Navigation path

Left navigation

Additional tools

En 2010, les dépenses de santé en Europe ont diminué pour la première fois depuis plusieurs décennies, selon un rapport conjoint de la Commission et de l’OCDE

European Commission - IP/12/1217   16/11/2012

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 16 novembre 2012

En 2010, les dépenses de santé en Europe ont diminué pour la première fois depuis plusieurs décennies, selon un rapport conjoint de la Commission et de l’OCDE

En 2010, les dépenses de santé par personne et en pourcentage du PIB ont diminué dans l’ensemble de l’Union européenne. Telle est l’une des nombreuses constatations d’un nouveau rapport conjoint de l’OCDE et de la Commission européenne, Panorama de la santé : Europe 2012. Par rapport à un taux de croissance annuel moyen de 4,6 % entre 2000 et 2009, les dépenses de santé par personne ont diminué de 0,6 % en 2010. C’est la première fois qu’une diminution de ces dépenses est enregistrée en Europe depuis 1975.

En Irlande, les dépenses de santé ont baissé de 7,9 % en 2010, alors qu’elles affichaient un taux de croissance annuel moyen de 6,5 % entre 2000 et 2009. En Estonie, les dépenses de santé par personne ont chuté de 7,3 % en 2010, après une croissance de plus de 7 % par an entre 2000 et 2009 ; ces réductions concernent tout à la fois le secteur public et le secteur privé. En Grèce, des estimations donnent à penser que les dépenses de santé par personne ont diminué de 6,7 % en 2010, alors qu’elles avaient connu une croissance annuelle de 5,7 % entre 2000 et 2009.

Si le rapport ne fait pas apparaître d’aggravation des résultats dans le domaine de la santé qui serait due à la crise, il souligne aussi que des dépenses de santé judicieuses sont nécessaires pour atteindre l’objectif fondamental des systèmes de santé dans les États membres de l’Union.

Taux de croissance annuel moyen des dépenses de santé par habitant, en termes réels, de 2000 à 2010 (ou l’année la plus proche)

 

2000-2009

2009-2010

Irlande

6,5

-7,9

Estonie

7,2

-7,3

Grèce

5,7

-6,7

Lituanie

8,9

-5,0

République tchèque

6,0

-4,4

Danemark

3,2

-2,1

Slovénie

3,9

-2,0

Espagne

4,1

-0,9

UE-24

4,6

-0,6

Royaume-Uni

4,9

-0,5

Chypre

2,7

-0,2

Autriche

2,2

0,1

Belgique

3,8

0,2

Finlande

3,9

0,4

Pologne

7,1

0,5

Portugal

1,8

0,5

France

2,1

0,8

Italie

1,3

1,0

Suède

3,4

1,2

Pays-Bas

5,5

2,0

Hongrie

3,1

2,2

République slovaque

10,9

2,4

Allemagne

2,0

2,7

Malte

3,5

3,6

Roumanie

5,6

4,2

Islande

1,6

-7,1

Norvège

2,9

-2,0

Croatie

3,1

-1,2

Suisse

2,0

1,4

Source: Panorama de la santé : Europe 2012 (informations provenant d’Éco-Santé OCDE 2012, de la base de données statistiques Eurostat, et de la Global Health Expenditure Database de l’OMS)

Les dépenses consacrées à la prévention des maladies ne représentent que 3 % de l’ensemble des dépenses de santé

Les gouvernements, contraints de protéger le financement des soins aigus, réduisent d’autres dépenses relevant, notamment, des programmes de santé publique et de prévention. En 2010, ces dépenses étaient inférieures de 3,2 % à celles de l’année précédente. Cela signifie qu’en moyenne, dans l’ensemble des pays de l’UE, 3 % seulement d’un budget de la santé réduit ont été alloués aux programmes de prévention et de santé publique dans des domaines tels que la vaccination, le tabagisme, l’alcool, l’alimentation et l’exercice physique. Le rapport souligne qu’il peut être beaucoup plus rentable de dépenser maintenant pour prévenir les maladies que de les traiter plus tard.

Plus de la moitié des adultes de l’Union européenne sont aujourd’hui en surpoids, et 17 % d’entre eux sont obèses. Les taux de prévalence de l’obésité ont doublé depuis 1990 dans de nombreux pays européens et s’échelonnent actuellement entre 8 % (Roumanie et Suisse) et plus de 25 % (Hongrie et Royaume-Uni). L’obésité et le tabagisme sont les principaux facteurs de risque des maladies et crises cardiaques, responsables de plus d’un tiers (36 %) de l’ensemble des décès dans les pays de l’UE en 2010.

Le rapport Panorama de la santé : Europe 2012 de l’OCDE et de la Commission européenne présente des indicateurs clés de l’état de santé: déterminants de la santé, ressources en santé et utilisation de ces ressources, qualité des soins, dépenses de santé et leur financement dans trente-cinq pays européens, dont les vingt-sept États membres de l’UE, cinq pays candidats à l’adhésion et trois pays de l’AELE.

Voici quelques autres conclusions du rapport:

  • En 2010, les dépenses de santé en pourcentage du PIB ont été les plus élevées aux Pays-Bas (12 %), suivis en France et en Allemagne (11,6 %). La part du PIB consacrée à la santé a été de 9 % en moyenne dans l’ensemble des pays de l’UE, contre 9,2 % en 2009.

  • Médecins: le nombre de médecins par habitant a augmenté dans presque tous les États membres de l’UE au cours de la dernière décennie, passant d’une moyenne de 2,9 par 1 000 habitants en 2000 à une moyenne de 3,4 par 1 000 habitants en 2010. L’augmentation a été particulièrement rapide en Grèce et au Royaume-Uni. Néanmoins, la perspective de futures pénuries de personnel de santé demeure très préoccupante dans de nombreux pays européens.

  • Équilibre entre généralistes et spécialistes: il y a aujourd’hui beaucoup plus de spécialistes que de généralistes dans presque tous les pays, conséquence d’un désintérêt pour la médecine familiale traditionnelle et d’une aggravation de l’écart entres les rémunérations. La lenteur de l’augmentation, voire la réduction du nombre de généralistes suscitent des inquiétudes quant à l’accès aux soins primaires pour certains groupes de la population.

Pour de plus amples détails, se reporter à la version électronique du rapport, disponible aux adresses suivantes:

http://ec.europa.eu/health/reports/european/

www.oecd.org/health/healthataglanceeurope.htm

Pour plus d’informations:

Mark Pearson (+33 1 45 24 92 69 ou mark.pearson@oecd.org), Division de la santé de l’OCDE

Gaétan Lafortune (+33 1 45 24 92 67 ou gaetan.lafortune@oecd.org), Division de la santé de l’OCDE

Responsables :

Frédéric Vincent (+32 2 298 71 66)

Aikaterini Apostola (+32 2 298 76 24)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website