Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - communiqué de presse

La Commission salue l'accord de l'Organisation maritime internationale en vue de réduire les émissions de CO2

Bruxelles, le 15 juillet 2011 – La Commission européenne félicite l'Organisation maritime internationale et ses États membres pour une première avancée majeure: l'adoption de l'indice d'efficacité énergétique (EEDI), une mesure technique en vue de limiter les émissions de CO2 générées par les activités de transport maritime international. Il s'agit de la première mesure contraignante au niveau mondial pour améliorer l'efficacité énergétique des navires neufs et limiter les émissions de CO2 produites par le secteur du transport maritime international.

L'indice d'efficacité énergétique (EEDI) qui vient d'être adopté définit des normes techniques en vue d'améliorer le rendement énergétique de certaines catégories de navires neufs ce qui, ensuite, permettra de diminuer les émissions de CO2 – d'environ 25 à 30 % d'ici 2030 par rapport à un scénario de statu quo. L'EEDI, qui exigera un niveau d'efficacité énergétique minimal différent en fonction du type et de la taille du navire, deviendra obligatoire à partir de 2015. Il s'appliquera à la plus grande partie de la flotte marchande mondiale et devrait couvrir jusqu'à 70 % des émissions produites par les navires neufs.

«Je me réjouis beaucoup de l'adoption de l'EEDI, aujourd'hui, par le comité de protection du milieu marin de l'Organisation maritime internationale (OMI). Il s'agit d'un signe très fort de la communauté maritime, montrant qu'elle prend au sérieux sa participation aux efforts accomplis au niveau mondial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Je souhaite remercier les États membres de l'UE pour avoir œuvré à cette réalisation, ainsi que nos partenaires internationaux pour nous avoir accompagnés dans notre recherche de solutions mondiales à ce problème planétaire. Je compte que nous poursuivrons sur cette lancée», a déclaré M. Siim Kallas, vice-président de la Commission responsable des transports.

Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission chargé de l'action en faveur du climat, a déclaré à ce propos: «Il s'agit là d'une première avancée très importante et positive vers une mesure réellement mondiale et contraignante en vue de réduire les émissions de CO2. Je me réjouis qu'elle s'applique aux navires neufs ainsi qu'à une portion si grande de la flotte marchande mondiale. J'espère également que cette dynamique contribuera à faire avancer les discussions actuelles sur une réduction accrue des émissions générées par l'activité de transport maritime international. L'Europe demeure pleinement résolue à poursuivre ses efforts pour résoudre ce problème à tous les niveaux et dans toutes les enceintes internationales.»

Les émissions de CO2 produites par les navires sont directement proportionnelles à leur consommation de carburant: en moyenne, 3,1 tonnes de CO2 sont rejetées pour chaque tonne de carburant brûlée. Durant la première période de son application (2015 – 2019), l'EEDI imposera un accroissement de l'efficacité énergétique de 10 %, puis ses exigences se renforceront tous les cinq ans pour rester en phase avec les progrès technologiques et les mesures de réduction. La décision adoptée aujourd'hui par l'OMI fixe des taux de réduction jusqu'à la période 2025 - 2030, date à laquelle la plupart des types de navires devront avoir réduit leur consommation d'énergie de 30 % par rapport à un niveau de référence correspondant à l'efficacité moyenne des navires construits entre 1999 et 2009.

D'ici là, l'OMI doit poursuivre ses efforts en vue de parvenir à un accord sur des mesures basées sur le marché. L'UE et ses membres escomptent que l'OMI adoptera les autres mesures requises pour réduire les émissions de CO2.

Le secteur du transport maritime est actuellement à l'origine de 3 % de ces émissions au niveau mondial, alors qu'il prend en charge environ 85 % des échanges internationaux de marchandises. L'UE admet que le transport maritime est un mode efficace mais, en raison de la taille du secteur, il est responsable d'une importante quantité d'émissions de gaz à effet de serre, qui devrait plus que doubler d'ici 2050 si rien n'est fait. Dans son récent Livre blanc sur les transports, la Commission propose de diminuer les émissions causées par le secteur du transport maritime de l'UE d'au moins 40 % d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 2005.

Pour de plus amples informations sur les efforts déployés par l'UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par le transport maritime, voir:

http://ec.europa.eu/clima/policies/transport/shipping/index_en.htm.

Personnes à contacter:

Helen Kearns (+32 2 298 76 38)

Dale Kidd (+32 2 295 74 61)

Isaac Valero Ladron (+32 2 296 49 71)

Kata Dozsa (+32 2 297 26 86)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website