Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 24 septembre 2012

Enquête Eurobaromètre: 71 % des Européens favorables à une concurrence accrue pour les trains nationaux et régionaux

71 % des Européens sont favorables à l’ouverture de leurs systèmes ferroviaires nationaux et régionaux à la concurrence. Ce pourcentage dépasse les 60 % dans tous les États membres sauf deux (les Pays-Bas et le Luxembourg). 78 % des Européens pensent que les voyageurs profiteront d’une augmentation de la concurrence.

Selon une enquête Eurobaromètre spéciale, moins de la moitié des Européens sont satisfaits de leurs systèmes ferroviaires (46 %) – même si le degré de satisfaction a augmenté depuis 1997 (41 %). Le niveau de satisfaction va de 67 % en Finlande à 18 % en Bulgarie. D’une manière générale, le taux de satisfaction est assez bas dans les États membres d’Europe centrale et du sud-est (République tchèque, Hongrie, Slovénie, Slovaquie, Pologne, Roumanie, Bulgarie et Grèce).

Pour la plupart des Européens, l’ouverture à la concurrence aura une incidence positive sur le prix du billet (72 %), la qualité des services aux voyageurs à bord des trains (71 %), le confort et la propreté des trains (70 %), la fréquence des trains (68 %), la ponctualité des trains (66 %), le mode de gestion des sociétés de chemin de fer (63 %) et le nombre de gares ou de lignes desservies (62 %).

La grande majorité des Européens s’attend à ce qu’une concurrence accrue sur le marché ferroviaire profite aux différentes parties prenantes, notamment aux voyageurs (78 %), aux opérateurs ferroviaires privés (68 %) et au personnel des opérateurs de transport ferroviaire (55 %).

Enfin, 70 % des Européens souhaitent que la concurrence génère, dans le cadre du chemin de fer, des services à prestations minimales similaires à ceux des compagnies aériennes à bas prix et 43 % désirent voir se développer des services de qualité supérieure (avec repas, films, journaux, etc.). De plus, presque deux tiers (65 %) des Européens souhaitent disposer d’un plus large éventail de possibilités pour l’achat de leurs billets (par exemple en ligne, à l’aide de leurs téléphones intelligents ou à bord).

Les prochaines étapes

Dans les mois à venir, la Commission européenne a l’intention d’adopter un nouvel ensemble de mesures, le «4e paquet ferroviaire», en vue d’ouvrir les marchés nationaux du transport ferroviaire de voyageurs à la concurrence, de réduire le délai de mise sur le marché du matériel roulant (en renforçant le rôle de l’Agence ferroviaire européenne) et d’améliorer la gouvernance de l’infrastructure ferroviaire (afin de consolider l’efficacité des opérations ferroviaires et d’améliorer la concurrence).

Contexte

Plus de la moitié des Européens (55 %) empruntent des trains nationaux ou régionaux: au moins une fois par semaine (6 %), plusieurs fois par mois (4 %), plusieurs fois par an (19 %) ou au plus une fois par an (26 %). Plus de quatre Européens sur dix (45 %) n’ont jamais pris le train.

Un peu plus de quatre Européens sur dix (41 %) utilisent des trains de banlieue: au moins une fois par semaine (7 %), plusieurs fois par mois (5 %), plusieurs fois par an (13 %) ou au plus une fois par an (15 %). Près de six Européens sur dix (59 %) ne prennent jamais de train de banlieue.

Les déplacements de loisirs sont la principale raison citée par les voyageurs pour prendre un train national ou régional (70 %); une faible proportion seulement des voyageurs prennent le train pour aller en cours ou au travail (10 %) ou pour des voyages d’affaires (10 %).

Lorsqu’on demande aux Européens qui ne voyagent jamais en train, ou qui le prennent au plus une fois par an, quelles améliorations les inciteraient à davantage utiliser ce moyen de transport, plus de quatre sur dix (43 %) évoquent des prix plus bas. D’autres améliorations sont citées bien moins fréquemment: un réseau amélioré avec davantage de lignes ou de gares (20 %), des trajets plus rapides (17 %), des services plus fiables (16 %), des trains plus confortables et plus propres (16 %) et des services plus fréquents (14 %). Près de trois personnes sur dix ne prenant jamais le train ou très rarement (28 %) ont spontanément répondu que rien ne pouvait les y encourager.

Près de la moitié des Européens (46 %) sont satisfaits de leurs systèmes ferroviaires nationaux et régionaux actuels. Toutefois, une proportion significative d’entre eux s’avoue insatisfaite (36 %).

La majorité des Européens (71 %) sont favorables à l’ouverture à la concurrence de leurs systèmes ferroviaires nationaux et régionaux à la condition que tous les opérateurs soient obligés de respecter les mêmes normes de sécurité.

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_399_380_en.htm#388

Contacts :

Helen Kearns (+32 2 298 76 38)

Dale Kidd (+32 2 295 74 61)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website