Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Sommet UE‑Inde – Un partenariat en faveur de la prospérité

Commission Européenne - IP/12/118   09/02/2012

Autres langues disponibles: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Sommet UE‑Inde – Un partenariat en faveur de la prospérité

Bruxelles, 9 février 2012 – C’est le 10 février 2012, à New Delhi, que l’Union européenne et l’Inde tiendront leur 12e sommet annuel. L’UE y sera représentée par Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, également accompagnés de Karel De Gucht, commissaire européen chargé du commerce. La République de l’Inde sera représentée par son Premier ministre, Manmohan Singh, son ministre des affaires étrangères, S. M.  Krishna, son ministre du commerce, A. Sharma, ainsi que son conseiller pour la sécurité nationale, S.S. Menon.

À la veille du sommet, M. Van Rompuy a tenu ces propos: «Ce 12e sommet UE‑Inde confirmera le renforcement et le rééquilibrage, dans sa composante politique, du partenariat entre l’Union européenne et l’Inde, insufflant à notre relation une dimension sans précédent. Il sera l’occasion de démontrer que le renforcement de la coopération entre l’Inde et l’UE peut faire la différence pour la sécurité et la prospérité de nos continents».

M. Barroso a pour sa part déclaré: «Il incombe tant à l'UE qu'à l'Inde, partenaires stratégiques et naturels, de relever certains des défis les plus urgents auxquels la planète est confrontée à l'heure actuelle. Il nous faut tirer parti de notre relation de longue date afin de saisir les nombreuses occasions qui se présentent dans des secteurs clés, tels que le commerce, l'énergie et la recherche. Le renforcement de la coopération entre l’Union et l’Inde non seulement stimulera la croissance à court terme sur nos deux continents, mais créera également les conditions propices à un développement durable plus solidaire dans le long terme».

Le programme du sommet comportera un volet bilatéral, régional et mondial.

Contexte

L’Inde et l’Union entretiennent une relation privilégiée depuis 2004, année où ils ont conclu un partenariat stratégique. Un partenariat qui a depuis démontré sa capacité à évoluer et à mieux s'adapter aux défis mondiaux et aux préoccupations et intérêts partagés.

C’est depuis l’an 2000 que l’UE et l’Inde organisent chaque année un sommet bilatéral, plateforme idéale pour un dialogue politique au plus haut niveau.

Le dernier sommet, qui s'est tenu à Bruxelles en décembre 2010, a cherché à consolider la dimension politique du partenariat, notamment celle de la sécurité, via l’adoption d’une déclaration commune sur le terrorisme international, qui a donné le coup d’envoi de la coopération dans des domaines tels que la lutte contre le terrorisme, la lutte contre les actes de piraterie, ainsi que la cybersécurité. Les réunions d’experts qui ont suivi ont permis de tracer une feuille de route pour une coopération renforcée en 2012.

Les échanges de biens entre l’UE et l’Inde ont enregistré une croissance impressionnante au fil des ans, passant de 4,4 milliards d’EUR en 1980 à 26 milliards d’EUR en 2000, avant d'atteindre 67,9 milliards d'EUR en 2010, effaçant le recul constaté en 2009. Le commerce de biens et de services se chiffre à quelque 86 milliards d'EUR. En 2010, l'UE a exporté pour 34,7 milliards d'EUR de marchandises vers l’Inde, et a importé pour 33,2 milliards d'EUR de biens en provenance de ce pays. Les échanges de l’UE27 avec l’Inde ont connu une hausse de 20 % entre les périodes janvier‑octobre 2010 et janvier‑octobre 2011 (les exportations de l'UE vers l'Inde ont bondi de 28 milliards d'EUR à 33,4 milliards d'EUR, tandis que les exportations de l'Inde vers l'Union sont passées de 27,8 milliards d’EUR à 33,3 milliards d’EUR).

Les échanges commerciaux avec l’UE comptent pour 19 % des exportations et 14 % des importations indiennes, l’UE étant le premier partenaire commercial de l'Inde. L’UE est également la plus grande source d’investissements étrangers directs en Inde. Malgré tout, l’Inde ne représente que 2,6 % (chiffre de 2010) du total du commerce de l’UE et n’attire que 1,1 % (chiffre de 2009) des investissements de l’UE dans le monde, ce qui démontre l'existence d'une marge de manœuvre pour renforcer de nombreux secteurs commerciaux et domaines d'investissement.

L’UE et l’Inde ont adopté en 2008 un programme de travail commun sur l’énergie, le développement propre et le changement climatique. Lors du dernier sommet, les dirigeants ont réaffirmé leur volonté d’intensifier leur coopération dans ces domaines en vue d'améliorer la sécurité et l'efficacité énergétiques et de favoriser le développement de sources d'énergie renouvelable. Un rapport sur la mise en œuvre de ce programme de travail commun sera présenté aux dirigeants cette année, lesquels adhèreront à une déclaration commune sur l’énergie afin de consolider davantage le dialogue et les activités organisées dans le cadre du comité «énergie» Inde‑UE. Ces activités seront axées sur le charbon propre, l’efficacité énergétique des produits et bâtiments, les réseaux (y compris l’intégration des énergies renouvelables), les moyens rentables de promouvoir les énergies renouvelables et la sécurité (des installations en mer et nucléaires).

C’est avec succès que l’UE et l’Inde collaborent de manière intensive dans les domaines de la recherche et de l'innovation depuis la signature de l'accord de coopération scientifique et technologique en 2001 et son renouvellement en 2009. En 2010, l’Inde, la Commission européenne et les États membres de l’Union ont lancé une initiative pilote dans le cadre du forum stratégique pour la coopération S&T internationale (SFIC) afin d'améliorer la convergence de leurs priorités et stratégies dans le domaine de l'eau et des bioressources

La déclaration commune sur le «partenariat indo‑européen en matière de recherche et d’innovation» qui sera adoptée lors du sommet établira un programme stratégique visant à déterminer les défis qui se posent aux deux partenaires, les objectifs qu'ils partagent, les domaines prioritaires et les instruments de coopération qu'ils pourront utiliser dans un avenir proche. Les domaines prioritaires peuvent comprendre, outre l'eau et les bioressources, l'énergie, la santé, ainsi que les technologies de l'information et de la communication.

La coopération avec l’Inde dans le cadre du septième programme‑cadre de recherche de l’UE (7e PC) prend de l'ampleur, non seulement au titre des programmes financés par l'Union, mais également via des appels cofinancés par les deux partenaires (comme pour les technologies de l’eau). La participation d'organisations et de chercheurs indiens concerne 135 projets relevant du 7e PC, contre 97 pour le programme‑cadre précédent. Les domaines dans lesquels une coopération particulièrement intense est constatée sont la santé, les technologies de l’information et de la communication, l’environnement, l’alimentation, l’agriculture et la biotechnologie, de même que les sciences sociales et humaines.

Le protocole d’accord sur la coopération statistique recensera les besoins et intérêts communs afin de contribuer plus efficacement à la formulation de politiques de part et d’autre.

Eurostat a déjà signé de tels protocoles d’accord avec des pays tiers, tels que le Mexique, la Russie et la République de Corée.

Pour de plus amples informations:

MEMO/12/86 Fiche sur le sommet UE‑Inde (en anglais uniquement)

Contacts:

Pia Ahrenkilde Hansen (+32 22953070)

Dirk De Backer (+32 22819768)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site