Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

Vers un espace ferroviaire unique européen: le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS)

Bruxelles, le 16 avril 2012 – L'Europe compte actuellement plus de vingt systèmes nationaux de signalisation et de contrôle des vitesses, qui ne sont malheureusement pas compatibles. Ces pertes d'efficacité pour des raisons techniques gênent considérablement la croissance rapide du marché du fret ferroviaire, sur lequel le trafic transfrontalier est celui qui offre le plus grand potentiel. Elles freinent également le développement du réseau de transport européen élargi.

La solution réside dans le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS). Celui-ci fixe une norme unique applicable dans l'ensemble de l'Europe pour les équipements de signalisation, permettant au besoin de contrôler les vitesses et de ralentir les trains. Il permettra aux trains d'emprunter des réseaux nationaux compatibles en circulant de manière fluide, sans retards, sans contrôles supplémentaires et sans adaptations. Système moderne et performant, l’ERTMS permettra de créer un espace ferroviaire unifié.

Pour Siim Kallas, vice-président de la Commission chargé des transports, «l'ERTMS perdra une bonne partie de ses avantages s'il est déployé de manière isolée par un seul pays. Les États membres ont décidé conjointement de poursuivre son déploiement, c'est donc conjointement aussi qu'ils doivent agir. Si nous voulons que les trains puissent circuler sur l'ensemble du réseau transeuropéen, il faut que nous œuvrions tous de concert».

La Commission européenne et la présidence danoise ont inauguré aujourd’hui, à Copenhague, une conférence de deux jours sur le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS). Cette conférence est une manifestation essentielle pour encourager l'interopérabilité des chemins de fer européens, une étape importante dans l'instauration de l’espace ferroviaire unique. La conférence examine les obstacles qu'il faut surmonter avant de pouvoir disposer du service transfrontière homogène dont les Européens ont réellement besoin. La conférence offre également l'occasion de présenter une recommandation de l’Agence ferroviaire européenne sur la manière d’améliorer les règles techniques relatives au déploiement du système ERTMS. Les gestionnaires de l'infrastructure pourront ainsi gagner en efficacité et réduire les coûts lors de l'installation de l'ERTMS. La nouvelle version de l'ERTMS est particulièrement attendue par le Danemark et la Suisse, dans la mesure où ces deux pays ont décidé de l'utiliser pour équiper la totalité de leur réseau dans les années à venir.

«En 2008, l’Agence ferroviaire européenne et la Commission s'étaient engagées à fournir cette nouvelle version des spécifications pour 2012 et je constate avec plaisir que c’est en passe de devenir réalité. Cela nous permettra de mettre l'ERTMS en œuvre sur la totalité de notre réseau comme prévu» a déclaré Henrik Dam Kristensen, le ministre danois des transports.

La Suisse a déjà signé un contrat visant à équiper l’ensemble de son réseau d'ici à 2017, pour un coût total de 250 millions d'euros (moins de 80 000 euros par kilomètre). Au Danemark, les problèmes de signalisation liés à la gestion de l'infrastructure sont à l'origine de la moitié des retards environ. C’est la raison pour laquelle le déploiement de l'ERTMS est inclus dans un projet de plus grande envergure qui vise à renouveler entièrement les systèmes de signalisation et de gestion du trafic ferroviaire au Danemark. Le projet comprend d'autres éléments, tels que le renouvellement du verrouillage et de l'équipement des trains. L'investissement total est de 3,2 milliards d'euros sur une période de 12 ans.

Contacts :

Helen Kearns (+32 2 298 76 38)

Dale Kidd (+32 2 295 74 61)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website