Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Progresser en matière d'égalité des sexes c'est avancer vers la croissance économique, selon un rapport de la Commission européenne

Bruxelles, le 16 avril 2012 – la recherche d'une plus grande égalité entre hommes et femmes est un élément essentiel de la réponse de l'UE à la crise économique actuelle, selon le dernier rapport de la Commission européenne sur l'égalité des sexes. Le rapport examine les progrès réalisés au cours de l'année dernière dans la réduction des écarts qui subsistent entre les hommes et les femmes dans le domaine de l'emploi, de l'économie et de la société en général. Si des avancées ont été notées en ce qui concerne l'augmentation du nombre de femmes aux postes de direction des entreprises et la réduction de l'écart salarial entre les sexes, il reste d'importants défis à relever. Les pays de l'Union européenne doivent intégrer davantage de femmes sur le marché de l'emploi s'ils veulent atteindre l'objectif global – fixé par l'UE - de 75 % du taux d'emploi pour tous les adultes d'ici 2020. Une des manières d'améliorer la compétitivité de l'Europe est d'obtenir un meilleur équilibre entre hommes et femmes aux postes économiques à responsabilités. Des études ont montré que la mixité est avantageuse et que les entreprises comptant un pourcentage de femmes plus élevé dans les conseils d'administration obtiennent de meilleurs résultats que celles dont les conseils d'administration sont exclusivement masculins.

«L'intérêt économique qu'il y a à augmenter le nombre de femmes sur le marché du travail et d'attirer davantage de femmes vers les emplois dans l'UE est criant», a déclaré Mme Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire chargée de la justice. «Nous ne pouvons atteindre nos objectifs économiques et en matière d'emploi qu'en utilisant pleinement toutes nos ressources humaines – tant sur le marché du travail dans l'ensemble qu'aux postes clés » C'est un levier essentiel de nos projets de reprise économique »

Le rapport d'aujourd'hui sur les progrès réalisés tout au long de 2011 dans le domaine de l'égalité entre les hommes et les femmes s'inscrit dans un rapport plus vaste de la Commission sur l'application de la Charte des Droit fondamentaux de l'UE au cours de l'année écoulée (IP/12/370). Il met en évidence les principales évolutions tant au niveau national qu'Européen, dans les cinq domaines prioritaires de la stratégie globale de l'UE pour l'égalité des sexes pour 2010-2015, à savoir: l'économie, l'égalité de salaire, la prise de décision, les violences fondées sur le sexe et l'égalité entre les femmes et les hommes au-delà des frontières de l'UE.

Sur le marché de l'emploi, le taux d'occupation des femmes est de 62,1%, contre 75,1% pour les hommes, ce qui signifie que l'UE ne peut atteindre le taux global d'emploi de 75% d'Europe 2020 que par un engagement fort en faveur de l'égalité entre les sexes. Dans le cadre de la stratégie 2020, la Commission a souligné la nécessité de promouvoir un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée, notamment au moyen d'un dispositif approprié d'accueil de l'enfance, d'un meilleur accès aux formules souples de travail, et en veillant à ce que les systèmes de prélèvements et de prestations ne pénalisent pas les deuxièmes revenus des ménages (IP/11/685). Ces mesures peuvent contribuer à augmenter le nombre de femmes entrant et restant sur le marché de l'emploi.

Les inégalités salariales entre hommes et femmes ont légèrement diminué dans l'UE. En moyenne, les femmes gagnent 16,4 % de moins que les hommes pour chaque heure travaillée. Ces inégalités salariales résultent de facteurs multiples, tels que le cloisonnement du marché de l'emploi et les différences dans les choix éducatifs. La deuxième journée de l'égalité salariale a mis ce problème en évidence et avancé de possibles solutions (IP/12/211). Les timides progrès vers une réduction des inégalités au sein des conseils d'administration des entreprises ont poussé la Commission à entreprendre une consultation publique sur les mesures pouvant être prises au niveau de l'UE pour résoudre ce problème qui est susceptible de retarder l'innovation et la croissance en Europe (IP/12/213).

Enfin, la Commission a fait un pas important vers la suppression de la violence fondée sur le sexe en proposant un train de mesures visant à renforcer les droits des victimes de la criminalité (IP/11/585). Parmi ces mesures, certaines visent spécifiquement à aider les femmes victimes de violences domestiques.

Contexte

La mise en œuvre d’une égalité accrue dans le processus décisionnel est l’un des objectifs de la Charte des femmes (voir IP IP/10/237), que le président José Manuel Barroso et la vice-présidente Viviane Reding ont lancée en mars 2010. La Commission a donné suite à ces engagements en adoptant, en septembre 2010, la stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années (voir IP/10/1149 et MEMO/10/430), qui envisage des initiatives ciblées pour renforcer la participation des femmes au plus haut niveau du processus décisionnel économique. La stratégie désigne une série d'actions dans quatre nouveaux domaines outre l'égalité en matière de prise de décision: égalité d'indépendance économique; égalité de rémunération pour un travail de même valeur; dignité, intégrité et fin des violences fondées sur le sexe; et égalité entre les femmes et les hommes dans les politiques extérieures.

Un faisceau croissant d’éléments montre qu'un meilleur équilibre entre les hommes et les femmes dans le processus décisionnel économique peut générer des avantages économiques importants. La présence accrue de femmes à des postes de direction peut contribuer à un environnement de travail plus productif et innovant, et à l'amélioration des performances globales des entreprises. Cet élément soutient la compétitivité. Les femmes représentent 60 % des nouveaux diplômés de l'enseignement supérieur, mais peu d’entre elles parviennent au sommet des entreprises. Si la porte leur est ouverte à des postes de haut niveau, les femmes seront incitées à intégrer le marché du travail et à y rester, ce qui contribuera à augmenter leur taux d'emploi et permettra une meilleure utilisation de leur potentiel en tant que ressources humaines.

Pour de plus amples informations:

Commission européenne – Site de la salle de presse de la DG Justice:

http://ec.europa.eu/justice/newsroom/index_fr.htm

Site de la Commission européenne sur l’égalité entre les femmes et les hommes

http://ec.europa.eu/justice/gender-equality

Clip vidéo – Écart de rémunération entre les femmes et les hommes:

http://ec.europa.eu/justice/gender-equality/gender-pay-gap

Page d’accueil du site de Mme Viviane Reding, vice-présidente et membre de la Commission européenne chargé de la justice:

http://ec.europa.eu/reding

Contacts :

Matthew Newman (+32 2 296 24 06)

Natasha Bertaud (+32 2 296 74 56)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website