Navigation path

Left navigation

Additional tools

L’aide accordée aux travailleurs par le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation a triplé en 2010 pour dépasser les 83 millions d'euros

European Commission - IP/11/973   22/08/2011

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

L’aide accordée aux travailleurs par le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation a triplé en 2010 pour dépasser les 83 millions d'euros

Bruxelles, le 22 août 2011 – Selon un rapport adopté aujourd’hui par la Commission européenne, près de 23 700 travailleurs licenciés par suite de la crise économique et d’évolutions structurelles majeures du commerce mondial ont reçu l’an dernier une aide du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM); le nombre de bénéficiaires a ainsi plus que doublé par rapport à 2009. Les 83,5 millions d'euros versés par le FEM à neuf États membres doivent permettre aux autorités nationales d’aider les travailleurs mis au chômage à trouver de nouvelles possibilités d’emploi.

Le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, László Andor, a déclaré lors de la publication du rapport annuel: «Depuis sa création en 2007, le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation, qui entend exprimer la solidarité de l’Union européenne, a été mobilisé afin de venir en aide aux personnes ayant perdu leur travail. Le Fonds a offert des formations et une assistance à la recherche d’emploi à des milliers de travailleurs européens et continuera de jouer un rôle crucial dans la lutte contre le chômage ou dans sa prévention». Et d’ajouter: «Le FEM traduit la nécessité de se focaliser sur les défis de cette décennie, tout en maintenant un niveau élevé d’investissement dans des domaines tels que la formation, l’innovation et l’infrastructure européenne».

Le quatrième rapport annuel sur les activités du FEM fait état d’un triplement des aides versées aux États membres en 2010, année au cours de laquelle le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne, en tant qu’autorité budgétaire de l’Union, ont pris 31 décisions de mobilisation des ressources du FEM: 13 répondaient à des demandes présentées en 2010 et 18 se rapportaient à des demandes datant du second semestre 2009. Cette forte augmentation reflète les répercussions soudaines de la crise économique et financière mondiale, qui a entraîné une hausse spectaculaire du nombre de demandes en 2009. Trois fois plus de dossiers ont été approuvés en 2010 qu'en 2009, et les États membres ont bénéficié d’un cofinancement du Fonds plus élevé de 60 %.

Les contributions du FEM, destinées à aider 23 688 travailleurs licenciés dans neuf États membres (Allemagne, Danemark, Espagne, Irlande, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovénie), ont entraîné un prélèvement total sur le Fonds de 83 554 141 EUR. L’aide accordée visait à cofinancer, pendant une période de vingt-quatre mois à compter de la date d’introduction de la demande, des mesures actives pour l'emploi proposées et mises sur pied par les États membres à l'intention des travailleurs. Le Fonds en cofinançait 65 %, les 35 % restants étant pris en charge par des sources nationales. Parmi les mesures concrètes destinées aux demandeurs d’emploi figuraient une assistance intensive et personnalisée à la recherche d’un emploi, divers types de formations professionnelles, des activités de perfectionnement et de recyclage, des incitations et allocations provisoires pour la durée des mesures actives, ainsi que d’autres services d’accompagnement tels que des programmes d’aide à la création d’entreprise et des dispositifs publics en faveur de l’emploi.

Le FEM, proposé initialement par le Président Barroso pour aider les personnes ayant perdu leur emploi en raison des effets de la mondialisation, a été créé par le Parlement européen et le Conseil à la fin de 2006.

Dans sa proposition relative au prochain cadre financier pluriannuel après 2013, la Commission suggère que l’Union continue d'exprimer dans l'avenir, par l’intermédiaire du Fonds, sa solidarité avec les travailleurs licenciés et avec les régions touchées.

Contexte

La Commission a reçu 31 demandes d’intervention du FEM en 2010, soit une de plus qu’en 2009. Celles-ci ont été déposées par 12 États membres, qui ont sollicité un montant total de 169 994 542 EUR afin de venir en aide à 31 995 travailleurs licenciés dans 16 secteurs. Trois États membres ont introduit leur première demande en 2010: la République tchèque, la Pologne et la Slovénie.

Depuis la mise en service du FEM en janvier 2007, 78 demandes d'intervention ont été présentées, pour un montant total d’environ 355 millions d’euros et au bénéfice de près de 76 000 travailleurs. Les demandes sont déposées dans un nombre croissant de secteurs et par des États membres de plus en plus nombreux.

Le rapport annuel dresse également le bilan de quatre contributions accordées les années précédentes à trois États membres (l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne) et décrit la manière dont les ressources du Fonds ont aidé les travailleurs licenciés à retrouver du travail. Il en ressort que 629 travailleurs (soit 20 % des 3 146 bénéficiaires de l’aide) mis au chômage dans les secteurs de l’automobile, du textile et de la téléphonie mobile avaient trouvé un nouvel emploi ou s’étaient installés à leur compte à la fin des douze mois de mise en œuvre de l’aide du FEM. Conséquence directe de la crise, la réinsertion professionnelle des travailleurs a pâti de la faible capacité des marchés locaux et régionaux à offrir des possibilités d’emploi.

Les trois États membres ont rapporté une série de faits intéressants indiquant que la situation personnelle, la confiance en soi et l’employabilité des travailleurs concernés s’étaient nettement améliorées grâce à l’assistance et aux services fournis par le FEM, même s’ils n’avaient pas toujours retrouvé du travail rapidement. Le Fonds a offert aux États membres la possibilité d’agir, dans les régions touchées par les licenciements, de manière plus efficace – tant du point de vue du nombre de personnes aidées que de la durée, de la nature et de la qualité de l’aide – que s’ils n’avaient pas pu compter sur son financement.

Les fonds européens ont aussi permis aux pays d’intervenir avec plus de souplesse, d’inclure dans leurs mesures des initiatives personnalisées et innovantes et d’accorder plus d’attention aux moins qualifiés. L’aide cofinancée par le FEM représente donc un investissement accru dans les compétences, qui a déjà démontré son effet positif sur le reclassement des travailleurs ainsi soutenus, également à moyen et à plus long terme après la fin de la mise en œuvre des mesures du Fonds.

En outre, le FEM est présenté comme un instrument utile à l’heure des déficits budgétaires et des réductions des dépenses publiques, alors que les ressources nationales se raréfient et que les États membres luttent pour se relever de la crise mondiale. Ces échos montrent une fois de plus que le Fonds fournit une aide précieuse aux travailleurs licenciés et témoigne bien de la solidarité de l’Union face au changement.

Informations supplémentaires:

Voir aussi MEMO/11/561

Le rapport 2010 sur les activités du FEM peut être consulté à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=6942&langId=en

Site web du FEM: http://ec.europa.eu/egf

Reportages vidéo:

L’Europe lutte contre la crise: le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation redynamisé:

http://ec.europa.eu/avservices/video/video_prod_en.cfm?type=details&prodid=9847&src=1

Relever le défi de la mondialisation – Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation:

http://ec.europa.eu/avservices/video/video_prod_en.cfm?type=detail&prodid=4096&src=4

Contacts:

Cristina Arigho (+32 22985399)

Maria Javorova (+32 22998903)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website