Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE BG

Commission européenne

Communiqué de presse

Beyrouth, le 15 décembre 2012

La commissaire Georgieva et M. Guterres, du HCR, en visite au Liban pour saluer les projets qui y sont menés en faveur des réfugiés

Mme Kristalina Georgieva, membre de la Commission, et M. António Guterres, directeur de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, ont félicité samedi la population du Liban et d’autres pays proches de leur générosité à l'égard des centaines de milliers de réfugiés syriens.

Mme Georgieva, commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, et M. Guterres, haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, ont passé la matinée de samedi dans la région libanaise de la Bekaa en compagnie de Syriens ayant fui la violence qui sévit dans leur pays. Ils ont pu voir les programmes d'aide humanitaire mis en œuvre en faveur des réfugiés et des familles libanaises qui leur ouvrent leur foyer et partagent leurs ressources avec eux.

Les 157 000 réfugiés enregistrés au Liban sont éparpillés dans quelque 500 municipalités et vivent souvent dans des logements locatifs surpeuplés, au sein de familles d’accueil surchargées ou dans différents types de centres collectifs et de logements rénovés, dont la plupart ne répondent pas aux normes. Il n'y a pas de camps de réfugiés.

Faisant observer que le nombre de réfugiés syriens cherchant de l'aide dans les États voisins de la région a dépassé le demi-million et continue à augmenter de quelque 3 200 personnes par jour, Mme Georgieva a indiqué qu'il convenait de redoubler d'efforts, compte tenu de l'aggravation de la crise et de l'arrivée de l'hiver. «Je suis ici en ma qualité de commissaire à l'aide humanitaire pour prendre par moi-même la mesure des besoins engendrés par la crise syrienne», a-t-elle déclaré. «L'Union européenne ne restera pas les bras croisés face à l'aggravation de la crise. Cette semaine, j'ai débloqué une enveloppe supplémentaire de 30 millions € au titre de l'aide humanitaire, ce qui porte le montant total engagé jusqu'à présent par l'Union européenne à près de 400 millions €.»

M. Guterres, quant à lui, s'est exprimé en ces termes: «Comme nous avons pu le constater dans la Bekaa aujourd'hui, le Liban et son peuple ont accueilli les réfugiés syriens en leur ouvrant tant leur frontière que les bras. Leur générosité est un exemple pour le monde, qui peut à son tour les aider en soutenant le travail humanitaire réalisé ici et dans toute la région. C'est la raison pour laquelle le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés est très reconnaissant à Mme Georgieva, à la Commission européenne et aux États membres de l'UE de leurs efforts conjugués, qui représentent plus de la moitié de l'aide internationale apportée à ce jour en réaction à la crise syrienne.»

Les deux responsables des questions humanitaires ont constaté que le nombre très élevé de réfugiés ayant besoin d’aide faisait peser une charge sociale et économique énorme sur le Liban. Ils ont exhorté la communauté internationale dans son ensemble à faire preuve de solidarité en soutenant les programmes d'aide humanitaire dans le pays, ce qui contribuerait à garantir que les frontières restent ouvertes aux Syriens en quête de protection.

«Je tiens à exprimer toute la gratitude de l'Europe à l'égard du Liban, qui a fait montre d'une hospitalité remarquable envers tous les réfugiés en provenance de Syrie», a déclaré Mme Georgieva. «Le Liban facilite également l'action du personnel humanitaire. Face à cette situation de crise très instable, il est crucial que le pays et ses voisins maintiennent leurs frontières ouvertes. De notre côté, je peux vous assurer que nous assumerons toutes les charges supplémentaires qui pourraient peser soudainement sur le pays, par l'apport de fonds supplémentaires au titre de l'aide humanitaire. Nous avons commencé avec 7 millions €. Actuellement, nous procédons à un transfert de fonds qui portera notre contribution en faveur des agences des Nations unies et des ONG au Liban à 21 millions €. Et des fonds supplémentaires seront disponibles très bientôt.»

Mme Georgieva et M. Guterres ont également appelé toutes les parties au conflit à respecter le droit humanitaire international, à fournir un accès sans entrave à l'aide humanitaire et à permettre aux civils fuyant les combats de circuler en toute sécurité. «Des millions de Syriens sont touchés par ce conflit et des centaines de milliers se trouvent déracinés et fuient en quête de sécurité», a indiqué M. Guterres. «Leur porter assistance est difficile et dangereux. Et ceux qui cherchent protection dans les pays voisins sont souvent en très grand danger tant qu'ils n'ont pas franchi la frontière. La sécurité de la population civile est capitale.»

Une autre priorité immédiate est la protection contre la baisse des températures, en cette période de l'année où le gel fait son apparition dans certaines zones de la région. De nombreux réfugiés manquent de tout. Le froid constitue un grand danger, en particulier pour les enfants et les personnes déjà affaiblies par la faim et l'épreuve souvent périlleuse qu'elles ont traversée pour fuir la Syrie.

La Commission européenne est un des principaux partenaires du HCR. Ses programmes couvrent un large éventail de besoins humanitaires tant en Syrie que dans les pays voisins. Ses projets sont mis en œuvre par plusieurs partenaires humanitaires, outre le HCR, notamment par d'autres agences de l'ONU, la Croix-rouge/le Croissant-Rouge et un certain nombre d'ONG internationales.

En Syrie, les projets financés par la CE en faveur des personnes déplacées et des familles d'accueil couvrent les soins médicaux d'urgence, la protection, les denrées et compléments alimentaires, l'eau, l'assainissement, la fourniture d'abris, la protection contre les conditions hivernales et le soutien psychosocial. Les réfugiés palestiniens vulnérables reçoivent aussi une aide. En dehors de la Syrie, les programmes soutenus par la CE viennent en aide tant aux réfugiés qu'aux communautés d'accueil et portent sur la fourniture d'abris, la protection contre les conditions hivernales, la fourniture de denrées alimentaires et de kits d'hygiène, la réadaptation médicale d'urgence pour les blessés et l'assistance juridique.

Mme Georgieva et M. Guterres devaient rencontrer M. Najib Mikati, Premier ministre, samedi après-midi avant de se rendre en Jordanie.

Contacts:

Irina Novakova (+32 2 295 75 17)

David Sharrock (+32 2 296 89 09)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site