Navigation path

Left navigation

Additional tools

Initiative de l’UE «Les enfants de la paix»: le président Barroso annonce que l’argent du prix Nobel de la paix servira à financer des projets en faveur de 23 000 enfants victimes de guerres et de conflits

European Commission - IP/12/1392   18/12/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO GA

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 18 décembre 2012

Initiative de l’UE «Les enfants de la paix»: le président Barroso annonce que l’argent du prix Nobel de la paix servira à financer des projets en faveur de 23 000 enfants victimes de guerres et de conflits

L’argent du prix Nobel de la paix décerné à l’Union européenne servira à financer quatre projets relevant de l’initiative de l’UE «Les enfants de la paix», dont le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, a précisé les modalités ce jour.

La décision d’attribuer cet argent à des enfants victimes de conflits a été prise à l’unanimité par les présidents de la Commission, du Parlement européen et du Conseil, Jose Manuel Barroso, Martin Schulz et Herman Van Rompuy.

Le président Barroso a déclaré à ce propos: «Pour nous, il ne faisait aucun doute que l’argent du prix Nobel de la paix devait être attribué aux plus vulnérables, qui sont souvent aussi les plus durement touchés par les guerres: les enfants dans le monde d’aujourd’hui. Nous souhaitons que les droits de tous les enfants jouissent d'une protection constante. Tout enfant, garçon ou fille, devrait avoir la possibilité de développer ses talents. Promouvoir l’éducation, c’est aussi donner à la paix une chance de durer. Nous voulons que les “enfants de la guerre” deviennent des “enfants de la paix”

Le président Van Rompuy a indiqué: «Dans des situations de conflit, ce sont souvent les enfants qui sont les plus vulnérables. Il n’est donc que justice que ce prix bénéficie aux jeunes victimes de conflits armés. Je suis heureux que cette initiative se poursuive au‑delà de cette première année et j'espère que les projets “Les enfants de la paix” pourront devenir un symbole de l'importance que l'Union européenne attache aux personnes en difficulté de par le monde.»

Le président Schulz s’est quant à lui exprimé en ces termes: «Les enfants sont les victimes les plus vulnérables des conflits. Ils sont notre avenir et c’est leur avenir personnel qui est en jeu. Tout ce que nous ferons pour les aider à surmonter les traumatismes et les souffrances qu’ils ont endurés pendant un conflit sera une bonne chose.»

Un montant de 2 millions € au total (fonds supplémentaires de l’UE compris) sera consacré à ces projets qui bénéficieront à plus de 23 000 enfants victimes de conflits dans le monde et fourniront à ces derniers un accès à un enseignement de base et à des lieux d’accueil adaptés à leurs besoins:

  • environ 4 000 enfants syriens réfugiés dans des camps à la frontière entre l’Iraq et la Syrie;

  • plus de 5 000 enfants colombiens, dont la plupart sont réfugiés en Équateur;

  • 11 000 enfants congolais déplacés dans la partie orientale de la République démocratique du Congo et réfugiés en Éthiopie;

  • et 3 000 enfants pakistanais vivant dans la zone de conflit dans le nord du Pakistan.

L’Unicef interviendra au Pakistan, Save the Children et le Norwegian Refugee Council en République démocratique du Congo et en Éthiopie, le HCR en Colombie et en Équateur, tandis que l’agence française ACTED portera assistance aux enfants syriens réfugiés dans le camp de Domiz, situé dans le nord de l’Iraq. Toutes ces organisations comptent parmi les partenaires humanitaires les plus renommés de la Commission européenne.

Les projets qui seront soutenus grâce à l’initiative «Les enfants de la paix» relèvent de la responsabilité de Mme Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises. Elle a déclaré aujourd’hui: «En cas de conflit, l'aide humanitaire est souvent le seul moyen pour que les enfants puissent poursuivre leurs études, ce qui non seulement améliore leurs perspectives d’avenir, mais les protège aussi des abus et de l’exploitation. Cette cause importante mérite que l’UE lui consacre l’argent du prix Nobel de la paix. Sur les frontières syrienne et colombienne, au Pakistan, en Éthiopie et au Congo, les projets que nous financerons feront toute la différence pour des enfants qui, sans cela, pourraient devenir une génération perdue, car ils leur donneront la possibilité de vivre leur enfance, de se remettre de ce qu'ils ont vécu et d'avoir un avenir meilleur».

L’initiative de l’UE «Les enfants de la paix» ne sera pas une action ponctuelle: l’an prochain, de nouveaux fonds seront mis à la disposition d'autres projets en faveur d'enfants victimes de conflits.

Contexte

Le 10 décembre, l’UE s’est vu décerner le prix Nobel de la paix 2012 pour avoir contribué, pendant plus de six décennies, à promouvoir la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe. La Commission européenne a officiellement accepté au nom de l’Union européenne de se voir remettre un prix de 930 000 €, qu’elle complétera pour arriver à la somme de 2 millions € qui sera consacrée aux enfants les plus nécessiteux. Le prix Nobel de la paix se compose d'un montant de 8 millions de SEK, d'une médaille et d'un diplôme. La médaille et le diplôme seront conservés par les institutions de l'Union européenne au nom de cette dernière. La somme d’argent et la médaille constituent un don au sens de l'article 19 du règlement n° 1605/2002.

Le prix Nobel de la paix est symbole de réconciliation dans le monde entier. La somme allouée doit bénéficier à ceux qui constituent notre principal espoir pour l'avenir, mais aussi aux premières victimes des conflits: les enfants qui ne peuvent pas grandir dans la paix nécessaire à la pleine réalisation de leur potentiel.

Aujourd’hui, 90 % des victimes de conflits sont des civils, et la moitié d’entre elles des enfants. On compte 7 millions d’enfants réfugiés et 12,4 millions d’enfants déplacés dans leur pays en raison d’un conflit.

Une des meilleures manières d'aider et de protéger les enfants victimes de conflits violents est de leur donner la possibilité d’être à nouveau scolarisés et d’avoir accès à l’éducation – sans quoi leur avenir sera encore plus difficile. Plus de la moitié des quelque 75 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés de par le monde vivent dans des zones de conflit.

L’action humanitaire de l’UE répond aux besoins spécifiques des enfants victimes de conflits. La Commission alloue plus de la moitié des fonds européens consacrés à l’aide humanitaire à des régions touchées par les conflits et 12 % de son budget humanitaire à des organisations d’aide aux enfants, des chiffres bien supérieurs à la moyenne mondiale. La Commission accorde une aide humanitaire aux activités de protection de l’enfance, aux mesures de soutien psychologique, à la sensibilisation aux risques posés par les mines et aux actions de lutte contre le recrutement d’enfants soldats.

L’attachement de la Commission à cette action est conforme au Consensus européen sur l’aide humanitaire qui précise ce qui suit: «Pour répondre à des besoins humanitaires, il y a lieu de prendre en compte les situations de vulnérabilité spécifiques. Dans ce contexte, l'UE accordera une attention particulière aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées et aux personnes malades ou handicapées».

Le document de travail des services de la Commission intitulé «Les enfants dans les situations d’urgence et de crise» (2008) porte notamment sur la question des enfants associés aux forces armées ou aux groupes armés. L’UE a également adopté les orientations sur les enfants face aux conflits armés, qui servent de base commune pour une action des États membres de l’UE et de la Commission européenne.

Pour de plus amples informations:

Site web de la Commission consacré à l’aide de l’UE aux enfants victimes de conflits:

http://ec.europa.eu/echo/EU4children/index_fr.htm.

Site web de Mme Georgieva:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/georgieva/index_fr.htm.

Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm.

Contacts:

Pia Ahrenkilde Hansen, porte-parole de la Commission européenne (+32 22953070)

Preben Aamann, porte-parole adjoint du président du Conseil européen (+32 476850543)

Armin Machmer, porte-parole du président du Parlement européen (+32 479971198)

David Sharrock, porte-parole de la commissaire Georgieva (+32 22968909)

Irina Novakova, attachée de presse (+32 22957517)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website