Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Les entreprises doivent stimuler l’innovation face à une concurrence mondiale toujours plus forte

Commission Européenne - IP/12/102   07/02/2012

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne — Communiqué de presse

Les entreprises doivent stimuler l’innovation face à une concurrence mondiale toujours plus forte

Bruxelles, le 7 février 2012 — Selon le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2011, quasiment tous les États membres ont amélioré leurs résultats en matière d’innovation. Toutefois, les progrès s’essoufflent et l’UE ne parvient pas à combler l’écart persistant qui la sépare des leaders mondiaux de l’innovation, à savoir les États‑Unis, le Japon et la Corée du Sud. L’écart le plus important pour l’UE-27 concerne l’innovation dans le secteur privé. L’UE garde encore une bonne longueur d’avance sur les économies émergentes que sont la Chine, le Brésil, l’Inde, la Russie et l’Afrique du Sud, mais la Chine améliore ses performances en matière d’innovation, comble progressivement son retard. Au sein de l’UE, la Suède confirme sa position en tête du classement général, suivie de près par le Danemark, l’Allemagne et la Finlande (voir le classement complet ci‑dessous). Les activités d’innovation des entreprises jouent un rôle décisif pour atteindre des positions de premier rang au niveau européen et international.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Les résultats de cette année nous signalent clairement qu’il faut faire plus pour stimuler l’innovation. Si nous voulons combler l’écart qui nous sépare de nos principaux partenaires économiques et surmonter la crise actuelle, l’innovation mérite toute notre attention. Je compte notamment sur les entreprises, car elles se sont révélé être la clé du succès dans ce domaine. Toutefois, l’exemple des jeunes sociétés prospères dans d’autres régions du monde montre que l’Europe a encore certains enseignements à tirer.»

«Nous avons besoin de systèmes nationaux de recherche et d’innovation équilibrés, qui fournissent aux entreprises un environnement propice à l’innovation. Le tableau de bord indique également un retard sur les États-Unis en matière de recherche de pointe. Il nous faut créer de toute urgence un espace européen de la recherche qui soit capable de dynamiser la concurrence, développer l’excellence et attirer et retenir les meilleurs talents à l’échelle mondiale», a déclaré Máire Geoghegan‑Quinn, commissaire chargée de la recherche, de l’innovation et de la science.»

Le texte intégral du rapport est disponible aux adresses suivantes:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/innovation/facts-figures-analysis/innovation-scoreboard/index_en.htm

et http://www.proinno-europe.eu/metrics

Pour les synthèses des résultats en matière d’innovation de chacun des 27 États membres et d’autres pays européens, voir MEMO/12/74.

Qui sont les champions de l’innovation en Europe?

Le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2011 classe les États membres en quatre groupes de pays:

  • les champions de l’innovation: la Suède, le Danemark, l’Allemagne et la Finlande;

  • les suiveurs de l’innovation: la Belgique, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Autriche, le Luxembourg, l’Irlande, la France, la Slovénie, Chypre et l’Estonie, dont les résultats sont proches de la moyenne de l’UE‑27;

  • les innovateurs modérés: l’Italie, le Portugal, la République tchèque, l’Espagne, la Hongrie, la Grèce, Malte, la Slovaquie et la Pologne, dont les résultats sont inférieurs à la moyenne de l’UE‑27;

  • les innovateurs modestes: la Roumanie, la Lituanie, la Bulgarie et la Lettonie, dont les résultats sont nettement inférieurs à la moyenne de l’UE-27.

Figure 1: Résultats des États membres de l’UE en matière d’innovation

Remarque: les résultats moyens sont mesurés à l’aide d’un indicateur synthétique s’appuyant sur les données de 24 indicateurs allant d’un résultat minimal de 0 à un résultat maximal de 1. Les résultats moyens de 2011 reflètent les résultats de 2009-2010 en raison d’un décalage dans la disponibilité des données.

Les clés du succès des champions de l’innovation

Les pays les plus performants au regard de l’indice synthétique de l’innovation ont en commun certains atouts dans leur système national de R&D, et notamment le rôle prépondérant des activités des entreprises et la collaboration entre les secteurs public et privé. Bien qu’il n’y ait pas de modèle unique pour exceller dans l’innovation, il apparaît clairement que tous les champions dans ce domaine, à savoir la Finlande, la Suède, le Danemark et l’Allemagne, investissent considérablement dans la R&D, y compris au niveau des entreprises. La plupart d’entre eux affichent également de très bons résultats concernant d’autres indicateurs d’innovation liés aux activités des entreprises. La Suède, numéro un de l’innovation dans l’UE, domine dans trois des huit dimensions de l’innovation (ressources humaines, financements et aides, et investissements des entreprises) alors que l’Allemagne et le Danemark obtiennent chacun les meilleurs résultats dans deux dimensions de l’innovation (relations et entrepreneuriat d’une part, et capital intellectuel et effets économiques d’autre part). Les champions européens de l’innovation présentent également des scores élevés pour ce qui est de la commercialisation de leurs technologies.

L’UE sur la scène internationale

Comme l’année dernière, les principales lacunes concernent la catégorie «activités des entreprises» où l’UE‑27 accuse un retard dans les dépenses de R&D des entreprises, les copublications des secteurs public et privé, et, par rapport aux États-Unis, dans l’excellence et l’attrait des systèmes de recherche. De meilleures conditions générales ne suffiront pas si l’UE n’est pas à même d’attirer une part bien plus importante de chercheurs de haut niveau et de jeunes scientifiques talentueux venant du monde entier.

Contexte

Le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2011 s’appuie actuellement sur 24 indicateurs qui sont regroupés en trois catégories principales et huit dimensions:

  • les «outils», c’est-à-dire les éléments de base qui permettent l’innovation (ressources humaines, ouverture, excellence et attrait des systèmes de recherche, et financements et aides);

  • les «activités des entreprises», qui rendent compte des efforts que fournissent les entreprises européennes en matière d’innovation (investissements des entreprises, relations et entrepreneuriat, et capital intellectuel);

  • les «résultats», qui montrent comment ces efforts se traduisent par des avantages pour l’économie dans son ensemble (innovateurs et effets économiques, y compris sur l’emploi).

Pour de plus amples informations:

Données relatives à la recherche par pays:

http://ec.europa.eu/research/horizon2020/index_en.cfm?pg=country-profiles

Tableau de bord de la R&D: IP/11/1025 et MEMO/11/705

Union de l'innovation

Europe 2020

Contacts :

Michael Jennings (+32 2 296 33 88)

Carlo Corazza (+32 2 295 17 52)

Monika Wcislo (+32 2 295 56 04)

Sara Tironi (+32 22 99 04 03)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site