Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE SV FI

Commission européenne

communiqué de presse

Bruxelles, le 19 octobre 2012

Emploi: la Commission propose une aide du Fonds d’ajustement à la mondialisation de 5,3 millions d’euros pour les travailleurs licenciés par Nokia en Finlande

La Commission européenne a proposé aujourd’hui d’accorder 5,3 millions d’euros à la Finlande au titre du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) pour faciliter le retour à l’emploi de 1 000 travailleurs licenciés par l’entreprise Nokia plc. La proposition est maintenant transmise pour approbation au Parlement européen et au Conseil des ministres.

Le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, M. László Andor, a déclaré: «Les modèles de production des téléphones portables sont en pleine mutation, à l’heure où les fabricants européens rapprochent leurs usines des marchés à plus forte croissance, désormais situés en Asie». Et d’ajouter: «La décision qui vient d’être prise favorisera la réinsertion professionnelle des travailleurs licenciés par Nokia grâce à des formations et des aides à la création d’entreprise, qui leur apporteront le soutien nécessaire et de nouvelles perspectives d’emploi».

La demande de la Finlande concerne 1 000 licenciements intervenus chez Nokia plc (Salo). Il est prévu que toutes les personnes licenciées participent aux mesures cofinancées par le FEM. L’ensemble de mesures proposé a pour objectif d’aider les travailleurs au moyen de services de conseil pour la recherche d'emploi, d’orientation professionnelle ainsi que d'évaluation des compétences et capacités professionnelles, de dispositifs de formation et de reconversion, d'incitations à l’entrepreneuriat, de services pour les créateurs d’entreprise (assortis d'une aide au lancement d’une activité indépendante), de subsides et d'une aide à la mobilité.

Le coût total du dispositif est estimé à environ 10,6 millions d’euros, dont la moitié (5,3 millions d’euros) serait prise en charge par le FEM.

La Commission a également proposé aujourd’hui de mobiliser le FEM pour aider les travailleurs licenciés par Nokia en Roumanie (voir IP/12/ ). Dans un cas comme dans l'autre, les licenciements sont dus à un déplacement de la production de l'Europe vers l'Asie.

Contexte

Les licenciements s’expliquent principalement par le transfert de l’assemblage des téléphones portables vers des pays asiatiques (la Chine, la Corée du Sud, l’Inde et le Viêt Nam, où une nouvelle usine Nokia est en construction). La fabrication de composants et la production en sous-traitance avaient déjà été déplacées hors d’Europe. Suivant le mouvement amorcé par la production, la conception et le développement des produits ont été ou sont en train d’être délocalisés.

La zone la plus touchée par ces licenciements est la région de Salo, près de la côte Sud-Ouest de la Finlande, à quelque 50 km de la capitale provinciale, Turku, et à 100 km d’Helsinki.

La province du Sud-Ouest est l’une des régions finlandaises les plus tournées vers l’exportation. Elle a vu exploser sa productivité dans les années 1990 grâce à l’essor de Nokia, alors en passe de devenir le premier fabricant de téléphones portables au monde. Les effets conjugués de la perte de vitesse de Nokia et de la crise économique et financière ont provoqué une détérioration de l'emploi et de la production à Salo, qui a été plus durement frappée que d’autres régions de la Finlande.

Avant le début de la récession, en 2008, la région connaissait un taux de chômage d’environ 6 %. Ce chiffre avait doublé fin 2009, et suit depuis lors une légère tendance à la hausse. Les licenciements en question et ceux de la deuxième vague prévue prochainement risquent de faire passer le taux de chômage à 15 %-17 % environ avant la fin de l’année.

Depuis sa création en 2007, le FEM a fait l’objet de 101 demandes. Il est intervenu pour un montant total de quelque 443,3 millions d’euros en faveur de 92 000 travailleurs. Les demandes d’intervention concernent un nombre croissant de secteurs et d’États membres.

L’ouverture des échanges commerciaux avec le reste du monde a, globalement, des répercussions positives sur la croissance et sur l’emploi, mais elle peut aussi provoquer des disparitions d’emplois, en particulier dans des secteurs vulnérables et au détriment de travailleurs peu qualifiés. C’est la raison pour laquelle le président de la Commission, M. Barroso, a proposé la création d’un fonds destiné à aider ceux qui doivent s’adapter aux conséquences de la mondialisation. Le FEM a été mis en place à la fin de l’année 2006 pour marquer la solidarité de tous ceux qui bénéficiaient de l’ouverture des marchés à l’égard de la minorité de travailleurs brutalement exposés à la perte de leur emploi. En juin 2009, le règlement régissant le FEM a été révisé afin de renforcer le rôle du Fonds en tant qu’instrument d’intervention rapide dans l’arsenal déployé par l’Europe pour répondre à la crise économique et financière. La nouvelle version de ce règlement, entrée en vigueur le 2 juillet 2009, s’est appliquée à toutes les demandes reçues entre le 1er mai 2009 et le 30 décembre 2011.

Compte tenu des résultats produits par le FEM depuis 2007 et de sa valeur ajoutée pour les travailleurs bénéficiaires et les régions touchées, la Commission a proposé de maintenir le Fonds dans le prochain cadre financier pluriannuel 2014-2020, tout en en améliorant le fonctionnement.

Informations complémentaires

Site web de M. László Andor:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/andor/index_fr.htm

Site du FEM

Reportages vidéo:

«L’Europe agit contre la crise: le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation réformé»

Relever le défi de la mondialisation – Le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation

Pour recevoir gratuitement le bulletin d’information électronique de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion, inscrivez-vous sur:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=371&langId=fr

Rejoignez László Andor sur Twitter: http://twitter.com/LaszloAndorEU

Contacts :

Nadège Defrère (+32 2 296 45 44)

Jonathan Todd (+32 2 299 41 07)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website