Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Action pour le climat: la conférence de Doha doit jeter les bases de l'accord mondial sur le climat

Commission Européenne - IP/12/1254   23/11/2012

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 23 novembre 2012

Action pour le climat: la conférence de Doha doit jeter les bases de l'accord mondial sur le climat

La conférence des Nations unies sur le changement climatique qui se tiendra la semaine prochaine à Doha, au Qatar, doit s'atteler à la tâche difficile de concrétiser l'accord conclu l'an dernier en faveur du renforcement de l'action mondiale pour le climat. L'Union européenne souhaite parvenir à un résultat qui renforce tous les éléments du train de décisions adopté à Durban en vue d'un nouvel accord mondial sur le climat d’ici à 2015. L'Union européenne demande également à la présidence qatarie d'organiser des discussions ministérielles afin d'adopter des mesures concrètes visant à réduire davantage le niveau des émissions à l'échelle mondiale avant 2020. L'Union européenne reste fermement décidée à respecter l'accord conclu à Durban et son engagement à participer à une deuxième période du protocole de Kyoto.

L'Union européenne est le premier donateur mondial d’aide publique au développement et de financement en faveur des pays en développement dans le domaine de la lutte contre le changement climatique. À Doha, l'Union européenne montrera qu'elle est en bonne voie de mobiliser la totalité des 7,2 milliards d'euros de financement «à mise en œuvre rapide» qu'elle s'est engagée à apporter au cours de la période 2010-2012 pour lutter contre le changement climatique. L'Union européenne examinera aussi, avec ses partenaires des pays en développement, la façon dont les principaux flux de financement de l'UE dans la lutte contre le changement climatique peuvent être maintenus en 2013-2014. De plus, l’Union devra fournir l'assurance qu'elle demeure fermement résolue à apporter la part qui lui revient des 100 milliards USD que les pays développés se sont engagés à mobiliser annuellement d'ici à 2020 dans la lutte contre le changement climatique pour aider les pays en voie de développement à réduire leurs émissions et à s'adapter au changement climatique.

Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission européenne chargé de l'action pour le climat, a déclaré à ce propos: «La conférence de Doha doit s'appuyer sur les avancées que nous avons réalisées à Durban et progresser dans la préparation de l'accord mondial juridiquement contraignant sur le climat prévu pour 2015. Il est également important de se mettre d'accord sur des mesures supplémentaires pour réduire les émissions de manière à limiter la hausse de la température à moins de 2°C. L’Union maintient ses engagements à participer à une deuxième période du protocole de Kyoto et à poursuivre l'important soutien financier destiné à aider les pays en développement à lutter contre le changement climatique. La conférence de Doha s’inscrit dans la foulée du récent rapport de la Banque mondiale et du rapport du PNUE sur l'écart existant en matière d'émissions, qui indiquent clairement que les pays du monde perdent un temps précieux.»

M. Sofoclis Aletraris, ministre chypriote de l'agriculture, des ressources naturelles et de l'environnement, dont le pays assure actuellement la présidence du Conseil de l’Union européenne, a ajouté: «L'Union européenne reconnaît pleinement l’importance d’aider les pays en développement vulnérables à améliorer leur capacité de résistance au changement climatique grâce à l’adaptation. Nous sommes impatients d'examiner avec nos partenaires des pays en développement des idées concrètes sur la manière de traiter les pertes liées aux changements climatiques, ainsi que les dommages causés aux économies et aux conditions de vie. Nous espérons également pouvoir conclure les travaux du groupe de travail sur la coopération à long terme par des résultats tangibles, tout en prévoyant des enceintes appropriées, le cas échéant, pour pouvoir poursuivre l'examen des questions laissées en suspens.»

La conférence de Doha se tiendra du 26 novembre au 7 décembre.

Protocole de Kyoto

L'Union européenne s'est engagée à participer à une seconde période du protocole de Kyoto dans le cadre de la transition vers un nouvel accord mondial sur le climat. Il est nécessaire d'adopter, lors de la conférence de Doha, un amendement au protocole de Kyoto qui puisse être ratifié de manière à ce que la seconde période démarre le 1er janvier 2013. Pour ce faire, il faut parvenir à un accord sur un certain nombre de questions en suspens, notamment la longueur de la deuxième période (l’Union souhaite qu’elle courre jusqu’en 2020), le report de l'excédent des budgets d'émissions («UQA») depuis la première période, et les modalités permettant l'application immédiate de l'amendement à compter du 1er janvier 2013.

Financement de la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement

Les chiffres préliminaires révèlent que, en dépit de la crise économique, l'Union européenne et ses États membres ont d'ores et déjà donné 7,14 milliards d'euros du financement «à mise en œuvre rapide» qu'ils se sont engagés à mobiliser et prévoient de fournir le reste d'ici à la fin de l'année. Le 13 novembre, les ministres des finances de l’Union ont réaffirmé que l'UE et ses États membres continueront de financer la lutte contre le changement climatique après 2012. L'UE demeure résolument attachée à l’objectif fixé au niveau mondial de porter le financement de la lutte contre le changement climatique à 100 milliards USD par an d'ici à 2020 dans le cadre d'actions d'atténuation efficaces et de la transparence de la mise en œuvre par les pays en développement.

Plate-forme de Durban pour une action renforcée

La conférence de Doha sera la première occasion pour les ministres de discuter et de planifier les travaux à réaliser dans le cadre des deux axes de travail de la plate-forme de Durban.

L’un de ces axes prévoit de débuter les travaux en vue d'un nouvel accord sur le climat, lequel s'appliquera à tous les pays et doit être adopté en 2015 pour entrer en vigueur en 2020. L'Union européenne souhaite parvenir à un accord ambitieux et juridiquement contraignant.

L’autre axe du mandat de la plate-forme consiste à définir de nouvelles mesures de réduction des émissions mondiales avant 2020, afin de respecter l’objectif de maintenir le réchauffement de la planète en dessous d'un taux d'augmentation de 2°C par rapport aux niveaux de l'ère préindustrielle. L'Union européenne souhaite que les pays qui n'ont pas encore pris d'engagement de réduction ou de limitation d'émissions d'ici à 2020 remédient à cette situation. Elle cherche également à ce que des progrès soient réalisés à Doha en matière d'initiatives et de partenariats de coopération internationale complémentaires qui seraient susceptibles de réduire davantage les émissions en agissant sur des problèmes tels que l'efficacité énergétique, l'énergie renouvelable, les subventions aux combustibles fossiles, la déforestation et la dégradation des forêts, les polluants à courte durée de vie et les gaz fluorés, à l'égard desquels la Commission européenne a récemment proposé un renforcement de la législation (voir IP/12/1180).

Groupe de travail sur la coopération à long terme

L’UE attend que ce groupe de travail produise de nouveaux résultats, entre autres sur les modalités du nouveau mécanisme de marché adopté il y a un an, avant qu’il ne soit démantelé à la fin de la session de négociations de Doha. Les débats relatifs aux questions laissées ouvertes peuvent se poursuivre dans d'autres enceintes existantes.

Points de presse de l'UE dans le cadre du cycle de Doha

La délégation de l'Union européenne tiendra régulièrement des points de presse qui seront diffusés en direct et sur demande à l'adresse suivante: www.unfccc.int

Les heures exactes des points de presse pourront être consultées à l'adresse suivante:

http://unfccc.int/files/meetings/doha_nov_2012/application/pdf/pc_schedule_parties-un-igo.pdf

Pour en savoir plus:

Page web de la DG climat sur la conférence de Doha:

http://ec.europa.eu/clima/events/0062/index_en.htm

Voir aussi MEMO/12/888

Contacts :

Stephanie Rhomberg (+32 2 298 72 78)

Isaac Valero Ladron (+32 2 296 49 71)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site