Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 26 novembre 2012

Environnement: un grand jour pour la nature en Europe

Près de 25 000 km² d'espaces naturels inestimables ont été ajoutés au réseau Natura 2000. Ce réseau de sites protégés est le principal instrument dont dispose l'Union européenne dans la lutte pour la préservation de la richesse de sa biodiversité. La Commission a désormais officiellement approuvé l'inclusion dans le réseau de 235 sites supplémentaires proposés par les États membres pour être reconnus en tant que «sites d’importance communautaire». Les États membres disposeront d'un délai de six ans pour mettre en place les mesures nécessaires pour protéger ces sites. La dernière mise à jour concerne 20 États membres et couvre l’ensemble des neuf régions biogéographiques du réseau – la région alpine, la région atlantique, la région de la mer Noire, la région boréale, la région continentale, la région macaronésienne, la région méditerranéenne, la région pannonique et la région steppique. Le réseau Natura 2000 couvre aujourd’hui 768 000 km² (17,9 %) des terres émergées de l'Union et plus de 217 000 km² (+/- 4 %) de ses mers et océans.

Le commissaire Potočnik a déclaré à cette occasion: «Je félicite ces États membres d'avoir apporté une autre contribution significative à la protection du patrimoine naturel de l'Europe. Le réseau Natura 2000 est l'épine dorsale de nos efforts en faveur de la protection de la nature, et il est essentiel à la biodiversité. En outre, il fournit également des espaces attrayants pour l'exploration et la relaxation, et il offre une multitude de possibilités de développer de nouvelles activités économiques axées sur ces précieuses richesses naturelles. Cette expansion est une bonne nouvelle pour la nature et pour nous.»

Les principaux pays concernés par l’expansion sont le Royaume-Uni, la Roumanie, la Lettonie, l'Italie, la Suède, la Bulgarie, le Danemark, la France, la Slovaquie, l'Estonie et Malte.

L'ajout le plus important de cette année est la désignation par le Royaume-Uni de Dogger Bank (12 330 km²), un bassin maritime peu profond comportant des bancs de sable immergés situé dans la partie centrale de la mer du Nord qui, avec les sites adjacents de l’Allemagne et des Pays-Bas, crée un grand site Natura 2000 transfrontalier de plus de 18 000 km². Dogger Bank a été désigné essentiellement en raison de ses habitats de bancs de sable très productifs, qui constituent d'importantes zones de frai et d'alevinage pour de nombreuses pêcheries commerciales. La désignation facilitera la gestion coordonnée de la zone, y compris des efforts conjoints par les États membres concernés aux fins de l'élaboration de mesures appropriées dans le domaine de la pêche.

Les ajouts majeurs dans la région de la mer Baltique sont la désignation par la Suède et la Lettonie de 10 nouvelles zones marines. Ces sites comprennent des habitats de bancs de sables et de récifs qui abritent de nombreuses espèces et constituent des zones d’alimentation vitales pour les phoques et les poissons migrateurs. Les 10 sites couvrent une superficie marine de près de 4 000 km².

Le pays qui a apporté la plus grande contribution par rapport à sa taille est Malte, avec 183 km2 de zones marines à présent désignées, ce qui crée la base nécessaire à un solide réseau marin dans les eaux avoisinantes. Les nouveaux sites marins maltais favoriseront la conservation des herbiers de posidonies et des récifs submergés, et ils offrent un habitat crucial pour le gibbula nivosa, une espèce d'escargot de mer aux couleurs vives, trochidé endémique de Malte.

La plus grande expansion du réseau à terre a eu lieu en Roumanie. 109 sites ont été ajoutés et de nombreux sites existants élargis, de sorte que la superficie totale des sites couvre désormais près de 42 000 km². Les ajouts comprennent un vaste éventail de prairies et d'habitats forestiers riches en espèces et des habitats essentiels pour de nombreuses espèces rares et menacées, dont de nombreuses espèces de chauve-souris et d'amphibiens. Les nouveaux sites roumains de Natura 2000, associés à d'autres sites proposés par la Bulgarie et par la République slovaque, permettent également de mieux protéger la riche faune piscicole endémique du bassin du Danube.

Contexte

Natura 2000 est un réseau de zones protégées, formé par des zones spéciales de conservation instituées au titre de la directive «Habitats» de l’UE et de zones de protection spéciale établies au titre de la directive «Oiseaux» de l’UE. Natura 2000 ne constitue pas un carcan: les activités telles que l’exploitation agricole, le tourisme, la sylviculture et les loisirs restent autorisés dans les zones faisant partie du réseau, pour autant qu’elles soient pratiquées de manière durable et en harmonie avec le milieu naturel.

Les sites Natura 2000 établis conformément à la directive «Habitats» sont choisis par les États membres en collaboration avec la Commission. Une fois sélectionnés, ils sont officiellement reconnus par la Commission comme «sites d’importance communautaire», comme cela s’est produit dans le cas présent. Le statut officiel des sites se trouve ainsi confirmé et l'obligation de les protéger établie. Les États membres disposent ensuite d’une période de six ans pour mettre en place les mesures de gestion nécessaires et pour désigner les sites comme zones spéciales de conservation.

La dernière extension concerne vingt États membres et augmente de 235 le nombre des «sites d’importance communautaire». Les ajouts opérés récemment couvrent l’ensemble des neuf régions biogéographiques du réseau – la région alpine, la région atlantique, la région de la mer Noire, la région boréale, la région continentale, la région macaronésienne, la région méditerranéenne, la région pannonique et la région steppique.

Les zones protégées sont très diverses, puisqu'elles comprennent aussi bien des prairies florifères que des réseaux de grottes et des lagunes. Les neuf régions biogéographiques du réseau reflètent la grande variété de la biodiversité de l'Union européenne.

La biodiversité – ressource limitée qui reflète la variété de la vie sur Terre – est menacée. Les espèces disparaissent à un rythme sans précédent, avec des conséquences irréversibles pour notre avenir. L’Union européenne lutte pour enrayer cette évolution, et s’est récemment fixée pour objectif de mettre un terme à l’appauvrissement de la diversité biologique d’ici à 2020, de protéger les services écosystémiques comme la pollinisation et les dispositifs de protection contre les inondations (et de les rétablir là où ils ont subi des détériorations) et de renforcer la contribution de l’UE à la prévention de la perte de biodiversité au niveau mondial. Natura 2000 est un instrument essentiel indispensable pour réaliser cet objectif.

Pour plus d'informations:

Pour plus de détails concernant la politique de l'Union en faveur de la nature: http://ec.europa.eu/environment/nature/index_en.htm

Pour plus de détails sur la présente extension, voir MEMO/12/889.

Contacts:

Joe Hennon (+32 22953593)

Monica Westeren (+32 22991830)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website