Navigation path

Left navigation

Additional tools

Journée de l’égalité salariale: aujourd’hui encore, dans l’UE, les femmes gagnent en moyenne 16,4 % de moins que les hommes

European Commission - IP/12/211   02/03/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

Journée de l’égalité salariale: aujourd’hui encore, dans l’UE, les femmes gagnent en moyenne 16,4 % de moins que les hommes

Bruxelles, le 2 mars 2012 - En Europe, le salaire des femmes demeure inférieur, en moyenne, de 16,4 % à celui des hommes, selon de nouveaux chiffres publiés par la Commission européenne à l’occasion de la Journée européenne de l’égalité salariale. Il s’agit, au niveau européen, de la deuxième Journée de l’égalité salariale, dont la première édition a eu lieu sous l’égide de la Commission européenne le 5 mars 2011 (voir IP/11/255). Cet événement met en évidence, à l’échelle de l’Union, le nombre de jours supplémentaires que les femmes doivent travailler pour gagner un montant équivalant au salaire perçu par les hommes. La Commission européenne entend faire prendre davantage conscience de l’existence, au sein de l’UE, de cet écart de rémunération entre les femmes et les hommes. Cette année, la Journée de l’égalité salariale est particulièrement axée sur les employeurs et s’inscrit dans la perspective de la Journée internationale de la femme, qui aura lieu ce 8 mars.

«La Journée européenne de l’égalité salariale met l’accent sur les jours et les heures pendant lesquels les femmes ont travaillé "gratuitement" depuis le 1er janvier. Le principe de l’égalité des rémunérations entre les travailleurs masculins et les travailleurs féminins pour un même travail est inscrit dans les traités européens depuis 1957. Il est grand temps que ce principe soit appliqué partout», a déclaré Mme Viviane Reding, vice-présidente de la Commission et commissaire chargée de la justice.

Les chiffres les plus récents montrent que, en 2010, cet écart salarial entre hommes et femmes s’est établi en moyenne à 16,4 % au sein de l’Union européenne. Ils confirment une légère tendance à la baisse observée ces dernières années, puisque ce chiffre avoisinait auparavant les 17 %, voire plus. Le taux d’écart varie d’environ 2 % en Pologne à plus de 27 % en Estonie.

L’écart de rémunération – c’est-à-dire la différence moyenne entre le revenu horaire brut des femmes et celui des hommes dans l’ensemble des secteurs économiques – demeure élevé, tout en présentant des variations considérables selon les pays et les secteurs. Il reflète le problème de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée: de nombreuses femmes prennent des congés parentaux et travaillent à temps partiel. Malgré une tendance générale légèrement positive, l’écart de rémunération se creuse dans certains États membres, comme en Bulgarie, en France, en Lettonie, en Hongrie, au Portugal et en Roumanie.

Les actions de sensibilisation sont essentielles pour informer employeurs, travailleurs et autres parties prenantes des raisons pour lesquelles cet écart salarial subsiste entre les hommes et les femmes et pour indiquer la manière dont il peut être réduit. Les nouveaux outils disponibles sont notamment les suivants:

  • pour les entreprises: des formations et des échanges de bonnes pratiques en matière d’égalité hommes-femmes, une méthodologie et des outils destinés à atténuer l’écart de rémunération;

  • un clip vidéo mettant en évidence les inégalités salariales existant entre les femmes et les hommes;

  • une version actualisée du site internet de la campagne, qui comprend une nouvelle section sur le rôle important que peuvent jouer, dans la suppression de ces inégalités, les conventions collectives passées entre les partenaires sociaux; des outils permettant de déceler les écarts de rémunération sur le lieu de travail; et une check‑list servant à intégrer l’équité salariale dans les conventions collectives;

  • une série d'événements nationaux organisés dans 17 États membres de l’UE pour diffuser l’information sur les inégalités en matière de rémunérations.

Contexte

La réduction de l’écart de rémunération entre hommes et femmes nécessite une action à plusieurs niveaux pour s’attaquer à ses causes multiples, raison pour laquelle la Commission collabore étroitement avec les États membres. En décembre 2011, la Commission a organisé un échange de bonnes pratiques en vue de lutter contre l’écart de rémunération. Le gouvernement allemand a présenté l’outil qu’il a lancé en 2009 (logiciel Logib-D), qui permet aux sociétés d’analyser l’écart salarial existant en leur sein entre les hommes et les femmes. L’Autriche a présenté de nouvelles mesures législatives qui visent à améliorer la transparence des revenus dans les entreprises. Parmi ces mesures figure l’obligation de rendre compte chaque année de l’écart existant entre les rémunérations du personnel féminin et du personnel masculin.

Grâce à la législation de l’UE et à la législation nationale sur l’égalité des rémunérations, les cas de discrimination directe – différences de salaire entre hommes et femmes pour un travail strictement identique – ont diminué. Mais l’écart de rémunération va bien au-delà de cela: il traduit une inégalité persistante sur le marché du travail dans son ensemble.

Pour de plus amples informations

Commission européenne – Écart de rémunération entre les femmes et les hommes:

http://ec.europa.eu/justice/gender-equality/gender-pay-gap/index_fr.htm

Salle de presse de la direction générale «Justice»:

http://ec.europa.eu/justice/newsroom/index_fr.htm

Page d’accueil du site de Mme Viviane Reding, vice-présidente de la Commission et commissaire chargée de la justice:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/index_fr.htm

Annexe

 

Contacts :

Matthew Newman (+32 2 296 24 06)

Mina Andreeva (+32 2 299 13 82)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website