Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

La Convention contre la pauvreté traitera de l’exclusion sociale et des investissements sociaux

Commission Européenne - IP/12/1310   04/12/2012

Autres langues disponibles: EN DE NL

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 4 décembre 2012

La Convention contre la pauvreté traitera de l’exclusion sociale et des investissements sociaux

La deuxième convention annuelle de la Plate-forme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale aura lieu à Bruxelles du 5 au 7 décembre 2012. Le président de la Commission, M. José Manuel Barroso, le président du Conseil européen, M. Herman Van Rompuy, une vice-présidente du Parlement européen, Mme Isabelle Durant, le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, M. László Andor, et le commissaire européen à la santé et la politique des consommateurs, M. Tonio Borg, prendront la parole au cours de la cérémonie d’ouverture. La convention examinera les progrès accomplis et les résultats obtenus dans la lutte contre la pauvreté et servira de lieu de consultation autour du futur train de mesures relatives aux investissements sociaux.

M. Andor a déclaré: «Dans certaines régions d’Europe, la situation sociale est véritablement urgente: la pauvreté s’étend et le taux de chômage est très élevé, en particulier chez les jeunes. Il faut remédier aux inégalités à l’intérieur des États membres et entre ceux-ci. Nous devons investir dans des politiques sociales qui fournissent d’emblée aux individus concernés les moyens d’agir et qui leur permettent de surmonter les risques et de multiplier leurs chances de jouer un rôle actif dans la société tout au long de leur vie, indépendamment de leur milieu d’origine. Tels seront les objectifs du train de mesures sur les investissements sociaux que je présenterai au début de 2013.»

Ce train de mesures définira un nouveau programme de politiques sociales visant à aider les États membres à engager les réformes structurelles nécessaires pour favoriser l’investissement dans le capital humain et la cohésion et pour sortir de la crise plus forts, certes, mais aussi plus solidaires et plus compétitifs sur le long terme.

La convention fera le bilan des progrès réalisés et examinera quelques-uns des grands thèmes qui pourraient relever des mesures sur l’investissement social, à savoir une protection sociale plus efficace, les investissements dans le domaine de la santé, la dimension hommes-femmes de la pauvreté, les meilleurs moyens de garantir une inclusion active, ou encore, le rôle des technologies numériques dans l’inclusion sociale.

La convention rassemblera quelque 500 acteurs de la lutte contre la pauvreté et accueillera, le dernier jour, les ministres des Affaires sociales des États membres.

Contexte

Alors que l’UE compte plus de 119,6 millions de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale, la Plate-forme européenne contre la pauvreté et l’exclusion sociale, lancée en 2010, présente des actions destinées à aider les États membres à atteindre l’objectif que l’UE s’est fixé, à savoir la réduction du nombre de personnes confrontées à la pauvreté et à l’exclusion sociale d’au moins 20 millions d’ici à 2020. C’est l’une des initiatives phares de la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive.

Elle garantit une réponse intégrée – c’est-à-dire, faisant intervenir les autres politiques concernées – à la pauvreté et à l’exclusion sociale. Le rapport entre la pauvreté et des domaines d’action tels que la santé, le développement économique, la jeunesse, l’environnement ou les régions, par exemple, est clairement établi. De plus, la Plate-forme ouvre la voie à la mise en place, à l’échelon national et européen, de mesures contre la pauvreté et l’exclusion sociale, mesures grâce auxquelles devrait se concrétiser cette démarche intégrée et qui devraient permettre une généralisation des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

La lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale est tout d’abord du ressort des États membres. Cependant, l’action de l’UE soutient et complète les actions mises en place au niveau national.

Dès 2000, l’UE a aidé les États membres à apprendre les uns des autres et à améliorer leurs politiques grâce à la méthode ouverte de coordination dans le domaine social. De nombreuses autres politiques et programmes jouent également un rôle. Par exemple, l’UE soutient directement les personnes vulnérables grâce à des programmes financiers, notamment le Fonds social européen, et a contribué à l’amélioration des conditions de travail ainsi qu’à l’introduction de mesures visant à lutter sur le plan législatif contre la discrimination.

Une telle coopération est d’autant plus importante que l’heure est aux réductions budgétaires. Toutefois, une démarche plus cohérente s’impose. La Plate-forme permet d’intensifier les efforts, d’aider les États membres et les principaux acteurs à apprendre les uns des autres et de favoriser les réformes, ainsi qu’une action efficace.

Pour de plus amples informations

Pour plus d’informations sur la conférence:
http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=88&eventsId=804&furtherEvents=yes

Concernant le programme:
http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=9214&langId=en

Site web de M. Andor: http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/andor/index_fr.htm

Suivez László Andor sur Twitter: http://twitter.com/#!/LaszloAndorEU

Pour recevoir gratuitement le bulletin d’information électronique de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion, inscrivez-vous sur: http://ec.europa.eu/social/e-newsletter

Responsables:

Jonathan Todd (+32 2 299 41 07)

Nadège Defrère (+32 2 296 45 44)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site