Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

Partenariats d'innovation: de nouvelles propositions sur les matières premières, l’agriculture et le vieillissement en bonne santé donneront un coup de fouet à la compétitivité européenne

Bruxelles, le 29 février 2012 – La Commission européenne a proposé aujourd’hui des mesures décisives pour relever trois défis majeurs auxquels notre société est confrontée dans des domaines cruciaux pour la croissance et l’emploi : l'approvisionnement en matières premières, l’agriculture durable et le vieillissement actif et en bonne santé. Ces trois domaines requièrent un effort d’innovation plus concerté impliquant à la fois le secteur public et le secteur privé afin d'améliorer la qualité de la vie et de donner à l’Europe un rôle de premier plan sur la scène mondiale. La Commission a donc lancé deux nouveaux Partenariats européens d'innovation (PEI), dans le domaine des matières premières et dans celui du développement durable et de la productivité de l'agriculture - et a approuvé un plan d’action de quatre ans concernant le PEI pilote pour un vieillissement actif et en bonne santé lancé en février 2011. Les PEI appréhendent l’ensemble de la chaîne de la recherche, du développement et de l’innovation sous un autre angle en réunissant les parties prenantes publiques et privées par delà les frontières et les secteurs afin d'accélérer la diffusion et l’adoption des innovations. Chacun des PEI a un objectif ambitieux à atteindre avant 2020, et ils devraient produire des résultats d’ici 1 à 3 ans. La communication d’aujourd’hui précède de peu un Conseil européen dont on attend qu'il réaffirme la place de la recherche et de l'innovation au cœur de la reprise économique de l’Europe.

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a déclaré à ce sujet: «si nous voulons ramener l’Europe sur la voie de la croissance et de l’emploi, et relever des défis majeurs tels que l’approvisionnement en matières premières, l’agriculture durable et le vieillissement de notre population, il nous faut innover. Les partenariats européens d’innovation abattront les cloisonnements, élimineront les goulets d’étranglement et concentreront nos efforts sur des résultats importants pour les particuliers et les entreprises.»

Le Partenariat européen d’innovation est un concept nouveau, introduit dans l’initiative phare «Une Union de l'innovation» de la stratégie Europe 2020. Son objectif est de s’attaquer aux faiblesses, aux goulets d'étranglement et aux obstacles qui, dans le système européen de recherche et d’innovation, entravent le développement des bonnes idées et leur commercialisation. Il s’agit notamment de lutter contre le niveau insuffisant des investissements, l’obsolescence des législations, l’absence de normes et le morcellement des marchés. Un groupe de pilotage présidé par les membres de la Commission responsables des domaines d’action concernés dirige chaque partenariat. Y participent aussi des représentants des États membres (des ministres), des parlementaires, des entrepreneurs, des chercheurs, des membres de la société civile et d’autres parties prenantes essentielles. Les PEI déterminent ce qu'il convient de faire pour éliminer les goulets d'étranglement – qu’il s’agisse de développer des technologies, de mieux encadrer le marché ou de stimuler la demande – et pour mobiliser les secteurs public et privé. Ils ne remplacent pas les programmes de financement ni les processus réglementaires mais ils constituent une plateforme d’échange permettant la coopération.

Un partenariat d’innovation pour pallier aux pénuries de matières premières en Europe

L’approvisionnement en matières premières, vital pour l'industrie de pointe moderne, connaît des difficultés croissantes. En vue d’augmenter la production propre de l’Europe, la proposition de fonder un partenariat d’innovation sur les matières premières permettra de conjuguer les efforts d’innovation afin de soutenir la prospection, l’extraction et la transformation des matières premières. Par exemple, il a été estimé que la valeur des ressources minérales inexploitées en Europe, à une profondeur comprise entre 500 et 1000 mètres, est d'environ 100 milliards d’EUR. Grâce à de nouvelles technologies il sera possible de les extraire plus en profondeur, dans des zones plus reculées et des conditions difficiles. Il est également nécessaire de développer des produits de substitution des matières premières essentielles et d'améliorer le recyclage des appareils électriques et électroniques et des autres déchets. Un accès plus aisé aux minéraux facilitera le développement de produits innovants tels que les films photovoltaïques, l'éclairage économe en énergie, les voitures électriques, les avions à réaction innovants destinés au transport de passagers, l’optique infrarouge et la fibre optique.

M. Antonio Tajani, vice-président de la Commission, chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Il faut unir nos forces pour exploiter l'immense potentiel des matières premières en Europe. C’est en intensifiant nos efforts que nous pourrons faire de l’Europe le leader mondial en termes de moyens de prospection, d’extraction, de transformation, de recyclage et de substitution d'ici à 2020. La capacité de l'Europe à développer aujourd'hui les techniques de demain en dépend. Ainsi l’innovation est le levain de la compétitivité, de la croissance durable et de la création d’emplois en Europe.»

MEMO/12/144

Carlo Corazza +32 2 295 1752

Le partenariat européen d’innovation pour l’agriculture

Assurer la sécurité alimentaire au cours des prochaines années sera l’un des grands défis planétaires car la FAO prévoit d’ici à 2050 une augmentation de 70 % de la demande alimentaire mondiale, accompagnée d’une forte hausse de la demande en aliments pour animaux, fibres, biomasse et biomatériaux. Pourtant, on constate un ralentissement de la croissance de la productivité – dû en grande partie au recul des investissements dans la recherche agronomique – et une pression croissante sur l’environnement et les ressources naturelles. Par exemple, 45 % des sols européens connaissent des problèmes de qualité. Environ 40 % des terres agricoles sont exposées à la pollution par les nitrates et, au cours des vingt dernières années, la population d’oiseaux en milieu rural a baissé de 20 à 25 %.

En d'autres termes, il est essentiel que, à l'avenir, l'agriculture non seulement produise plus mais également qu'elle le fasse de manière durable. Il ne sera pas possible de relever ces défis sans un effort significatif en faveur de la recherche et de l'innovation – en particulier d’un rapprochement des chercheurs, des agriculteurs et des autres acteurs, lequel accélèrerait le transfert de technologies entre le monde scientifique et le monde agricole et dans l’autre sens, et fournirait un retour d’information plus systématique concernant les besoins pratiques des agriculteurs. Le Partenariat européen d'innovation «Productivité et développement durable de l'agriculture» devrait constituer une interface fonctionnelle entre l’agriculture, la bioéconomie, la science et d’autres domaines aux niveaux régional, national et de l'UE. Il permettra également de mieux concrétiser les actions liées à l'innovation promues par la politique de l’Union en matière de développement rural et de recherche et d’innovation. Deux grands objectifs ont été fixés pour ce PEI – la promotion de la productivité et de l’efficacité du secteur agricole (et un renversement de la tendance récente à la diminution des gains de productivité d’ici à 2020) ; et le développement durable de l’agriculture (assurer une fonctionnalité satisfaisante des sols d’ici à 2020).

Le membre de la Commission européenne chargé de l’agriculture et du développement rural, M. Dacian Cioloş a déclaré: «le principal défi que l'agriculture devra relever sera de trouver comment produire non seulement plus, mais également mieux. Il sera essentiel, à cette fin, de mener des activités de recherche et d’innovation orientées sur la demande et de mieux diffuser les bonnes pratiques.»

MEMO/12/147

Roger Waite +32 2 296 1404

Le partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé 

Le vieillissement de la population représente l’un des problèmes les plus sérieux que connaît l’Europe aujourd’hui. Le nombre d’Européens de 65 ans et plus doublera au cours des 50 prochaines années, passant de 87 millions en 2010 à 148 millions en 20601. Il s’agit d’un défi pour les systèmes sociaux et de santé européens mais aussi d’une occasion pour réorganiser ces systèmes dans l'intérêt des patients, des systèmes de santé et des entreprises innovantes.

Le partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif et en bonne santé a été fondé pour répondre à ces questions. En novembre 2011 il a élaboré un plan stratégique de mise en œuvre qui définissait des domaines d’action prioritaires et des actions spécifiques à entreprendre, à l'intention des pouvoirs publics, des entreprises et de la société civile (voir IP/11/1309, IP/11/519).

La communication de la Commission, publiée aujourd’hui, constitue un suivi concret pour la mise en œuvre des actions spécifiques. Ce suivi consiste notamment à : inviter les parties prenantes à s'engager ; mettre en place un marché des idées novatrices ; examiner les questions de réglementation et de normalisation. Cela permettra d’améliorer la vie des personnes âgées, de les aider à participer à la société alors qu’elles vieillissent et de réduire la pression sur les systèmes de santé et de prise en charge – contribuant ainsi, à terme, à une croissance durable. La Commission confirme son engagement en faveur du plan de mise en œuvre stratégique, notamment :

  • en lançant aujourd’hui, un premier appel à propositions visant l’engagement des parties intéressées en faveur d’actions spécifiques pour l’innovation dans le vieillissement actif et en bonne santé (voir ici );

  • en mettant en place, à partir d’avril 2012, un «marché des idées novatrices», qui aidera les parties intéressées à trouver des partenaires, à partager les bonnes pratiques et à échanger des données concrètes ;

  • en suggérant l’harmonisation et l’utilisation efficace des instruments financiers de l’UE tels que le programme pour la compétitivité et l'innovation, le 7e programme-cadre de recherche et le programme Santé

  • en abordant les questions réglementaires et de normalisation, par exemple en soutenant le développement d'un nouveau cadre de l’UE concernant la mise à l'essai de l'interopérabilité, les labels et certificats de qualité en matière de santé en ligne ;

M. John Dalli, membre de la Commission chargé de la santé et de la politique des consommateurs, a ainsi souligné: «le vieillissement actif et en bonne santé est essentiel pour la population, pour la viabilité de nos systèmes de santé et de prise en charge et il offre un potentiel industriel important. La Commission est déterminée à contribuer à une mise en œuvre rapide des domaines d'action prioritaires sur lesquels s'est accordé le partenariat en 2011. Nous avons l’ambition d’obtenir des résultats tangibles au cours des deux prochaines années.»

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission, a déclaré : «Le PEI pour un vieillissement actif et en bonne santé nous aidera à améliorer la santé et la qualité de vie des personnes âgées et à assurer la viabilité à long terme de notre système social. Nous demandons instamment à toutes les parties prenantes de joindre leurs efforts aux nôtres et de nous aider à faire front à la transition démographique».

Frédéric Vincent +32 2 298 7166

Ryan Heath +32 2 296 1716

Contacts :

Pia Ahrenkilde Hansen +32 2 295 3070

Mark Gray +32 2 298 8644

Michael Jennings +32 22 96 33 88

1 :

ECFIN Ageing Study 2009

http://ec.europa.eu/economy_finance/publications/publication_summary14911_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website