base de lancement européenne, située en Guyane française.

Les investissements de l’Europe dans la technologie de la navigation par satellite ouvrent à l’industrie européenne la voie vers le marché mondial, dont la valeur, actuellement estimée à 125 milliards d’euros, devrait atteindre 250 milliards d’euros d’ici 2020. Galileo permettra de créer un large éventail d’applications touchant à de nombreux secteurs de l’économie européenne, tels que les réseaux électriques, les sociétés de gestion de flottes, les transactions financières, les transports maritimes, les opérations de sauvetage ou les missions de maintien de la paix.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Galileo continue à tenir ses promesses et suit son cours dans le respect du budget établi. J’appelle les sociétés européennes, et notamment la multitude de petites et moyennes entreprises, à mettre la main à l’ouvrage, à innover et à faire en sorte que leurs produits soient fin prêts lorsque Galileo verra le jour, en 2014. Dans le contexte économique actuel, il est vital que l’industrie européenne soit à pied d’œuvre pour s’emparer du vaste marché qui lui tend les bras».

Pour de plus amples informations sur Galileo:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/satnav/galileo/index_fr.htm

Voir aussi le MEMO/11/717 (en anglais) - Galileo stimulera l'économie et facilitera la vie des citoyens

Le système de navigation Galileo

La date du lancement a été convenue avec l’Agence spatiale européenne, qui met en œuvre le programme au nom de la Commission européenne. Les quatre satellites IOV (validation en orbite) ont été construits par EADS Astrium.

Galileo permettra aux utilisateurs de connaître leur position exacte dans le temps et dans l’espace, tout comme le GPS, mais avec davantage de précision et de fiabilité. Placé sous contrôle civil européen, il sera compatible et, en ce qui concerne certains de ses services, interopérable avec le système américain GPS, tout en restant indépendant de celui-ci.

La mise en œuvre du programme Galileo s’articule en deux phases:

La phase de validation en orbite (IOV), qui est en cours, a pour objet les essais de déploiement et l’exploitation de quatre satellites et de l’infrastructure au sol associée.

La phase de capacité opérationnelle complète (FOC) consiste à déployer le reste de l’infrastructure spatiale et de l’infrastructure au sol. Elle comprend une phase de capacité opérationnelle initiale fonctionnant avec 18 satellites opérationnels. Le système complet se composera de 30 satellites en orbite, ainsi que de 2 satellites au sol destinés à remplacer, si nécessaire, ceux qui sont en orbite; il disposera en outre de centres de contrôle établis en Europe et d’un réseau de stations de détection et de liaison montante installées un peu partout dans le monde.

Contexte de la passation de marchés relative aux composants Galileo

Le marché visant à fournir des services essentiels à la capacité opérationnelle complète de Galileo est divisé en six contrats. En janvier 2010, trois de ces contrats ont été attribués à Thales Alenia Space (Italie), OHB System AG (Allemagne) et Arianespace; ils portent respectivement sur des services de soutien relatifs à l’ingénierie du système, la fourniture de 14 satellites et des services de lancement (IP/10/7). En octobre 2010, un quatrième contrat a été signé à Bruxelles avec SpaceOpal pour la gestion des infrastructures spatiales et terrestres (IP/10/1382). En juin 2011 (IP/11/772), les deux derniers contrats ont été signés avec Thales Alenia Space (France) pour l’infrastructure de mission au sol et avec Astrium (Royaume-Uni) pour l’infrastructure de contrôle au sol.

En février 2012 (IP/12/95), 8 autres satellites ont été commandés à OHB, en plus des 18 satellites déjà commandés. Sur ces 18 satellites, 2 sont déjà en orbite depuis le 21 octobre 2011, et leur exploitation donne de bons résultats. Simultanément, un autre contrat a été signé avec Arianespace en vue de réserver des lancements. Un troisième contrat, conclu avec Astrium SAS (France), vise à adapter le lanceur d’Ariane 5 de manière à lui permettre d’embarquer 4 satellites Galileo par lancement, ce qui accélérera le déploiement de la constellation et portera à 26 le nombre de satellites en orbite d’ici fin 2015.

Contacts:

Carlo Corazza +32 22951752

Sara Tironi +32 22990403


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website