Navigation path

Left navigation

Additional tools

Un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour combattre la criminalité sur l'internet et protéger les consommateurs en ligne

European Commission - IP/12/317   28/03/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

Un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour combattre la criminalité sur l'internet et protéger les consommateurs en ligne

Bruxelles, le 28 mars 2012 – Selon des estimations, la cybercriminalité fait chaque jour plus d'un million de victimes dans le monde. Elle couterait un total de 388 milliards USD au niveau international.

La Commission européenne propose aujourd'hui la mise en place d'un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour contribuer à la protection des entreprises et des citoyens européens contre ces menaces informatiques grandissantes. Le centre sera établi au cœur de l'Office européen de police, Europol, à La Haye (Pays-Bas). Il constituera le point focal européen dans la lutte contre la cybercriminalité et se concentrera sur les activités illicites en ligne menées par des groupes criminels organisés, et plus particulièrement sur celles qui génèrent des profits considérables, comme la fraude en ligne impliquant le vol des détails de comptes bancaires et de cartes de crédit.

Les experts de l'Union européenne œuvreront également à la prévention des cybercrimes concernant les opérations bancaires et réservations sur l'internet, ce qui permettra d'accroître la confiance des consommateurs en ligne. Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité aura également pour objectif de protéger les profils sur les réseaux sociaux en ligne contre le piratage et contribuera à la lutte contre l'usurpation d'identité sur l'internet. Enfin, il se focalisera sur les cybercrimes lourds de conséquences pour leurs victimes, tels que l'exploitation sexuelle des enfants en ligne, et sur les attaques informatiques à l'encontre d'infrastructures et de systèmes d'information critiques de l'Union.

Mme Cecilia Malmström, commissaire européenne pour les affaires intérieures, a déclaré: «Des millions d'Européens utilisent l'internet pour effectuer des opérations bancaires à domicile, des achats en ligne, pour planifier leurs vacances ou encore pour rester en contact avec leur famille et leurs amis par le biais des réseaux sociaux en ligne. Mais alors que s'accroît le temps que nous passons en ligne, le crime organisé y est aussi de plus en plus présent. Nous sommes par ailleurs tous concernés par ce phénomène. Nous ne pouvons permettre aux criminels informatiques de perturber notre vie numérique. Un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité, situé dans les locaux d'Europol, se placera au cœur de la coopération dans la défense d'un internet à la fois libre, ouvert et sûr.»

En 2011, près de trois quarts (73 %) des ménages européens disposaient d'une connexion à l'internet à domicile, et en 2010, plus d'un tiers des citoyens européens (36 %) effectuaient des opérations bancaires en ligne. Quatre-vingts pour cent des jeunes européens se connectent entre eux par le biais des réseaux sociaux en ligne, et environ 8 billions USD changent de mains chaque année dans le monde du fait du commerce électronique.

Par conséquent, la cybercriminalité augmente et ses auteurs ont mis en place un marché lucratif gravitant autour de leurs activités illicites, où des informations concernant des cartes de crédit peuvent être vendues entre groupes criminels organisés pour la modique somme d'1 € par carte, une fausse carte de crédit pour un montant environnant les 140 €, et des détails de comptes bancaires pour 60 € à peine.

La cybercriminalité vise également les médias sociaux: jusqu'à 600 000 comptes Facebook sont bloqués chaque jour après avoir été la cible de plusieurs types de tentatives de piratage, et plus de 6 700 000 ordinateurs différents transformés en zombies ont été recensés en 2009.

Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité mettra les États membres en garde contre les menaces informatiques majeures et attirera leur attention sur les faiblesses des défenses de leurs installations en ligne. Il repérera les réseaux de criminels informatiques organisés ainsi que les contrevenants les plus importants présents dans le cyberespace. Il apportera un soutien opérationnel au cours d'enquêtes sur le terrain, au niveau tant de l'analyse que de la création d'équipes communes d'enquête sur la cybercriminalité.

Pour exécuter ses missions et pour mieux soutenir les enquêteurs, procureurs et juges qui s'occupent d'affaires ayant trait à la cybercriminalité dans les États membres, le nouveau centre rassemblera les informations provenant de sources libres, du secteur privé, des services de police et du monde universitaire. Il servira également de base de connaissances pour les services nationaux de police des États membres et mettra en commun les initiatives de formation et le savoir‑faire en matière de cybercriminalité au niveau européen. Il sera également en mesure de répondre aux questions des enquêteurs, procureurs et juges qui s'occupent d'affaires ayant trait à la cybercriminalité, ainsi qu'à celles émanant du secteur privé qui portent sur des problèmes techniques ou analytiques spécifiques.

Le centre servira de plate‑forme pour les enquêteurs européens sur la cybercriminalité, leur offrant la possibilité de s'exprimer d'une même voix dans les discussions avec le secteur des technologies de l'information, d'autres entreprises du secteur privé, la communauté des chercheurs, les associations d'utilisateurs et les organisations de la société civile. Enfin, il est voué à devenir le partenaire naturel dans les interactions avec d'autres partenaires internationaux et initiatives internationales en dehors de l'UE dans le domaine de la cybercriminalité.

Le centre devrait être opérationnel à partir de janvier 2013.

Pour que ce centre voie le jour, il faut désormais que l'autorité budgétaire d'Europol adopte la proposition de la Commission.

Contexte

La Commission a fait part de son intention de mettre en place un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité dans la «stratégie de sécurité intérieure de l'UE en action» (IP/10/1535 et MEMO/10/598), adoptée le 22 novembre 2010 par la Commission. La priorité stratégique accordée à la lutte contre la cybercriminalité se reflète également dans le choix des cibles stratégiques et opérationnelles de cette lutte, qui ont été convenues entre les États membres, le Conseil, la Commission et Europol.

Le présent communiqué relatif à la création d'un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité fait partie d'un train de mesures visant à protéger les citoyens des crimes dont ils peuvent être la cible en ligne; il complète des propositions législatives telles que la directive relative aux attaques visant les systèmes d'information, dont le texte fait actuellement l'objet d'un débat au Parlement européen (IP/10/1239 et MEMO/10/463), ou encore la directive visant à combattre l'exploitation sexuelle des enfants en ligne et la pédopornographie, adoptée en 2011 (IP/10/379 et MEMO/10/107).

Pour plus d'informations

MEMO/12/221

Page d’accueil du site de Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission chargé des affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_fr.htm

Page d’accueil du site de la DG Affaires intérieures:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/index_en.htm (en anglais uniquement).

Contacts :

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website