Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 17 décembre 2012

Selon un nouveau rapport, 150 millions de personnes ont bénéficié de la facilité alimentaire de l’UE

Un nouveau rapport sur la facilité alimentaire de l’UE, qui fut créée en 2008 pour lutter contre les effets négatifs de la crise alimentaire, montre qu’en trois ans, l’Union européenne a amélioré les conditions de vie de plus de 59 millions de personnes dans 49 pays et apporté un soutien indirect à 93 millions de personnes supplémentaires (en leur permettant, par exemple, de profiter de l’accroissement des possibilités commerciales dans la région et d’apprendre des techniques améliorées au contact d’agriculteurs voisins).

Le rapport d’évaluation, présenté aujourd’hui par le commissaire chargé du développement, M. Andris Piebalgs, indique également que cette facilité dotée d’une enveloppe d’un milliard € a permis de vacciner plus de 44,6 millions de têtes de bétail et contribué à former 1,5 million de personnes à la production agricole.

Saluant la publication de ce rapport, M. Piebalgs a déclaré à ce sujet: «Des chiffres tels que ceux-là parlent d’eux-mêmes. Aujourd’hui, je suis très fier de pouvoir annoncer qu’en seulement trois ans, notre facilité alimentaire a amélioré de manière incroyable la vie de millions de personnes. Seul un donateur de la taille de l’Union européenne peut faire une telle différence, et les résultats de ce projet montrent que nous restons les mieux placés pour apporter une réponse rapide, stratégique et ambitieuse sur le terrain lorsque le besoin s’en fait particulièrement sentir.»

La facilité alimentaire, qui a cessé de fonctionner à la fin de l’année 2011, était destinée à combler le vide entre l’aide humanitaire d’urgence et le développement à plus long terme. Elle visait à accroître la production agricole dans 49 des pays les plus pauvres du monde en encourageant les producteurs à augmenter l’offre, afin d’aider ces pays à faire face aux effets de la volatilité des prix alimentaires sur les populations locales et de renforcer la capacité de production de denrées alimentaires des agriculteurs, ainsi qu’à améliorer la gestion de l’agriculture.

Deux tiers des 232 projets qui ont bénéficié d’un financement au titre de la facilité alimentaire concernaient la production agricole ou l’accès aux produits agricoles (tels que les semences et les engrais). D’après les statistiques, les projets en question ont débouché sur une hausse de 50 % de la production en moyenne.

Autres éléments importants, les mesures axées sur l’alimentation et les mesures du type «filet de sécurité» ont représenté 35 % des projets. Quelque 138 millions € consacrés à ces dernières ont aidé les personnes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants. Dans le cadre d’un programme réalisé en Éthiopie, par exemple, des transferts sous la forme de denrées alimentaires ou d’espèces ont été effectués en faveur des ménages les plus vulnérables, en contrepartie de leur participation à des travaux publics.

En Sierra Leone, le programme a permis de distribuer aux pauvres 8 463 tonnes, soit 530 camions, de denrées alimentaires et de nutriments dans le cadre du projet «vivres contre travail» et 644 134 € au titre du projet «argent contre travail». Dans la Corne de l’Afrique, et notamment au Kenya, une assurance bétail innovante a débouché sur le versement d’indemnisations à des centaines de gardiens de troupeaux dans les districts arides et semi-arides du Nord en raison de la sécheresse sévissant dans la région.

D’autres méthodes étaient également prévues dans le cadre de la facilité pour stimuler la production à petite échelle en fonction des besoins de chaque pays, comme le microcrédit, l’investissement, l’équipement, les infrastructures et le stockage, ainsi que la formation professionnelle et le soutien aux professionnels du secteur agricole.

Contexte

La facilité alimentaire de l’UE fut créée en 2008 afin de permettre à l’Union européenne de répondre rapidement à la flambée des prix alimentaires dans les pays en développement. Le règlement portant établissement de la facilité fut adopté par le Parlement européen et le Conseil en décembre 2008. Cet instrument était doté d’une enveloppe d’un milliard €, à dépenser sur trois ans (près de la moitié de ce montant fut dépensée en 2009).

Les fonds disponibles au titre de la facilité alimentaire furent acheminés par divers intermédiaires: 60 % des fonds passèrent par des agences des Nations unies, 20 % par des ONG et des agences des États membres, 6 % par des organisations régionales, et 12 % prirent la forme d’un appui budgétaire. 425 acteurs non étatiques ou ONG contribuèrent à la réalisation des projets, principalement dans les zones rurales ou difficiles d’accès, en participant à hauteur de 20 % au financement accordé dans le cadre des appels à propositions.

Pour en savoir plus

Site web de la DG Développement et coopération – EuropeAid:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Facilité alimentaire:

http://ec.europa.eu/europeaid/how/finance/food-facility_fr.htm

Lien vers le rapport:

http://ec.europa.eu/europeaid/what/development-policies/intervention-areas/ruraldev/food_intro_en.htm

Vidéo sur la facilité alimentaire de l’UE:

http://ec.europa.eu/europeaid/how/finance/food-facility_fr.htm

Contacts:

Catherine Ray (+32 2 296 99 21)

Wojtek Talko (+32 2 297 85 51)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site