Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission veut des banques plus fortes et plus responsables en Europe

Bruxelles, le 20 juillet 2011 – Les banques sont au centre de la crise financière à laquelle l'économie mondiale est confrontée depuis 2008. 1 Des enseignements ont été tirés de cette crise et il ne faut pas que les erreurs du passé se reproduisent. C’est pourquoi la Commission européenne a présenté aujourd’hui des propositions visant à modifier le comportement des 8 000 banques présentes en Europe. L’objectif global est de renforcer la résilience du secteur bancaire dans l’Union européenne tout en veillant à ce que les banques continuent à financer l’activité économique et la croissance. Les propositions de la Commission ont trois objectifs concrets.

  • Les banques devront détenir davantage de fonds propres, de meilleure qualité, pour résister par elles-mêmes aux futurs chocs. En effet, les établissements financiers sont entrés dans la dernière crise avec des fonds propres qui étaient insuffisants tant en quantité qu'en qualité, ce qui a débouché sur une aide sans précédent des autorités nationales. Par sa proposition, la Commission traduit en Europe les normes internationales en matière de fonds propres bancaires adoptées au niveau du G-20 (plus connues sous le nom d’«accord Bâle III»). L'Europe sera ainsi au premier rang en la matière, en appliquant ces règles à plus de 8 000 banques, qui représentent 53 % du total des actifs mondiaux.

  • La Commission souhaite par ailleurs mettre en place un nouveau cadre de gouvernance en donnant aux autorités de surveillance de nouveaux pouvoirs leur permettant de contrôler plus étroitement les banques et, si nécessaire, d’imposer des sanctions lorsqu'elles constatent l’existence de risques, afin par exemple de réduire l’octroi de crédits lorsqu'une bulle semble se former.

  • La Commission propose de constituer un corpus réglementaire unique pour le secteur bancaire en rassemblant toute la législation applicable en la matière, afin d'améliorer à la fois la transparence et l’application des règles.

M. Michel Barnier, commissaire européen chargé du marché intérieur, a déclaré: «La crise financière a frappé durement les familles et les entreprises européennes. Nous ne pouvons laisser une telle crise se répéter et nous ne pouvons pas permettre que les actes d’un petit nombre de personnes dans le monde financier mettent en péril notre prospérité. C'est la raison pour laquelle nous avons présenté aujourd'hui des propositions pour renforcer les plus de 8 000 banques qui sont actives en Europe. Pour chacune de ses prises de risque, le secteur bancaire devra détenir davantage de fonds propres, et ces fonds devront être de meilleure qualité. Il s’agit d’un pas en avant extrêmement important pour tirer les leçons de la crise et adopter une nouvelle approche vis-à-vis des risques. Je me réjouis de constater que l’Europe garde sa position de pointe et est le premier territoire au monde à transposer les engagements du G-20. Ce nest quune fois que lensemble de ces règles sera en place que nous pourrons réellement dire que nous avons tiré tous les enseignements de la crise».

Contexte

La proposition se compose de deux parties: une directive régissant l'accès aux activités de réception de dépôts et un règlement régissant l’exercice de l’activité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement. Ces deux instruments juridiques constituent un ensemble et doivent être considérés en tant que tel. La proposition est accompagnée d’une analyse d’impact qui démontre que la réforme proposée permettra de réduire considérablement la probabilité d’une crise bancaire systémique.

  • Le règlement contient les exigences prudentielles détaillées relatives aux établissements de crédit et aux entreprises d'investissement. Il couvre les aspects suivants:

  • fonds propres: la proposition de la Commission augmente le montant des fonds propres que doivent détenir les banques et impose une plus grande qualité de ces fonds. Elle harmonise également les montants à déduire des fonds propres pour calculer les fonds propres réglementaires de façon prudente;

  • liquidités: pour améliorer la capacité de résistance à court terme des établissements financiers du point de vue de leur profil de risque de liquidité, la Commission propose l’instauration d’un ratio de couverture des besoins de liquidité (LCR, pour Liquidity Coverage Ratio), dont la composition et l'étalonnage exacts seront déterminés en 2015 après une période d'observation et d'analyse;

  • ratio de levier: afin d'éviter le développement excessif de l’effet de levier dans les bilans des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, la Commission propose également d’instaurer un ratio d'effet de levier, soumis à la surveillance prudentielle. Les incidences de ce ratio de levier seront étroitement surveillées avant qu’il ne soit éventuellement remplacé par une obligation contraignante au 1er janvier 2018;

  • risque de crédit de contrepartie: conformément à la politique de la Commission à l’égard des instruments dérivés de gré à gré (OTC) (voir IP/10/1125), cette dernière propose des modifications visant à encourager les banques à faire effectuer la compensation des opérations OTC par une contrepartie centrale;

  • «règlement uniforme»: la crise financière a mis en évidence le danger posé par la divergence des règles nationales. Le marché unique a besoin d’un corpus réglementaire unique, ou «règlement uniforme». Ce règlement doit être directement applicable, sans qu’une transposition nationale soit nécessaire, ce qui élimine une source de divergences. Il établit également un ensemble unique de règles en matière de fonds propres.

  • La nouvelle directive couvre les domaines de l'actuelle directive sur l’adéquation des fonds propres (ou CRD, pour Capital Requirements Directive) dans lesquels les dispositions adoptées par l’UE doivent être transposées par les États membres d’une manière adaptée à leur propre contexte national. Il s’agit notamment des exigences en matière d'accès à l'activité bancaire et de son exercice, des conditions dans lesquelles les banques peuvent exercer la liberté d'établissement et la liberté de prestation de services, ainsi que de la définition de la notion d'autorités compétentes et des principes régissant la surveillance prudentielle.

La directive comporte aussi des éléments nouveaux:

  • renforcement de la gouvernance: la proposition renforce les exigences relatives aux dispositions et aux procédures en matière de bonne gouvernance; elle introduit de nouvelles règles visant à renforcer l'efficacité de la surveillance des risques par les conseils d’administration, à améliorer la fonction interne de gestion des risques et à assurer une surveillance efficace de la gouvernance des risques par les autorités compétentes;

  • sanctions: si des établissements ne respectent pas les exigences de l’UE, la proposition permettra de veiller à ce que toutes les autorités de surveillance puissent infliger des sanctions qui soient réellement dissuasives, efficaces et proportionnées, par exemple des amendes administratives jusqu’à concurrence de 10 % du chiffre d'affaires annuel de l'établissement ou des interdictions temporaires imposées à des membres du conseil d’administration;

  • coussins de fonds propres: la directive introduit, en plus des exigences minimales de fonds propres, deux coussins de fonds propres: un coussin de conservation des fonds propres identique pour toutes les banques de l'UE et un coussin de fonds propres contra-cyclique à déterminer au niveau national;

  • surveillance renforcée: la Commission propose de renforcer le régime de surveillance en exigeant, pour chaque établissement qui y est soumis, l’élaboration annuelle d'un programme de contrôle prudentiel sur la base d’une évaluation du risque, et en prévoyant une utilisation plus large et plus systématique des contrôles sur place, des normes plus solides et des évaluations prudentielles plus approfondies et plus prospectives.

Enfin, la proposition s'efforcera de réduire, dans la mesure du possible, le recours par les établissements de crédit aux notations de crédit externes, en exigeant a) que les décisions d'investissement de toutes les banques soient fondées non seulement sur les notations de crédit, mais également sur leurs analyses internes en matière de crédit, et b) que les banques ayant un grand nombre d'expositions dans un portefeuille donné mettent au point des notations internes pour ce portefeuille au lieu de se fonder sur des notations externes pour le calcul de leurs exigences de fonds propres.

La proposition présentée aujourd'hui remplace l'ancienne directive sur les exigences en matière de fonds propres (CRD, 2006/48/CE et 2006/49/CE) par un règlement et une directive; elle constitue un nouveau pas important vers la création d'un système financier européen plus sain et plus solide.

Contexte général

L’UE et ses États membres ont adopté un éventail de mesures sans précédent afin de rétablir la stabilité du secteur bancaire et de veiller à ce que les flux de crédits destinés à l’économie réelle se maintiennent, et c’est le contribuable qui a, en fin de compte, payé la facture. Dans ce contexte, la Commission européenne a approuvé 4 100 milliards d’euros de mesures d'aides d'État en faveur d’établissements financiers, dont plus de 2 000 milliards d’euros ont été effectivement utilisés en 2008 et 2009.

Pour de plus amples informations:

http://ec.europa.eu/internal_market/bank/regcapital/index_fr.htm

MEMO/11/527

Personnes de contact:

Olivier Bailly (+32 2 296 81 17)

Chantal Hughes (+32 2 299 44 50)

Catherine Bunyan (+32 2 299 65 12)

1 :

Selon les estimations du FMI, les pertes encourues par les banques européennes entre 2007 et 2010 en raison de la crise se montent à près de 1 000 milliards d'euros, soit 8 % du PIB de l’UE.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website