Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE IT

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 3 décembre 2012

GMES: un atout pour l’environnement et pour l’emploi!

Le programme européen d’observation de la Terre «GMES» (surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité) créera 83 000 emplois en Europe d’ici 2030. C’est ce qui ressort d’une étude présentée aujourd’hui à Londres par Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne, lors de la conférence «European Space Solutions» (conférence sur les solutions spatiales) organisée par l’agence spatiale du Royaume-Uni, à l’initiative de la Commission européenne. Le principal objectif du programme GMES est d’offrir des services d’information qui donnent accès à des données précises dans divers domaines relatifs à l’environnement et à la sécurité et qui sont adaptés aux besoins des utilisateurs.

Les premiers résultats montrent que le programme GMES stimulera la croissance économique et l’emploi dans un large éventail de secteurs industriels et permettra, d’ici 2030, si des conditions favorables sont mises en place, de créer ou de préserver environ 20 000 emplois directs en Europe. Étant donné que les emplois hautement qualifiés dans ce secteur ont généralement une incidence sur l’emploi dans d’autres secteurs, l’impulsion économique qu’insuffle le GMES pourrait aussi se répercuter à plus large échelle, garantissant en outre 63 000 emplois indirects d’ici 2030.

Selon Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, cette étude prouve «que les objectifs écologiques et économiques peuvent être mutuellement profitables, autrement dit que la sauvegarde de l’environnement et la bonne gestion des ressources naturelles peuvent favoriser le développement économique. Ce rapport relatif au programme GMES confirme que la politique spatiale européenne aura une incidence notable sur la croissance économique et la création d’emplois, comme nous le prévoyions dans notre communication sur l’industrie du mois d’octobre 2012. Les applications spatiales européennes permettront également de stimuler l’innovation, de créer de la production industrielle et de maintenir celle-ci en Europe.»

Site web consacré au rapport sur le GMES

London Conference: European Space Solutions

Le GMES et les satellites d’observation de la terre sont un atout pour de nombreux secteurs économiques

Dans un monde où le risque de catastrophes, naturelles ou autres, ne cesse de croître, l’initiative GMES a pour objectif de surveiller l’état de l’environnement terrestre, marin et atmosphérique et de renforcer la sécurité des citoyens. Mais, comme le révèle l’étude, parallèlement à cet objectif, le GMES peut également être un moteur de la croissance et de l’emploi, qui pourrait contribuer à la création ou au maintien de près de 85 000 emplois entre 2015 et 2030.

La politique en matière de données et d’informations du programme GMES, qui repose sur le principe d’un accès total et ouvert, permettra de diffuser gratuitement une multitude de données. Des utilisateurs de profils très divers seront, dès lors, en mesure de développer et vendre des produits à valeur ajoutée, créant ainsi de nouveaux marchés ou élargissant des marchés existants. Le programme GMES et les données satellitaires d’observation de la terre peuvent contribuer au développement d’applications utiles pour différents secteurs de l’industrie (par exemple, les secteurs de l’agriculture, de l’assurance, du transport et de l’énergie), créant ainsi un marché de services attractif en aval. À titre d’exemple, on peut citer l’agriculture de précision ou l’utilisation de données pour modéliser les risques dans le secteur de l’assurance. Plusieurs de ces applications feront l’objet d’une démonstration aujourd’hui, lors de la conférence «European Space Solutions».

Par conséquent, le GMES représente non seulement un outil de ré-industrialisation pour le secteur spatial lui-même, mais peut également générer diverses activités économiques en aval. À titre d’exemple, on peut citer l’agriculture de précision ou l’utilisation de données pour modéliser les risques dans le secteur de l’assurance.

Certains services du GMES sont déjà opérationnels

Le GMES comprend des satellites et des stations de surveillance in situ. Deux services sont déjà opérationnels: le service de surveillance des terres et le service d’intervention d’urgence. Depuis son lancement le 1er avril 2012, ce dernier a mené à bien une vingtaine d’interventions concrètes. Par exemple, quatre heures après le tremblement de terre en Émilie-Romagne, le service a mis à disposition de nouvelles cartes de référence. Les quatre autres services, consacrés à l’atmosphère, à l’environnement marin, au changement climatique et à la sécurité, vont bientôt entrer dans la phase opérationnelle. Le lancement des premiers satellites «Sentinel» est prévu en 2013 et le programme GMES, qui fournira aux décideurs européens un système d’information unique leur permettant d’élaborer des politiques fondées sur des éléments concrets, sera pleinement opérationnel d’ici 2014.

Contexte

Le GMES est l’un des programmes spatiaux phares de l’Europe. GMES est le sigle anglais de «Global Monitoring for Environment and Security» (surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité) et constitue un programme d’observation à long terme de la terre, entrepris conjointement par la Commission européenne, ses États membres, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).

L’étude mentionnée plus haut, réalisée par SpaceTec Partners pour le compte de la Commission européenne, a examiné l’incidence économique du programme de surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité (GMES) au-delà du secteur institutionnel, en ciblant particulièrement le marché en aval.

Contacts:

Carlo Corazza (+32 2 295 17 52)

Sara Tironi (+32 2 299 04 03)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site