Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 27 novembre 2012

La Commission, le Parlement et le Conseil rencontrent des organisations philosophiques et non confessionnelles pour discuter de la solidarité intergénérationnelle en Europe

Bruxelles, 27 novembre 2012 – Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a reçu aujourd'hui des représentants d'organisations philosophiques et non confessionnelles au siège de la Commission à Bruxelles, sur le thème «Solidarité intergénérationnelle: définir les paramètres de la société européenne de demain». M. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et M. László Surján, vice‑président du Parlement européen, coprésidaient cette réunion. Les dirigeants européens et les représentants des diverses organisations y ont échangé leurs points de vue sur la manière de renforcer la solidarité entre les générations et de promouvoir une culture du vieillissement actif en Europe. Les défis démographiques majeurs et les besoins criants d’innovation sociale étaient présents en toile de fond de cette réunion.

M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a déclaré: «L’Europe repose sur la solidarité, une solidarité toutefois malmenée par la crise. Dans la souffrance, la tentation est grande d'adhérer aux idées populistes et de transformer l'Union européenne en bouc émissaire. En réalité, l'UE est l'unique cadre dans lequel peuvent être associées la solidarité et les réformes nécessaires dans l'intérêt général européen. Par conséquent, nous devrions n’avoir de cesse de travailler main dans la main et de restaurer la confiance entre les nations, entre les États et à l’intérieur des États, entre les riches et les pauvres, entre les jeunes et les moins jeunes. La réunion d'aujourd'hui vient contribuer de façon significative à cet objectif, et l'engagement manifesté par tous les participants est pour moi une source d'encouragement».

M. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, a affirmé pour sa part: «Ce matin, j'ai mis l'accent sur cette spécificité européenne, l'Europe pour qui la valeur essentielle est celle du respect de chaque personne, respect induisant l'égalité des chances de tous et de toutes, la non-discrimination sous toutes ses formes et, ainsi, la solidarité et la fraternité. C'est grâce à la valeur que nous attachons à chaque personne que nous pouvons, aujourd'hui, construire une Union européenne basée sur plus de solidarité, aussi entre les plus jeunes et les plus âgés».

M. László Surján, vice-président du Parlement européen, s'est quant à lui exprimé en ces termes: «Nous sommes d’avis, au Parlement européen, que la solidarité intergénérationnelle a permis aux citoyens de survivre à la crise récente. Par ailleurs, la solidarité entre les générations revêt également une importance cruciale pour la société dans son ensemble pour d'autres raisons, telles que, pour n'en citer que quelques‑unes, les régimes de retraite ou le partage de connaissances et d'expériences entre générations».

Les participants à la réunion ont reconnu le rôle que jouent les organisations philosophiques et non confessionnelles en faveur de la promotion de valeurs telles que la liberté, l'égalité des droits et la solidarité en Europe et au‑delà. Ils se sont également accordés sur la nécessité de relever les défis que pose le changement démographique, tels que la lutte contre les discriminations, la création de meilleures possibilités d'emploi pour les citoyens de tous âges, ou encore la promotion de l'apprentissage tout au long de la vie. Ces objectifs viennent nourrir directement la stratégie globale de la Commission européenne en faveur de la croissance pour l'Europe, en visant un enseignement de meilleure qualité, une diminution de la pauvreté et une société plus juste.

Contexte

L’année 2012 a été désignée «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle. Son organisation a mobilisé de nombreux acteurs et de nouvelles initiatives visant à promouvoir le vieillissement actif et à renforcer la solidarité intergénérationnelle ont été présentées, une contribution étant ainsi apportée à la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive, mise en place par la Commission. La réunion d'aujourd’hui s’inscrit également dans cette stratégie.

L’organisation de réunions de haut niveau entre les institutions européennes et des organisations philosophiques et non confessionnelles, ainsi qu'avec les Églises et associations ou communautés religieuses, est une tradition de longue date. L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en décembre 2009 a élevé le dialogue avec les Églises et communautés de conviction au rang d’obligation juridique, consacrée par le droit primaire (article 17 TFUE). Les institutions de l’Union considèrent ce dialogue comme un instrument de démocratie participative essentiel. Parallèlement à ces réunions de haut niveau avec des responsables religieux et des représentants d’organisations philosophiques et non confessionnelles se tiennent des séminaires de dialogue réguliers avec les différents interlocuteurs sur des politiques précises de l'Union.

Une liste des participants figure dans le MEMO/12/901.

Cet événement est documenté par des contenus audio, vidéo et photographiques sur le site internet Service audiovisuel de la Commission européenne.

Site web du dialogue avec les Églises, les associations et communautés religieuses et les organisations philosophiques et non confessionnelles

Site web de M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

Contacts :

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70)

Jens Mester (+32 2 296 39 73)

Dirk Volckaerts (+32 2 299 39 44)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site