Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE BG

Commission européenne – Communiqué de presse

Accroissement de l'aide de l'UE en faveur des victimes de la crise humanitaire en Syrie

Bruxelles, le 22 mars 2012 – En réaction à une situation humanitaire qui ne cesse de se détériorer en Syrie et à ses frontières, la Commission européenne alloue une enveloppe supplémentaire de 7 millions d'euros destinée à financer une aide de survie aux personnes ayant été blessées ou contraintes de fuir les violences en cours dans le pays, ce qui porte à 10 millions d'euros la contribution totale de la Commission.

Mme Kristalina Georgieva, commissaire chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, qui n'a eu de cesse de demander un accès total et indépendant pour les travailleurs humanitaires, a déclaré: «La situation en Syrie s'aggrave de jour en jour. En un an, l'escalade de la violence a causé de terribles souffrances à la population syrienne. Trop de civils sont morts. Trop de familles ont été contraintes de quitter leur logement. Une frange importante de la population doit dorénavant faire face à une pénurie de denrées alimentaires, de carburant et de soins médicaux.

Je suis extrêmement préoccupée par la situation de ceux et celles dont la survie dépend d'une aide humanitaire d'urgence. C'est pour les sauver que nous intensifions à présent notre soutien au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et à d'autres organisations humanitaires et que nous soutenons toutes les initiatives visant à faciliter l'accès d'urgence des travailleurs humanitaires. Il est crucial qu'une trêve humanitaire quotidienne soit décrétée, afin qu'une aide puisse être apportée lorsque des personnes en ont absolument besoin. La Commission européenne est entièrement mobilisée pour faire en sorte que les besoins humanitaires des Syriens puissent être couverts, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, grâce à l'action des organisations humanitaires et dans le respect des principes humanitaires de neutralité et d'impartialité».

Cette nouvelle contribution financière permettra de continuer à aider les dizaines de milliers de Syriens qui se sont réfugiés au Liban, en Turquie, en Jordanie et en Iraq. Elle sera également synonyme d'aide supplémentaire pour les personnes demeurées en Syrie dès qu'un accès sans restriction sera rendu possible.

Les informations sur la situation sur place, en Syrie, restent rares en raison de l'accès fortement restreint des agences humanitaires aux régions les plus touchées par la violence. Néanmoins, malgré un accès partiel aux victimes, la première décision de financement de 3 millions d'euros a permis non seulement de protéger les missions médicales et d'apporter une assistance médicale aux hôpitaux et dispensaires, mais aussi de protéger les personnes qui ont fui leur domicile et trouvé refuge dans les pays voisins.

La Commission fera transiter les fonds par ses partenaires humanitaires, y compris le CICR et l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), afin de garantir la fourniture d'une aide humanitaire fondée sur les principes d'humanité, de neutralité, d'impartialité et d'indépendance.

L'enveloppe permettra la fourniture d'une aide médicale d'urgence, de services de protection (visites à des détenus essentiellement) et d'une aide alimentaire en Syrie. Dans les pays voisins, l'aide comprendra notamment des soins de santé d'urgence, l'enregistrement des réfugiés, l'aide alimentaire aux réfugiés syriens et à leurs familles d'accueil, ainsi que la distribution, entre autres, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de carburant. Elle devrait, en outre, permettre le financement d'un soutien post-traumatique.

Contexte

Depuis début 2011, la Syrie est en proie à de violents troubles entre manifestants antigouvernementaux et forces de l'ordre. Selon les Nations unies, les meurtres et les violations des droits de l'homme en Syrie sont à l'origine de plus de 9 381 décès. On estime que 1,5 à 3 millions de personnes font les frais de cette violence.

Plus de 36 000 Syriens ont déjà trouvé refuge dans les pays voisins, principalement en Turquie, au Liban et en Jordanie, mais aussi en Iraq et en Libye. Les pays d'accueil s'emploient à satisfaire aux besoins élémentaires des réfugiés et à assurer leur protection.

L'intensification de la violence a entravé la capacité des travailleurs humanitaires en Syrie à subvenir aux besoins essentiels des populations. Le manque d'informations a empêché jusqu'ici la communauté internationale d'analyser l'ampleur des besoins et constitué un obstacle à une réponse humanitaire complète.

Depuis 2003, la Commission européenne contribue activement à l'aide humanitaire fournie aux réfugiés iraquiens en Syrie. Cette aide comprend un soutien psychologique aux enfants traumatisés et à leur famille, un accès aux soins de santé primaire et une aide alimentaire par le versement despèces ou la remise de bons dachat.

Pour de plus amples informations:

Site web de Mme Georgieva:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/georgieva/index_en.htm

Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

Personnes à contacter:

David Sharrock (+32 22968909)

Irina Novakova (+32 22957517)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website