Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 5 décembre 2012

Emploi des jeunes: la Commission propose un train de mesures

La Commission européenne propose des mesures pour aider les États membres à lutter contre les niveaux inacceptables de chômage et d’exclusion sociale des jeunes en assurant à ceux-ci des offres d’emploi, d’enseignement ou de formation.

«Le taux élevé de chômage des jeunes a des conséquences dramatiques pour nos économies, nos sociétés et surtout pour les jeunes. C’est pourquoi nous devons investir dans les jeunes Européens dès maintenant, a déclaré le commissaire européen chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, M. László Andor. Ce train de mesures aiderait les États membres à faire en sorte que les jeunes réussissent leur entrée dans le monde du travail. Le coût de l’inaction serait catastrophique».

Donnant suite aux demandes du Conseil européen et du Parlement européen, la Commission a inclus dans son «Paquet emploi jeunes» une proposition de recommandation aux États membres concernant l’introduction d’une Garantie pour la jeunesse. Celle-ci vise à ce que tous les jeunes jusqu’à l’âge de 25 ans se voient proposer une offre de qualité portant sur un emploi, un complément de formation, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie de l’enseignement formelle ou la perte de leur emploi.

La recommandation proposée appelle les États membres à établir des partenariats solides avec des parties prenantes, à assurer l’intervention à un stade précoce des services de l’emploi et d’autres partenaires qui soutiennent les jeunes, à prendre des mesures d’aide à l’insertion professionnelle, à tirer pleinement parti du Fonds social européen et des autres fonds structurels à cette fin, à évaluer et à améliorer constamment les dispositifs de Garantie pour la jeunesse et à les mettre en œuvre dans les meilleurs délais.

La Commission soutiendra les États membres, à l’aide des fonds de l’UE, en encourageant les échanges de bonnes pratiques entre États membres, en suivant la mise en œuvre des Garanties pour la jeunesse dans le contexte du semestre européen et en menant des campagnes de sensibilisation.

Pour faciliter le passage de l’école au monde du travail, le Paquet comporte également un document de consultation des partenaires sociaux européens sur un cadre de qualité pour les stages, le but étant que les jeunes puissent acquérir une expérience de travail de qualité dans des conditions sûres. En outre, une Alliance européenne pour l’apprentissage est annoncée, qui a pour objectif d’améliorer l’offre et la qualité des apprentissages disponibles en diffusant les dispositifs qui ont fait leurs preuves dans ce domaine dans tous les États membres, et des pistes sont ébauchées pour réduire les obstacles à la mobilité des jeunes.

Quelque 5,5 millions de jeunes présents sur le marché du travail (soit plus d’un sur cinq) n’arrivent pas à trouver un emploi, et 7,5 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans ne travaillent pas et ne suivent ni études ni formation (on les désigne par l’acronyme anglais «NEET»). L’impossibilité pour les jeunes de trouver du travail entraîne un coût économique qui, selon les estimations d'Eurofound, s'élève à plus de 150 milliards d’euros par an, soit 1,2 % du PIB de l’Union européenne. Pour des pays tels que la Bulgarie, Chypre, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie et la Pologne, ce coût est supérieur ou égal à 2 % de leur PIB. Les coûts budgétaires de la Garantie pour la jeunesse proposée par le Paquet seront largement compensés par le fait que ces coûts économiques seront évités aujourd’hui et demain.

Contexte

Le taux de chômage des jeunes a franchi la barre des 25 % dans 13 États membres; il dépasse les 55% en Grèce et en Espagne, et s’établit à environ 30% ou plus en Italie, en Irlande, en Bulgarie, à Chypre, en Lettonie, en Hongrie et en Slovaquie. Plus de 30 % des chômeurs de moins de 25 ans sont sans emploi depuis plus de 12 mois: ils étaient 1,6 million en 2011, contre 0,9 million en 2008.

Le taux d’emploi global des jeunes a chuté de près de cinq points de pourcentage au cours des quatre dernières années, soit un recul trois fois plus important que celui des adultes. Les chances pour un jeune chômeur de trouver un emploi sont faibles: seules 29,7 % des personnes âgées de 15 à 24 ans et au chômage en 2010 ont trouvé un emploi en 2011, ce qui représente une chute de près de 10 % en trois ans.

Les jeunes sont les plus menacés sur le marché européen de l’emploi, et leur risque de marginalisation ne cesse de croître. Cette situation a des conséquences dans l’immédiat, mais aussi à moyen et long terme. La crise du Pendermarché de l’emploi, qui va en s’aggravant, risque de laisser des traces pour une grande partie d’une génération entière de jeunes, avec des effets délétères actuels et futurs sur l’emploi, la productivité et la cohésion sociale.

Les mesures proposées dans le «Paquet emploi jeunes» s’appuient sur l’action de l’«Initiative sur les perspectives d'emploi des jeunes», lancée en décembre 2011 (voir IP/11/1568 et MEMO/11/928). Avec l’aide des équipes d’action de la Commission, les huit États membres ayant les taux de chômage des jeunes les plus élevés réaffectent les fonds structurels de l’UE en vue de stimuler l’emploi des jeunes, d’élaborer des plans pour l’emploi des jeunes et de renforcer les programmes d’enseignement et de formation.

Pour lutter contre le chômage des jeunes, la Commission s’appuie aussi sur d’autres instruments d’action, tels que les recommandations spécifiques par pays. En juillet 2012, presque tous les États membres de l’UE ont reçu des recommandations visant à améliorer la situation des jeunes. Adoptées par le Conseil des ministres de l’UE sur la base des propositions de la Commission, les recommandations par pays sont un instrument de coordination destiné à renforcer la gouvernance ainsi que la coordination des politiques économiques au niveau de l’UE dans le contexte de la stratégie Europe 2020.

L’examen annuel de la croissance pour 2013 marque le début du semestre européen 2013. Il y est souligné que les États membres devraient déployer davantage d’efforts pour lutter contre le chômage, améliorer l’employabilité et soutenir l’insertion professionnelle ou le retour à l’emploi des jeunes.

Pour en savoir plus

MEMO/12/938

Article sur le site web de la DG Emploi:
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=en&catId=89&newsId=1731&furtherNews=yes

Page «Emploi jeunes»:

http://ec.europa.eu/socialyouthemployment

Site web de László Andor:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/andor/index_fr.htm

Suivez László Andor sur Twitter: http://twitter.com/#!/LaszloAndorEU

Pour recevoir gratuitement le bulletin d’information électronique de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion, inscrivez-vous sur: http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=371&langId=fr

Contacts:

Jonathan Todd (+32 2 299 41 07)

Nadège Defrère (+32 2 296 45 44)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website